par Elisabeth Studer

1000 km de routes solaires d'ici 2021 promet Ségolène Royal

Ségolène Royal a réaffirmé dimanche, sur le plateau de C Politique, l'objectif de 1000 kilomètres de routes solaires installées en France dans les cinq prochaines années. Selon la ministre, les « routes vont devenir des centrales photovoltaïques, sans venir empiéter sur les terres agricoles ».

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Mais concrètement, kesako ? il s'agit de dalles solaires, développées par l'entreprise Colas, filiale du groupe Bouygues, posées à même le sol et capables de résister au trafic automobile sans s'altérer nous dit-on et produisant de l'énergie. Selon Colas, cette invention dénommée « Wattway »  ne servira pas uniquement à se déplacer, mais également « à produire une électricité propre et inépuisable ». Pour permettre le passage des véhicules, y compris de celui des poids lourds de 44 tonnes, l’enrobé doit être extrêmement résistant. "Tout le contraire d’une cellule photovoltaïque de 200 micromètres d’épaisseur qui, elle, est très cassante » précise Philippe Raffin, directeur R&D chez Colas. Pour résoudre une telle équation, cinq ans de recherche ont tout de même été nécessaires, avec l’aide de l’Institut national de l’énergie solaire (Ines) basé à Chambéry. Au final, la solution n'est pas dans le développement de nouvelles technologies dans la photovoltaïque ou dans la construction de route : Colas et l’Ines ont déposé deux brevets dans le liant et la colle.

Avec l’aide de sa filiale spécialisée dans les résines, le constructeur routier a encapsulé des cellules de silicium poly-cristallin équipant la plupart des panneaux photovoltaïques dans des cadres de résine de 15cm de côté. Et ce sont également des résines polymères qui permettent la mise en place de ces panneaux à la route. "A l’Ines, nous avons procédé à des tests sur une route "martyre" passant de véhicules de plus en plus lourd, allant de plus en plus rapidement pour finir par tester des freinages violents",  précise Philippe Raffin.

En dehors des résines, une des nouveautés est liée à l’invention d'une couche supérieure laissant passer le rayonnement solaire malgré l’ajout de granulosités destinées à procurer une adhérence équivalente à celle des enrobés traditionnels. S'il est impossible dans cette situation d’obtenir un rendement de 18% comme n’importe quel panneau solaire, les dalles ne pouvant être posées à plat alors que pour un rendement maximum, le panneau doit être incliné à 30 degrés, le constructeur affiche un taux de 15%. Selon l’Ademe, un kilomètre de chaussée Wattway permet de remplir les besoins en éclairage public d’une ville de 5000 habitants. Quatre mètres avec 1000 heures d’ensoleillement devraient suffire pour répondre aux besoins d’un ménage (hors chauffage).

En ville, la chaussée solaire pourra alimenter les feux de signalisation, les bâtiments voisins, et la recharge des véhicules électriques à l’arrêt via mécanisme d'induction. 100m² de ces panneaux fournissent en effet l’énergie nécessaire pour 100 000km par an d’une voiture électrique, selon Colas.

"Le procédé est à l’évidence un élément constitutif de la ville intelligente des pays développés, mais nous visons aussi les villes et villages des pays en voie de développement qui sont éloignés des réseaux électriques",  précisé Hervé Le Bouc, responsable de Colas. Avec le prix de plus en plus bas des cellules photovoltaïques, le constructeur compte bien pouvoir fournir ainsi une électricité à un prix compétitif.

Si les zones installées en priorité seront celles où le raccordement au réseau électrique sera le plus facile, Ségolène Royal espère bien à terme voir des panneaux solaires équiper les aires d'autoroute ainsi que les alentours des gares et aéroports. Au niveau du gain espéré, la ministre a indiqué à titre d'exemple que 100 mètres carrés de route solaire pourrait permettre d'éclairer un tunnel de 500 mètres.

Sources : AFP, Colas

Crédit Photo : Colas

Pour résumer

Ségolène Royal a réaffirmé dimanche, sur le plateau de C Politique, l'objectif de 1000 kilomètres de routes solaires installées en France dans les cinq prochaines années. Selon la ministre, les « routes vont devenir des centrales photovoltaïques, sans venir empiéter sur les terres agricoles ».

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.