Accueil WRX Au moins 14 électriques sur la grille du WRX 2022

Au moins 14 électriques sur la grille du WRX 2022

0
25
PARTAGER

Le championnat mondial FIA WRX (rallycross) va vivre une révolution en passant au tout électrique en 2022. 14 voitures à minima devraient être engagées.

Le rallycross pré-2014, c’était un championnat « d’amateurs », pas estampillé FIA et il vivait bien. Puis, devant la volonté de certains acteurs, la FIA et l’ancien promoteur ont créé le championnat mondial WRX (world rallycross). Les constructeurs s’y sont engagés plus ou moins directement, ont mis le paquet en termes de budget et…se sont barrés ! Laissant tout le monde dépité et le plateau défriché.

Il faut dire que les budgets ont explosés et que les anciens « amateurs » qui faisaient le gros du plateau n’ont pas suivi. Il en résulte un championnat moins intéressant alors que c’est une discipline spectaculaire à suivre. Le fait aussi d’aller sur certains nouveaux circuits non-historiques pas forcément intéressants et le covid-19 ont fini de pousser le WRX sur le bas-côté.

En 2022, la discipline passe à l’électrique. Certains gros constructeurs comme Peugeot poussaient pour y passer plus vite, et surtout pouvoir développer leur propre solution. Eh bien ce n’est pas le cas. Pour limiter les coûts, le WRX a décidé que tout le monde roulerait sur la même base, à savoir un véhicule développé par Kreisel Electric (une société Autrichienne).

Sur le papier, c’est bonnard : 500 kW (670 ch) et un couple de 880 Nm instantané. De quoi faire que la « RX1e » (le petit nom du véhicule) abatte le 0 à 100 km/h en 1,8 seconde. La batterie de 52,65kWh est largement suffisante pour les courtes courses du WRX (5 ou 6 tours selon si on est en qualifications ou en finale) et son poids est réparti pour gêner le moins possible l’équilibre de la voiture. D’ailleurs les voitures feront le même poids que maintenant (20 kg plus légères en fait). Chaque écurie pourra mettre la (fausse) carrosserie qu’elle voudra (ou dont elle aura le sponsoring…).

Des conteneurs de 900 kWh de capacité pour charger sur place

Les voitures seront rechargées sur les épreuves via une solution de GCK Energy (Guerlain Chicherit). Des conteneurs (*) de batteries seront chargés en France avec de l’électricité issue de panneaux photovoltaïques et d’électricité « verte ». Ces conteneurs seront ensuite amenés sur place et seront des points de charge mobile. Le promoteur annonce donc que 14 voitures ont été réservées. Les noms des écuries seront dévoilés plus tard.

Bref, sur le papier, ce nouveau WRX c’est tout bon. En réalité, cela risque d’être une pelleté de terre de plus jetée sur le cercueil du rallycross mondial. En effet, s’il n’est pas primordial, le son des moteurs thermiques crachant leurs décibels durant 5 à 10 minutes avant le silence entre deux manches, participent totalement au spectacle.

De plus, on va avoir ici tout le monde sur la même voiture. Exactement comme les catégories inférieures dites « de promotion ». Quand le top de la catégorie fait voiture commune, c’est mauvais signe.

Le nouveau promoteur (Rallycross Promoter de son petit nom) est fier d’annoncer 14 voitures commandées. En 2014, à Lohéac (l’un des temples du rallycross), ils étaient 37 au départ ! Déjà cette saison, quand le WRX réussi à avoir 10 voitures c’est un exploit ! Et encore, le WRX c’était souvent des privés qui réunissaient le budget pour s’aligner sur « leur » manche.

Où sont les plateaux de 30 voitures engagées ?

Mais, avec ces nouvelles voitures, il n’y aura pas d’occasion « à pas cher » ou de voiture à louer pour les privés. On aura donc un plateau famélique, comme on l’a actuellement. Circuits classiques délaissés + plateau réduit + locaux absents + Dziiiiiiii = ?

Personne ne connait encore le résultat de l’équation, mais cela nous semble mal embarqué. Le promoteur indique en sus qu’il veut revoir le format des courses pour « augmenter les opportunités de dépassement et rendre les courses plus serrées ». Il est vrai qu’en rallycross, le départ est primordial car il n’est pas simple de doubler, à part avec la tactique et le tour joker (un parcours alternatif à prendre 1 fois durant la manche, quand on veut). La gestion des pneumatiques est aussi très importante. En touchant le format, le promoteur va-t-il réellement améliorer les dépassements ? On demande à voir.

