par Thibaut Emme

Allègement des sanctions en Iran : bonne nouvelle pour nos constructeurs ?

Dimanche à Genève 7 pays ont trouvé un accord sur l'épineux sujet du nucléaire iranien ce qui devrait permettre pour au moins 6 mois d'alléger les sanctions économiques envers le pays. Parmi les secteurs qui devraient respirer un peu mieux, l'automobile dans un pays où les constructeurs français sont historiquement bien placés. Une aubaine pour Renault et PSA ?

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

L'accord prévoit la levée pour les 6 prochains mois de "certaines sanctions sur l'or et les métaux précieux, le secteur automobile et les exportations pétrochimiques de l'Iran". Jusqu'à l'arrêt de ces exportations de pièces en direction de Iran Khodro, PSA écoulait entre 450 et 500 000 véhicules par an dans un marché potentiel très important (77 millions d'habitants). Les véhicules sont envoyés en pièces détachées et assemblés sur place. Du coté de PSA "le groupe suit avec attention l'évolution de la situation concernant l'Iran, mais l'heure n'est pas à la reprise de nos activités commerciales demain matin".

Renault de son coté écoulait en année pleine environ 100 000 véhicules là aussi envoyés en pièces détachées et assemblés par des partenaires du losange. Depuis l'été les livraisons de pièces ont cessés et pèsent sur le résultat du groupe. La reprise est vue avec un bon oeil et il est à parier que Renault reconstituera les stocks en Iran histoire de palier à un éventuel durcissement dans 6 mois.

Renault contrairement à PSA se réjouit de l'assouplissement des sanctions. En effet le groupe avait du provisionner 500 millions d'euros cette année pour compenser les actifs bloqués en Iran. "C'est une bonne nouvelle pour le groupe car le marché iranien était important pour nous" déclare le groupe.

Le marché iranien et le grand appel d'air que devrait générer l'allègement des sanctions devrait aiguiser les appétits de beaucoup de constructeurs qui tirent la langue avec l'Europe qui patine. Nos constructeurs déjà implantés sauront-ils réagir promptement comme semble le vouloir Renault ou bien vont-ils temporiser et se faire souffler des parts de marché ?

Lire également : PSA - Officiel - Carlos Tavares remplacera Philippe Varin

Source : Renault, PSA via AFP, photo : Peugeot Pars/Renault Tondar

Pour résumer

Dimanche à Genève 7 pays ont trouvé un accord sur l'épineux sujet du nucléaire iranien ce qui devrait permettre pour au moins 6 mois d'alléger les sanctions économiques envers le pays. Parmi les secteurs qui devraient respirer un peu mieux, l'automobile dans un pays où les constructeurs français sont historiquement bien placés. Une aubaine pour Renault et PSA ?

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.