Accueil VHC 2 tours d’Horloge VdeV 2021 au Castellet

2 tours d’Horloge VdeV 2021 au Castellet

0
6
PARTAGER
VdeV

7 ans après la dernière édition, l’épreuve des 2 tours d’horloge de la série VdeV était de retour au Castellet. Le plateau était, comme toujours dans les courses historiques, d’une grande variété, allant de la petite Austin Mini à une réplique de Porsche 917 !

L’esprit VHC

Départ en épi, course par élimination et 24 heures d’efforts : l’endurance à l’ancienne était au rendez-vous sur le circuit du Castellet pour cette épreuve incontournable de la scène VHC française, la première édition remontant à 1992.

Le plateau des 2 tours d’Horloge n’était pas énorme en termes d’engagés, mais la qualité était là. Deux autres séries accompagnaient l’épreuve phare : les 100 tours, pour une course de régularité de 3 heures, et la Légends Car Cup.

Cette dernière est plutôt spectaculaire. C’est une formule monotype avec des petits véhicules au look très « hot rod » et custom US, le tout propulsé par des 900cc Yamaha. Les pilotes attaquent franchement et les courses en peloton sont très intenses, avec de belles batailles. Le départ est toujours spectaculaire avec des concurrents qui sont vraiment collés les uns aux autres, en mode « Nascar » bump.

Le plaisir du VHC, c’est de pouvoir fureter dans le paddock et dans les stands, discuter avec de vrais passionnés et approcher de près les belles mécaniques, loin de l’ambiance « Fort Knox » des grands championnats mondiaux. C’est aussi l’occasion de voir les mécaniciens à l’oeuvre sur des bolides très bien préparés, comme cette Alfa Giulia Sprint animée par un 2 litres de 200 chevaux, d’observer les vérifications techniques des officiels et d’approcher les commissaires, de vrais passionnés bénévoles qui sont indispensables au fonctionnement de toute course automobile ! Dans les garages, c’est la grande fête de la diversité mécanique. 6 cylindres en ligne BMW, Flat 6 Porsche, 4 cylindres Ford, V8 Shelby Mustang (vrooooooar !!!). On a pu aussi admirer les entrailles de l’Alpine A310 GT et son bon vieux V6 PRV ou encore les entrailles de la monstrueuse De Tomaso Pantera et son gros V8 5.7 litres !

Pimp my Replica

La course des 100 tours était une épeuve de régularité. On pouvait y admirer une « Bailey 917 », qui n’est autre qu’une réplique de la fameuse Porsche 917 qui a fêté ses 50 ans l’an dernier. Avec une base châssis et coque fabriquée en Afrique du Sud par Bailey Replica Cars, cette voiture assemblée en France chez  Racing Legend Cars est une sorte de « patchwork » Porsche qui peut être personnalisé sur mesure, livrée comprise. Dans la version engagée ici, on avait une boîte de vitesses de Cayman GT4 couplée à un moteur de Porsche 911 Type 964. Et oui, trouver un Flat 12 d’origine relève de la mission quasi impossible ! D’autres modèles utilisent souvent des moteurs de Porsche 996 en 3.6 ou 3.8 litres. Le tout est proposé aux environs des 200.000 euros. La préparation permet tout de même d’en tirer 370 à 380 chevaux, mais cette Bailey a malheureusement connu pas mal de soucis mécaniques.

Au jeu de la régularité, c’est léquipage Ganzin/Landric sur Honda S2000 qui l’a emporté. Le peloton était animé aussi par des barquettes Tiga et une Autobianchi A112 à moteur Abarth. Seulement 86 chevaux mais seulement aussi 600 kilos sur la balance pour ce petit kart couvert, qui se classe 3e à la régularité.

Tenir, tenir !

La course phare de 24 heures, avec un joli plateau de presque 40 véhcicules, a été une véritable course par élimination.Les barquettes S2000 avaient évidemment l’avantage, mais on a pu admirer évidemment la cohorte des Porsche (964, 944 Turbo, 930 Turbo, etc.) et plusieurs BMW (323 i avec ses voies élargies, 635 CSi, 530 Groupe 1, 2002 Ti) qui rappellaient les grandes heures du tourisme !

La Grac MT-14B (Ecurie Chateaux Sport Auto), pilotée entre autres par l’ancien rallyman Freddy Loix a mené le début de course, avant de céder sa place à la Lola T590 (Ecurie Rédélé) qui a ensuite été victime d’un bris de support de suspension. La Tiga SC 84 (Team Gemanova) a pris le relais avant d’être victime d’un problème technique (changement d’alternateur) qui occasionne un nouveau changement de leader.

Pa la suite, plusieurs protos S2000 se sont tirés la bourre, avec en trouble fête la BMW 635 CSi et une Porsche 930 Turbo. Les heures suivantes donneront définitivement l’avantage au proto Tiga de Laurent Vallery-Masson/Eric Martin/Fabrice Notari/Pascal Gerbout, (plus rapide en piste d’environ 5 secondes au tour sur la berline allemande) qui remporte les 2 Tours d’Horloge édition 2021 au classement général toutes catégories confondues. A noter qu’en catégorie SC, l’ancien tennisman Henri Leconte et Eric Van de Vyver (le fondateur de la série) se partageaient le volant d’une TVR Cerbera Griffith et terminent 2e de leur catégorie, 11e au général.

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "2 tours d’Horloge VdeV 2021 au Castellet"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
ema__
Invité

pour les incultes, comme moi, VHC = Véhicule Historique de Compétition

et merci pour les photos et l’article, ce devait être un chouette moment.

AXSPORT
Invité

Très sympa !!!
👍

gigi4lm
Invité

Un mélange des genres très rafraichissant.
J’ai appris que l’on pouvait importer une réplique Bailey 917 en France. Dommage de l’équiper d’un moteur qui détonne un peu par rapport à l’original mais la démarche est sympa.

DiZeL
Invité

@gigi4lm : autant c’est dommage de mettre autre chose qu’un V8 Ford dans une réplique de GT40, autant là c’est difficile de leur en vouloir.

Achille Talon
Invité

Ça, c’est l’essence pure du sport auto !
Merci pour les photos, ça me fait penser aux Inter-Écuries au Mans, ou on voit des Mini se frotter à des grosses Ford Falcon ou Chevy Camaro.
Il ne manque que le bruit…

Emmanuel
Invité

Merci pour l’article qui donne envie d’aller chercher encore plus d’images et d’infos techniques !

wpDiscuz