En attendant, on a droit à des photos de la voiture électrique en développement, avec une carrosserie de Skoda (qui ne fait pas le WRX actuel NDLA). Le plus amusant ? Avoir des autocollants « Remus », l’un des spécialistes des lignes d’échappement « à gros bruit ».

On peut douter du côté vertueux de passer au VE pour ces séries de sport auto. Ici, GCK devra trimbaler des conteneurs embarquant selon le promoteur 900 kWh d’électricité. Un poids énorme en batterie pour réalimenter des batteries n’importe où, même dans des pays comme la Lettonie ou l’Allemagne dont le mix électrique est fortement carboné. Mais, quid du coût CO2 de la construction des batteries des voitures, des conteneurs et du transport de toutes ces batteries ?

(*) trois conteneurs GCK Energy stockant chacun 300kWh et cinq points de recharge mobiles offrant une puissance de charge unitaire allant jusqu’à 50kW

Illustration : Kreisel Electric/WRX

Poster un Commentaire

25 Commentaires sur "Au moins 14 électriques sur la grille du WRX 2022"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Rickyspanish
Invité

ça s’annonce aussi intéressant que la Formula E …

amiral_sub
Invité

je trouve la formule E spectaculaire, en pleine ville, piste étroite, le boost

Achille Talon
Invité
Le problème de la FIA, c’est cette volonté d’offrir un produit lisse et formaté, censé attirer constructeurs, annonceurs et public. Ils n’ont jamais compris que le public n’adhère pas. Ce qui fait fuir les constructeurs à moyen terme. Le rallycross était bien plus marrant que le WRX, avec une diversité de voitures réjouissante. Pareil pour le championnat du monde des rallyes, qui faisait plus rêver que le WRC. On avait le Tour de Corse, le RAC, l’Acropole, les 1000 lacs, le Monte-Carlo. C’était des noms qui sonnaient, on connaissait les épreuves et leurs particularités. Que ce soit à l’époque du… Lire la suite >>
Jeff
Invité

Avec de l’électricité au charbon ?

Amazon
Invité

5eme paragraphe: électricité photovoltaique (mais les panneaux et les batteries sont surement construits avec de l’électricité noire chinoise, on se demande l’intérêt du truc si ce n’est la com)

amiral_sub
Invité

je remarque que les voitures électriques lèvent le loup de la production d’électricité. Longtemps cachée par les politiques et ignorée volontairement du grand public, la façon de produire l’électricité revient sur le devant de la scene et on se rend compte que la France est le bon modèle et que la fermeture de Fessenheim était une grosse connerie d’écolos, que les panneaux PV et les éoliennes c’est un énorme gachis financier et environnemental. Dans certains pays ça commence à chauffer: les Belges par exemple se rendent compte qu’ils ont été trompés par leurs « verts »

AXSPORT
Invité

Green gate ?

SGL
Invité
S’il y a un « Green gate » ça sera à cause de la surconsommation en Europe du charbon par la mise à l’écart du nucléaire par les Allemands… Ou bien la surconsommation de gaz venant de Poutine avec la bénédiction des Allemands et à cause des installations des éoliennes en surnombre sur l’Europe entière… Sachant qu’elles doivent être installées avec leur « doublure » constituée de centrale à gaz ! Il ne faudrait choisir que des solutions européennes comme le nucléaire… Le socle, puis des EnR européens avec comme doublure des barrages STEP et des réserves de H2 vert… Lire la suite >>
Invité

Le mieux c’est comme ici au Québec casi que de l’hydroélectricité mais peur de pays on autant de cours d’eau qu’ici.

Sylver
Invité
SGL
Invité

Oui @Sylver, ils s’améliorent… Mais c’est presque trop tard, ils partent de trop haut.
https://app.electricitymap.org/map
En intensité carbone France : 35g , Allemagne 308g, Pologne 595g, le bilan total de l’Europe est très mauvais à cause de 2 pays !
Il faudra attendre 2030… Et pour replacer à 50 % par du gaz de Poutine… Franchement, c’est bien ?

SGL
Invité

Tout à fait @C Ghosn, c’est stupide !
D’où mon commentaire sur les scandales possibles des législateurs écolos européens qui aggravent la pollution est essayant de faire de l’écologie.
Le problème est que l’influence allemande est trop forte en Europe.

