Accueil Actualité Nikola et Iveco lancent la production en Allemagne

Nikola et Iveco lancent la production en Allemagne

0
21
PARTAGER
Nikola

Deux ans après l’annonce de leur partenariat, l’usine associant la start-up spécialisée dans les poids-lourds électriques et à hydrogène Nikola et le géant Iveco vient d’être inaugurée à Ulm, en Allemagne. L’horizon se dégage enfin pour la startup américaine, après bien des rebondissements.

Hambourg en poisson-pilote

Ce partenariat doit aboutir aux premières livraisons dès 2022, lorsque les premiers modèles Nikola Tre arriveront aux États-Unis chez des clients sélectionnés. Conçu pour le transport régional, ce camion de 15 tonnes basé sur la plateforme de camion Iveco S-WAY et doté d’un essieu électrique produit par FPT Industrial promet une autonomie de l’ordre de 800 kilomètres. Nikola

Le premier client sera le port de de Hambourg qui a signé un contrat pour effectuer un test sur 25 camions électriques à partir de 2022. Ils seront éprouvés pour les opérations de transport et de logistique avec des solutions de chargement à hautes performances. La seconde phase prévoit une intégration complète de ces camions électriques dans les opérations portuaires, l’installation de l’infrastructure de chargement et le soutien logistique sur site.

Bientôt l’hydrogène

Outre le Nikola Tre, le démarrage des activités à Ulm a coïncidé avec la présentation au public de la prochaine étape prévue sur la même plate-forme modulaire destinée aux véhicules lourds à propulsion électrique. A compter de 2023, ils seront aussi dotés d’une pile à combustible fonctionnant à l’hydrogène, pour avoir bien plus d’autonomie, et la faculté de se ravitailler très rapidement. Concrètement, en adoptant des remorques d’environ 40 tonnes, l’autonomie des camions électriques qui naîtront de la collaboration entre Iveco et Nikola, disponible en 200 kW et 300 kWsera, promet d’atteindre les 800 kilomètres d’autonomie. Il faudra 2 heures pour recharger les colonnes de 350 kW, ou 20 minutes dans le cas de l’hydrogène.

L’usine a une superficie de 50 000 mètres carrés, dont la moitié est couverte. La ligne d’assemblage ultra-moderne est divisée en 14 postes de travail et 6 stations de tests. Les opérateurs seront par ailleurs secondés par 32 robots de production. À l’heure actuelle, les prévisions tablent sur un millier d’unités par équipe chaque année, mais une augmentation globale est déjà attendue dans les années à venir. La volonté d’Iveco et de Nikola est aussi d’atteindre les objectifs du programme World Class Manufacturing, pour atteindre le zéro déchet, le zéro accident et la zéro panne. Nikola

« Malgré tous les défis engendrés par la pandémie, au niveau industriel mais aussi mondial, auxquels nous avons dû faire face depuis la première annonce de ce partenariat en septembre 2019, il est extrêmement gratifiant d’être ici aujourd’hui comme une seule équipe pour assister à l’accomplissement de tout notre travail acharné: un objectif atteint à temps et selon les plans originaux », a déclaré Gerrit Marx (PDG d’Iveco) lors de son discours inaugural. « Grâce à l’expertise éprouvée d’Iveco et à sa présence consolidée, nous avons fourni une plate-forme de communication d’entreprise sur laquelle la technologie de Nikola peut continuer à croître et à se développer. Désormais, notre objectif principal est d’assurer le succès de cette opération et de prendre conjointement le leadership dans le domaine du transport lourd court et long-courrier qui soit neutre du point de vue de l’impact climatique ».

Notre avis, par leblogauto.com

Après plusieurs mois de turbulences financières, de déconvenues et de polémiques, le temps de l’errance semble derrière Nikola, qui vient de signer un partenariat avec Bosch pour la fourniture des piles à combustible. Les camions Nikla/Iveco semblent être efin sur de bons « rails », façon de parler. Reste l’épreuve de la route, de l’autonomie réelle et de la vitesse.

