Accueil Stellantis Stellantis : l’Allemagne finance la 2eme usine de batteries ACC

Stellantis : l’Allemagne finance la 2eme usine de batteries ACC

0
3
PARTAGER

Le groupe Stellantis – structure fusionnant les constructeurs automobiles FCA et PSA – viennent d’obtenir des autorités fédérales et régionales allemandes un financement de 437 millions d’euros pour sa deuxième usine de batteries. Cette dernière sera implantée à Kaiserslautern, dans le sud-ouest de l’Allemagne. Site de fabrication d’Opel, marque de Stellantis.

L’Allemagne se veut terre d’accueil de l’industrie automobile

« La production future de cellules de batteries ACC à Kaiserslautern est un signal fort pour l’avenir de l’Allemagne en tant que terre d’accueil de l’industrie automobile », a déclaré le ministre allemand de l’Economie Peter Altmaier, dans un communiqué d’Automotive Cells Company (ACC), filiale de Total et Stellantis (Peugeot-Fiat-Chrysler).

« Nous voulons que les batteries les plus innovantes, durables et efficaces proviennent d’Allemagne et d’Europe. Le projet ACC est une étape très importante à cet égard », a poursuivi Peter Altmaier.

Début de la production prévue en 2025

La première usine de batteries d’ACC, qui doit s’implanter près de l’usine Stellantis de Douvrin dans les Hauts-de-France, prévoit de démarrer sa production en 2023.

En ce qui concerne l’usine Opel de Kaiserslautern, ACC doit encore obtenir des autorisations administratives et prévoit de démarrer la production en 2025, pour une production optimale de 24 à 32 gigawattheures par an.

La nouvelle usine de cellules de batterie emploiera environ 2.000 personnes – comme sa « soeur jumelle » française – et produira des cellules de batterie pour environ 500.000 véhicules électriques par an de manière durable à l’avenir selon le ministre.

Concentration des projets d’usines de batterie en Allemagne

L’Allemagne concentre une partie importante des 38 projets d’usines de batteries prévus en Europe, avec entre autres Volkswagen, associé au Suédois Northvolt, un projet du Chinois CATL ou la giga-factory européenne de Tesla.

D’autres implantations d’usines de batteries prévues par Stellantis

Stellantis compte investir 30 milliards d’euros dans l’électrification de ses gammes dans les cinq prochaines années, histoire notamment de concurrencer Volkswagen qui mise désormais sur l’électrique. Le groupe réunissant PSA et FCA prévoit d’implanter une troisième giga-usine à Termoli, dans le sud de l’Italie, et compte en ouvrir deux autres en Europe et en Amérique du Nord, pour un total de 260 gigawattheures en 2030.

Notre avis, par leblogauto.com

Alors que les véhicules électriques pourraient avoir comme effet de diminuer les besoins en main d’œuvre, leur fabrication nécessitant beaucoup moins de ressources que les voitures dotées de moteur thermique, l’Allemagne tente de préserver l’emploi outre Rhin en accueillant à bras ouverts le secteur des batteries. Lesquelles concentrent la majorité des coûts de production et des besoins en personnel des nouvelles motorisations.

Un enjeu de taille alors que les élections approchent aussi en Allemagne … et que l’industrie automobile emploie de nombreux électeurs outre Rhin.

En février dernier, alors qu’ACC était à la recherche de compétences pour le site français, son directeur général indiquait que l’usine de batteries « est une solution, qui n’est peut-être que partielle », à la « baisse d’activité » dans la production de moteurs thermiques et plus largement à la désindustrialisation. Ajoutant : « je ne vois pas pourquoi une personne qui travaille aujourd’hui chez Bridgestone n’aurait pas le bon niveau de compétences pour travailler chez ACC ».

Rappelons enfin qu’en janvier 2020, soit avant la crise du Covid, l’agence de presse Bloomberg affirmait qu’Opel, alors récemment racheté par PSA, aurait pour projet de supprimer plusieurs milliers d’emplois. Citant une source proche du dossier, l’agence de presse précisait que 2.100 postes au moins seront supprimés d’ici 2025 et que deux vagues de réductions d’effectifs d’un millier chacune pourraient suivre en 2027 puis 2029.

Les postes créés dans cette nouvelle usine de batteries seront-ils suffisants pour permettre d’assurer un emploi aux salariés d’Opel ?

Sources : AFP, Stellantis

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Stellantis : l’Allemagne finance la 2eme usine de batteries ACC"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SGL
Invité

Manifestement, la France a tendance par prendre du retard sur le développement de la VE avec nos hésitations répétées par rapport à nos voisins et d’autres pays développés.
Pourtant, la base de la compétence dans ce domaine est plutôt bonne.

F1Pat
Invité

« l’avenir de l’Allemagne en tant que terre d’accueil de l’industrie automobile »

Ils mettent les moyens pour soutenir l’un des piliers de leur économie.
En effet, la quote-part du secteur automobile français pour le PIB ne doit pas être identique à celle des allemands.
Notamment la France via Renault à Douai investi pour soutenir le secteur automobile nationale.

Pour ma part, l’Allemagne a une très forte industrie et la France compense avec le secteur tertiaire (tourisme,…) ; alors les anglos-saxons libéraux sont tournés vers l’hyper tertiare financier …

wpDiscuz