Sylver
Invité

Pour info, les Ecolos ne gouvernent pas seul en Belgique, il ne sont qu’un petit parti dans la coalition. Plus ou moins tout les partis sont passé par le pouvoir depuis la signature de l´arrêt du nucléaire et aucun ne l´a vraiment remis en question.

Sylver
Invité

@amiral_sub: « les Belges par exemple se rendent compte qu’ils ont été trompés par leurs « verts » »
A bon?
Les energies renouvellables sont beaucoup beaucoup moins cher que le nucléaire (demandez aux Anglais). Quel état EU à encore des milliards à dépenser dans la technologie nucléaire? Le privé a lui montré quìl n´était pas interessé (pas rentable).

Laportino
Invité
@Sylver Mettre les énergies renouvelables dans un même panier est stupide : les technologies des éoliennes, barrages, panneaux solaires sont totalement différentes et il n’y a aucune raison que leurs coûts soient proches. En l’occurence, l’hydro-électricité est économiquement quasi-imbattable. Par contre, c’est bien de colporter l’histoire du nucléaire cher vs ENR abordables, mais je vous met au défi de me trouver un endroit ou cela se verrait dans les factures d’électricité. Concernant les privés, entre une centrale nucléaire très chère à la construction, qu’il faudrait amortir sur des décennies, qui fait fuir les assureurs et attire les zadistes, et des… Lire la suite >>
SGL
Invité

@Sylver, il n’y a pas de raison que le nucléaire type EPR ne redevient pas compétitif proportionnellement comme la génération des années 80-90… C’est-à-dire des baisses de coût et des délais de construction divisée par trois au minimum.
C’est l’inverse pour les EnR, les bons emplacements sont déjà bien pris.
Alors méfiance sur le fait de faire des bilans du coût de production au kWh … Qui ne sera certainement le même dans 10 ans.

Emmanuel
Invité
@SGL Non, l’EPR vendu par EDF et les chinois aux anglais c’est à 109£ le MWh les 6 EPR promis aux gouvernement français le sont au tarif de 60€ le MWh … soit à peu près le coût de l’électricité nucléaire chinoise issue des 2 EPR en fonctionnement ! Sauf si EDF a prévu de payer les ouvriers au tarif des ouvriers chinois, je ne vois pas comment réussir à construire et faire fonctionner 6 EPR en France au coût des EPR construits en Chine 10 ans auparavant ! Actuellement, l’électricité issue du nucléaire n’est pas la plus chère (le… Lire la suite >>
SGL
Invité

Nous ne sommes pas spécialement en désaccord @Emmanuel
109 € le MWh sont le prix sur le contrat des EPR Britanniques
https://www.challenges.fr/entreprise/109-euros-le-mwh-produit-par-les-epr-anglais-d-edf-un-bon-deal_159911
« Actuellement, l’électricité issue du nucléaire n’est pas la plus chère » grâce à nos centrales vieilles de 40-50 ans !!!
D’où L’URGENCE de relancer une série d’EPR est grande !

SGL
Invité

@Sylver, les EnR marchent avec le gaz très souvent (comme doublure) et le gaz s’envole dans les prix… Le nucléaire redevient de facto plus intéressant !
Et cela renforce l’indépendance énergétique de l’Europe (presque que des avantages… presque 😉 )

SGL
Invité

j’apprends que la Norvège … Gros fournisseurs de gaz de l’Europe, à très peu livrer de gaz l’hiver dernier du fait du manque de vent pour leurs éoliennes, du coup ils ont consommé beaucoup de gaz destiné à l’origine pour le reste de l’Europe.
Problème les autres fournisseurs de gaz sont la Russie et l’Algérie qui réclament parfois des arrangements diplomatiques parfois gênant pour les pays d’Europe…

SGL
Invité

On sait faire des PV et des batteries et des éoliennes européennes… C’est une question de choisir sa politique !

SGL
Invité

Cela va être intéressant pour acquérir de l’expérience dans la VE.
Possible que des retombées soient possible pour la série dans 5 ans !?

F1spirit
Invité

ça me fait penser au championnat du monde d’endurance dans les années 80, qui vivait pas mal au début des années 80 même s’il n’y avait que des Porsche. Et puis les constructeurs sont arrivées et le championnat a coulé en 1992.
Même topo pour les voitures du tourisme un championnat du monde s’est créé en 1987, et n’a pas de suite. Le championnat d’Europe meurt deux ans plus tard.
Le Cart dans le début des années 90 s’est internationalisé et a coulé
C’est bien la preuve que le toujours plus nest pas la solution à moins de s’appeller F1

wpDiscuz