par La rédaction

Atrocités automobiles : l'AMC Pacer

C'est certainement l'objet de consommation qui symbolise le plus les années soixante-dix, bien plus en tout cas plus que les Bee Gees, la coupe "Farrah Fawcet" ou le pantalon pattes d'eph. En fait porter un pantalon pattes d'eph, écouter les Bee Gees en conduisant son AMC avec panneaux latéraux en bois pour se rendre à son travail constitue l'expérience ultime des années soixante-dix. Pourtant AMC avait de grandes idées pour la Pacer. Elle devait être une traction avant moderne  propulsée par un petit moteur rotatif au lieu d'un moteur à piston plus conventionnel, plus lourd et glouton afin de réduire le poids et d'offrir un espace intérieur maximum. La voiture avai été conçue autour de cette idée.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

C'est certainement l'objet de consommation qui symbolise le plus les années soixante-dix, bien plus en tout cas plus que les Bee Gees, la coupe "Farrah Fawcet" ou le pantalon pattes d'eph. En fait porter un pantalon pattes d'eph, écouter les Bee Gees en conduisant son AMC avec panneaux latéraux en bois pour se rendre à son travail constitue l'expérience ultime des années soixante-dix. Pourtant AMC avait de grandes idées pour la Pacer. Elle devait être une traction avant moderne  propulsée par un petit moteur rotatif au lieu d'un moteur à piston plus conventionnel, plus lourd et glouton afin de réduire le poids et d'offrir un espace intérieur maximum. La voiture avai été conçue autour de cette idée.

Las, AMC fit l'erreur de faire confiance à General Motors pour la fourniture du moteur. A la dernière minute, General Motors abandonna le développement du moteur rotatif et ce qui devait être l'âme de la PAcer fut remplacé par un six en ligne qui remontait aux années cinquante.Du coup la seule innovation revenait au design qui tranchait à cette époque avec la production locale. Grande originialité, la portière du côté passager était plus longue que celle du côté conducteur.Il ne faut pas non plus oublier la surface vitrée immense. L'idée était bonne, offrir une grande visibilité, mais le soleil avait toute latitude pour vous griller des toats en deux minutes. Outre la température infernale, le soleil mettait en exergue la qualité de fabrication en causant des fissures dans la planche de bord et malgré l'option air conditionné au tarfi prohibitif, l'intérieur était presque invivable en été.
Parler de voiture économique est une hérésie car avec 1750 kg à trainer, les 90 chevaux du 6 cylindres en ligne 4,2 litres étaient à la peine. Dans sa grande bonté, AMC offrait une option sport développant 5 chevaux supplémentaires. Plus tard, le six reçut le renfort d'un V8 qui crachait gaillardement ses 125 chevaux. Mais l'objectif initial de la voiture économique était tombée à l'eau. AMC a tenté de sauver le projet en sortant une déclinaison break. L'augmentation de la surface vitrée transforma la Pacer en micro-ondes roulant. Symbole des années soixante-dix, la Pacer est aussi le symbole du désarroi industriel américain qui ne parvenait pas à riposter contre la déferlante japonaise.

Pour résumer

C'est certainement l'objet de consommation qui symbolise le plus les années soixante-dix, bien plus en tout cas plus que les Bee Gees, la coupe "Farrah Fawcet" ou le pantalon pattes d'eph. En fait porter un pantalon pattes d'eph, écouter les Bee Gees en conduisant son AMC avec panneaux latéraux en bois pour se rendre à son travail constitue l'expérience ultime des années soixante-dix. Pourtant AMC avait de grandes idées pour la Pacer. Elle devait être une traction avant moderne  propulsée par un petit moteur rotatif au lieu d'un moteur à piston plus conventionnel, plus lourd et glouton afin de réduire le poids et d'offrir un espace intérieur maximum. La voiture avai été conçue autour de cette idée.

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.