Poster un Commentaire

21 Commentaires sur "Nikola et Iveco lancent la production en Allemagne"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Moi.
Invité

C’est quand-même con d’avoir choisi l’une des marques les moins fiables sur le marché des VI comme partenaire.

Le S-way est la suite du Stralis, un véritable sapin de Noël.

zafira500
Invité

« C’est quand-même con d’avoir choisi l’une des marques les moins fiables sur le marché des VI comme partenaire. »
Sources?
Moi j’ai entendu plutôt le contraire, les Iveco, surtout les moteurs, sont plutôt fiables.

Dom
Invité

Ce qui est con , c’est pour un Italien IVECO , de fabriquer dans son usine Allemande Magirus-Deutz …. il y a de la place en Italie , France etc etc….

Moi.
Invité

Tout le monde sait que les Stralis et S-way sont des saucisses, surtout niveau électronique, c’est loin d’être un scoop.

zafira500
Invité

« Tout le monde sait que… »
Oui, oui… tout le monde.

@Dom.
C’est peut-être aussi à la demande de Nikola.
Mais il aurait pu tout aussi bien être produit en Espagne.. ou est justement fabriqué le S-Way.

Miké
Invité

En même temps Nikola c’est du vaporwave donc pas mieux

amiral_sub
Invité

effectivement un mécano Iveco m’avait expliqué que les camions sont livrés même pas finis, ils partaient en sav dès la livraison…

R-Khan
Invité

Je pense même qu’ils donnent les camions en carton non ??
Quand IVECO livre des Trakker 8×8 avec un PTAC de 56 tonnes en Arabie et qu’on les voit travailler avec 4 millions de KM c’est nul, effectivement !! rien ne valait les Berliet qui pissaient l’huile à 10.000 km ou les Saviem à moteur MAN qui cassaient les ponts 3 fois par an.

amiral_sub
Invité

je tiens ça d’un mécano iveco, mais libre à vous de ne pas le croire. On voit des camions iveco sur les routes donc après un peu de maintenance ça a l’air de rouler

Thomas
Invité

Je suis curieux de suivre le résultat de ces premiers tests 😉

versdemain
Invité

A Nikola, c’est pas celui qui avait mis son camion en haut d’une colline, puis moteur arrêté dans la descente avait scandé … « nous consommons 0% de CO2 sur le trajet (en pente) »
https://www.leblogauto.com/2020/09/nikola-mauvaise-pente-milton-demissionne.html

amiral_sub
Invité

oui. Par contre ils n’ont pas dit cela, on ne consomme pas de CO2 malheureusement (sauf les plantes)

SGL
Invité

J’ai toujours cru à la PAC H2 pour les véhicules lourds … Surtout pour notre indépendance énergétique et peut être à terme pour baisser éventuellement la pollution.
J’espère que la concurrence 100 % européens va se développer… Avec Alstom et Plastic Omnium !?
Les champions français ne manquent pas !

Sylver
Invité

Indépendance énergétique avec du gaz naturel ou du charbon (principales source d’hydrogene)… ?

SGL
Invité

Les Allemands alimentent leurs trains H2 avec l’hydrolien et éoliennes… Nous !? Nous pourrons le faire grâce au nuke + EnR

Nicolas
Invité

Le « nuke » est sourcé en France?…

pat d pau
Invité

Pour votre connaissance, alstom et PlasticOmnium n’ont rien a voir avec le marché des camions. Alstom ne produit pas les moteurs H2 pour ses trains.

SGL
Invité

Dassault aviation n’a rien à voir avec les moteurs H2 !
Pourtant !
Et Alstom et Plastic Omnium n’auraient rien à voir !????
Je ne dis pas que ce sont leurs métiers à la base, mais ils ont déjà des compétences utiles.
J’aurais dû parler de Michelin et d’Air Liquide en priorité, certes…

Emmanuel
Invité

ça alors, je viens de découvrir que Nikola existe encore !

Donc camion prévu uniquement pour les descentes ?

wpDiscuz