par Pierrick Rakotoniaina

24h Nürburgring: Peugeot vers une victoire dans sa catégorie

Le plus dur est presque passé pour les deux RCZ dont nous suivions la progression, depuis que Peugeot a pris la décision d’engager des équipages sur cet évènement. La nuit s’est déroulée sans encombre pour les voitures 200 et 201, si ce n’est des petits soucis d’alimentation en carburant sur la 1ère citée. A trois heures du but, celle conduite par 4 pilotes allemands mène dans leur catégorie D1T (Diesel moins de 2.0), alors que la seconde 4ème, pilotée par les Français voient en ligne de mire la 3ème place.

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

La nuit, comme pour toutes les courses d’endurance, fut un moment clé pour toutes les équipes. L’obscurité et la fatigue ont nécessité une vigilance de tous les instants pour les organismes qui commençaient a accumulé la fatigue. Et de ce point de vue là, les membres du Graff Racing qui s’occupent de l’exploitation des deux RCZ et leurs pilotes n’ont pas failli, ce qui en soit est déjà une performance.

Au petit matin, la stratégie a évolué pour l’équipage de la 200, puisque les relais ont été allongés. Toutefois, il faut noter un problème avec le carburant, puisque la voiture s’est mise en panne sèche, alors qu’il restait pourtant une vingtaine de litres dans le réservoir vers 6h30 ce matin. Il aura fallu environ un quart d’heure pour les mécaniciens qui devaient rejoindre l’auto arrêtée au milieu du circuit, et opéré la réparation nécessaire. Au final, pas beaucoup de temps perdu, et la RCZ « française » navigue en 4ème position, avec l’espoir d’un podium vu les problèmes de l’Alfa Roméo juste devant.

Quant à la RCZ « allemande », celle-ci marche très fort, grâce à son quatuor de pilotes globalement assez rapides, qui font pour l’instant tout bonnement la course en tête de la catégorie. Néanmoins, il faut surveiller pour cet équipage, la BMW qui a longtemps mené la danse mais qui à cause de soucis techniques a reculé dans le classement. Toutefois, cette dernière revigorée après avoir fait face à ses ennuis mécaniques, remonte comme un avion. C’est pour cette raison que les Allemands ont décidé de ne faire rouler désormais que ses deux pilotes les plus rapides, pour tenter d’assurer une victoire en D1T. En arrivant à trois heures du drapeau à damiers, nous avons interrogé Jean-Philippe Peugeot, un des pilotes français de la 200, pour tirer un premier bilan de cet évènement pour la marque au Lion.

Clairement, celui-ci nous rapporte qu’il s’agit pour eux d’une pure opération commerciale dans le but de promouvoir et soutenir le lancement de RCZ. D’ailleurs, si un très bon résultat se confirme, on n’imagine qu’ils ne se gêneront pas pour s’en servir, histoire de démontrer des qualités de performances et de fiabilité de son dernier bébé… C’est alors que nous lui avons demandé si du coup, une suite sportive et un engagement beaucoup plus sérieux était envisageable avec la base de cette voiture. Si aujourd’hui rien n’est encore décidé, on devrait à Sochaux rester à l’écoute des envies du réseau et de ses clients, si ceux-ci les sollicitaient pour donner vie à un vrai projet à moyen terme en sport automobile avec RCZ. Affaire à suivre…

Pour résumer

Le plus dur est presque passé pour les deux RCZ dont nous suivions la progression, depuis que Peugeot a pris la décision d’engager des équipages sur cet évènement. La nuit s’est déroulée sans encombre pour les voitures 200 et 201, si ce n’est des petits soucis d’alimentation en carburant sur la 1ère citée. A trois heures du but, celle conduite par 4 pilotes allemands mène dans leur catégorie D1T (Diesel moins de 2.0), alors que la seconde 4ème, pilotée par les Français voient en ligne de mire la 3ème place.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.