par Thibaut Emme

BMW, Daimler et Volkswagen au coeur d'un nouveau scandale

Selon la Commission Européenne, les trois constructeurs allemands auraient enfreint les règles de concurrence de l'Union Européenne. Ils se seraient entendus sur le développement de technologies de réduction des émissions polluantes.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Ici, pas de trucage des émissions polluantes comme le scandale du dieselgate. Mais, une entente supposée par l'UE entre les trois constructeurs. Ces derniers se seraient entendus, entre 2006 et 2014, pour ne pas se faire de concurrence exacerbée sur les technologies réduisant les émissions polluantes. Une manière de ne pas faire exploser la facture pour leur véhicule ou de ne pas gréver la puissance des moteurs.

En fait, ils sont 5 à être considérés comme faisant partie du cartel. En effet, Audi et Porsche sont aussi dans le collimateur. L'enquête a débutée en 2017"Les entreprises peuvent coopérer de nombreuses manières pour améliorer la qualité de leurs produits. Les règles de concurrence de l'UE ne leur permettent cependant pas de s'entendre sur exactement le contraire: ne pas améliorer leurs produits, ne pas se livrer concurrence sur le plan de la qualité" déclare Margrethe Vestager, la commissaire chargée de la Concurrence.

Pour le moment, l'exécutif européen n'a fait qu'envoyer une liste de griefs aux constructeurs. Ces derniers doivent répondre sur tous les points. Si l'Europe n'est pas convaincue par les réponses apportées, l'amende peut aller jusqu'à 10% du chiffre d'affaire annuel. Pour le groupe VW cela pourrait représenter plus de 21 milliards d'euros. Daimler risque une amende de 17 milliards d'euros. Quant à BMW, ce sont potentiellement 10 milliards d'euros en jeu.

Les associations de consommateurs grognent

Mais, Daimler ayant été le premier à avouer, il devrait échapper à une lourde amende comme le veut la loi anti-cartel européenne. VW comme BMW ne veulent pas commenter une affaire en cours. Cependant BMW précise que "l'ensemble de l'industrie était au courant". Et que les discussions entre constructeurs "n'impliquaient aucun +accord secret+ et n'avaient pas pour but de porter préjudice aux clients ou aux fournisseurs".

Concrètement, ce sont les dispositifs dits SCR, ou "réduction catalytique sélective", qui sont visés. Avec l'adjonction d'urée (AdBlue), cela permet de réduire efficacement les émissions d'oxydes d'azote, les fameux NOx, pour les moteurs diesel. Les filtres à particules sont aussi concernés. Eux permettent comme leur nom l'indique de réduire les émissions de particules fines.

Selon la commission, cette entente "a privé les consommateurs de la possibilité d'acheter des voitures moins polluantes, alors que la technologie était à la disposition des constructeurs". L'Europe impose des amendes de plus en plus lourdes aux cartels, quel que soit le domaine d'activité, lessive, camion ou ici automobile.

Avec AFP

Pour résumer

Selon la Commission Européenne, les trois constructeurs allemands auraient enfreint les règles de concurrence de l'Union Européenne. Ils se seraient entendus sur le développement de technologies de réduction des émissions polluantes.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.