Accueil Livre On a lu : Ferrari – Mythiques berlinettes

On a lu : Ferrari – Mythiques berlinettes

0
2
PARTAGER
Ferrari

Passion, ferveur, fantasme : Ferrari est tout ça à la fois. La collection « Photos Inédites » de l’éditeur ETAI permet de redécouvrir la saga des berlinettes Ferrari, même si e catalogue présenté s’écarte de la classe stricto sensu des Berlinettes.

Des berlinettes mais aussi des supercars

Le terme « Berlinette » peut prêter à confusion dans le titre quand on voit la liste des véhicules évoqués : les 275 GTB et Dino 246 GT peuvent entrer dans cette catégorie, puisque la seconde nommée, qui n’a pas eu le droit en son temps de porter le nom « Ferrari », embarquait un V6 et incarnait « l’entrée de gamme » dans la galaxie Ferrari. Mais quand viennent ensuite les chapitres sur les Testarossa, F40 ou la SF90 Stradale, l’appellation Berlinette semble plutôt s’effacer au profit des supercars.

Les « berlinettes » sont avant tout incarnées par la lignée des sportives 2 places à moteur V8 qui ont permis depuis 45 ans à Maranello de diversifier sa gamme et d’élargir sa clientèle, avec la 308 GTB en ouverture de la dynastie, puis les 328, 348, 355, 360 Modena…jusqu’à la 296 GTB V6 Hybride présentée cette année. Ce sont aussi des modèles qui se démarquent par une certaine compacité, une légèreté et une agilité que n’ont pas les grandes GT plutôt taillées pour l’autoroute.

Le livre donne donc davantage la sensation de consacrer la douzaine de Ferrari les plus marquantes depuis le milieu des années 60 et l’après 250 GTO. On trouve successivement la 250 GT Lusso, la 275 GTB, la 365 GTB « Daytona », la Dino 246 GT, la 512 BBi, la 288 GTO pensée pour le Groupe B mais à la carrière avortée, et qui servit de base de développement pour la mythique F40. Entre temps, la Testarossa, avec son style spectaculaire et son V12 de 390 chevaux, s’est chargée d’imprimer les rétines et de devenir une icone des années 80.

Toujours plus fort

Suivent les F50, Enzo, La Ferrari et SF90 Stradale qui appartiennent davantage à la classe des « supercars » du cheval cabré. Néanmoins, des encarts sont dédiés aux 360 Modena Challenge Stradale, 458 Speciale et autres 488 Pista qui appartiennent à cette famille des Berlinettes dans leurs versions les plus abouties.

Quoi qu’il en soit, les photographies sont sublimes et permettent d’admirer des exemplaires dans un état d’entretien bluffant, qui confirme année après année la domination absolue de Ferrari sur le marché de la collection. Les petits détails sont mis en avant et chaque modèle est accompagné d’un texte à la fois dense et très riche sur le contexte de création du modèle, ses caractéristiques techniques et estéhtiques, ses performances, ses évolutions et sa récéption par la presse et les tifosis.

  • Date de parution : 17/11/2021
  • Nombre de pages : 160
  • Auteur : Xavier CHAUVIN
  • Photographe : Arnaud TAQUET
  • EAN 13 : 9791028304805
  • Editeur : ETAI ALBUMS
  • Format : 240X290 mm
  • Nombre d’illustrations : 300

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "On a lu : Ferrari – Mythiques berlinettes"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Achille Talon
Invité

Beau cadeau pour Noël.
J’ai du ma à comprendre le titre.
Les 250 GT Lusso, 275 GTB et 365 GTB Daytona ne sont pas des berlinettes, ce sont des coupés GT, comme leur nom l’indique. Les F40 ou F50 sont effectivement des supercars, je n’ai jamais lu ou entendu le terme berlinette à leur sujet.

Thibaut Emme
Admin

@Achille Talon : si si. GTB c’est Gran Turismo Berlinetta. Quant à la F40 et la F50 elles sont aussi officiellement des berlinettes.

Confere : https://www.ferrari.com/fr-YT/auto/f40

wpDiscuz