par La rédaction

Affaire Renault : les enquêteurs accusent

Selon Europe 1, les deux enquêteurs de Renault ont mis en cause leur direction lors d’une rencontre avec la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI). Ils affirment que le groupe est allé beaucoup trop vite dans ses conclusions sur l'affaire d'espionnage présumé qui secoue le Losange.

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Les deux enquêteurs, Marc Tixador et Dominique Gevrey, ont rappelé qu’ils avaient demandé trois mois supplémentaires pour rassembler des preuves opposables en justice… Preuve qu’ils ne possèdent toujours pas aujourd’hui.

Chez Renault, cette version est qualifiée de « fantaisiste ». Le constructeur demande à ses enquêteurs de livrer le nom de sa source à la DCRI.

Autre information dévoilée par Le Canard Enchainé : l’informateur anonyme de Renault a reçu 250 000 euros pour ses dénonciations, en attend 200 000 supplémentaires et réclame 900 000 euros pour apporter des preuves écrites de ses accusations.

La DCRI a indiqué que son enquête serait terminée à la fin du mois.

Et aussi :

Le Vice-Président de l’Assemblée Nationale demande « la démission ou des excuses » de Carlos Ghosn

Espionnage chez Renault : plusieurs hypothèses

Pour résumer

Selon Europe 1, les deux enquêteurs de Renault ont mis en cause leur direction lors d’une rencontre avec la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI). Ils affirment que le groupe est allé beaucoup trop vite dans ses conclusions sur l'affaire d'espionnage présumé qui secoue le Losange.

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.