Lancer le diaporama
Alpine rac(h)er
+1
LANCER LE DIAPORAMA
par Nicolas Anderbegani

Alpine F1 s'engage pour promouvoir des femmes en sport automobile

Depuis quelques années, la FIA s’intéresse enfin à la promotion des femmes dans l’automobile en général et dans le sport automobile en particulier. Alpine F1 Team s'engage à son tour avec un ambitieux programme.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Vieux serpent de mer, le sujet des femmes en F1 et en sport automobile a repris vigueur avec la poussée des questions de diversité ces dernières années dans nos sociétés, comme en attestent l’existence d’une commission Women in Motorsport et le programme Girls on Track de la Ferrari Academy, qui s’est matérialisé par le recrutement de Maya Weug, engagée cette année en F4 italienne.

Un programme multiple

Alpine se lance à son tour dans la bataille avec un programme dénommé Rac(H)er, qui, comme le sous-entend le jeu de mots, veut développer la diversité au sein de ses propres équipes, en particulier envers la gente féminine. Ce programme concerne tous les « genres » et « tous les domaines de l’entreprise », des fonctions techniques en passant par la course et la compétition.

Le programme inclus un volet sport automobile, et, s’appuyant sur les recherches menées par l’Institut du Cerveau de Paris, visera à combattre les idées reçues sur tous les prétendus obstacles pseudo-scientifiques (condition physique, mental) à l’accession des femmes au pilotage de F1.

Des femmes comme Michelle Mouton, Danica Patrick ou encore Jutta Kleinschmidt, parmi bien d’autres, ont déjà prouvé par leurs performances la possibilité de réussir en compétition (voir ici et ici !), et actuellement les pilotes féminines de Iron Lynx en GT poursuivent dans cette voie, mais la F1 demeure encore ce « plafond de verre ». Comme le rappelle Alpine, en 72 ans de Formule 1, seuls six des 885 pilotes étaient des femmes, et la dernière ayant roulé en séance officielle de F1 fut Giovanna Amati en 1992 sur une Brabham. Ça date. L’obstacle est aussi et avant tout financier, d’où le lancement d’un fonds pour soutenir les talents féminins dans le sport automobile.

Un volet d’éducation et de soutien, avec la participation des collaborateurs Alpine dans les écoles, visera à améliorer la connaissance et l’intérêt des jeunes filles aux métiers de la course et de l’industrie automobile en général. Le programme commencera par un investissement dans des programmes STEM (science, technologie, ingénierie et mathématiques) qui encouragent les femmes à emprunter une voie scientifique et technique, et à faire en sorte qu’elles y restent sur le long terme. Par la suite, un programme de mentorat dans tous les départements de l’entreprise permettra de développer les collaboratrices dans leur souhait de carrière.

Objectif 30% pour Alpine

Alors que le staff Alpine compte actuellement 12% d’effectifs féminins, l’objectif est porté à 30 % de femmes d’ici 5 ans. Cet engagement commence dès maintenant, par le recrutement paritaire de stagiaires et jeunes diplômés. Le programme de l’Academy vise ainsi à identifier, dès leur plus jeune âge les pilotes de karting féminines qui souhaitent accéder à la Formule 1. Ce programme suivra une feuille de route complète visant à établir des programmes de course, d’essais, d’entraînement physique ou encore de formation mentale pour soutenir la progression de ces talents.Des ressources importantes seront allouées à la réalisation de ce programme pour donner aux femmes pilotes les mêmes chances de réussir que les plus grands champions masculins formés par l’Academy et ainsi passer du karting à la F4, puis des championnats régionaux à la F3 et enfin de la F2 à la F1. L’expérience W Series lancée par la FIA n’a pas encore porté ses fruits.

Laurent Rossi, CEO d’Alpine : « Notre rôle en tant qu’équipe de Formule 1 et marque de Renault Group est de nous engager à rendre notre écosystème plus inclusif et à faire de la diversité notre force. Nous sommes conscients de la nécessité d’un changement profond de notre sport et de l’industrie pour que tous les talents puissent s’exprimer à l’avenir. En lançant Rac(H)er, un programme de transformation à long terme, nous espérons être rejoints par l’ensemble des acteurs du milieu, car ce n’est qu’en s’unissant que nous pourrons réellement aller de l’avant. Ce là que résidera notre véritable réussite. »

Claire Mesnier, vice-présidente des ressources humaines d’Alpine : « Avec Rac(H)er, nous voulons mettre en place une véritable méritocratie et ne pas nous contenter d’accroître les statistiques. Nous avons conçu un programme unique et pérenne qui repose sur l’engagement de tous les collaborateurs d’Alpine. L’enjeu est de favoriser la réflexion au sein des équipes, mais aussi de mettre en place des moyens concrets pour faire avancer les choses au sein de l’entreprise. Nous nous engageons à le faire dans tous les secteurs de l’entreprise et à montrer l’exemple. La moitié des membres du comité de direction d’Alpine sont désormais des femmes. Non pas parce qu’il s’agit d’un quota, mais parce qu’elles sont les meilleures dans leur domaine d’expertise pour assumer ce rôle et ces responsabilités. »

 

Pour résumer

Quand reverrons-nous une femme pilote en Formule 1 ? Au-delà des stéréotypes à combattre, le problème demeure celui de la détection, des filières et des financements, quand on voit à quel point il devient difficile désormais de gravir les échelons, que l'on soit une femme ou non.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos