Accueil Geely Geely mise sur les stations d’échange de batterie

Geely mise sur les stations d’échange de batterie

0
5
PARTAGER

Geely vise à mettre en place 5 000 stations d’échange de batteries pour véhicules électriques (VE) dans le monde d’ici 2025, alors que les ventes augmentent sur le plus grand marché automobile du monde, a déclaré le constructeur automobile chinois dans un communiqué dimanche.

Geely : service d’échanges de batteries

On ne peut nier l’essor des véhicules électriques : en 2020 les ventes mondiales ont augmenté de 43 % et sur des marchés comme la Norvège et les Pays-Bas, les ventes de véhicules électriques ont dépassé celles des véhicules à moteur thermique. À mesure que les taux d’adoption augmentent, le débat se déplace vers l’amélioration de la possession de véhicules électriques au quotidien, en particulier l’infrastructure et les services de réapprovisionnement des batteries.

Une solution proposée par certains est un modèle commercial de batterie en tant que service, soutenu par des stations d’échange de batteries, réduisant ainsi la dépendance vis-à-vis des stations de charge rapide de plus en plus sous tension.

Geely Technology Group a déjà commencé à déployer sa version de ce service en Chine, permettant aux conducteurs d’échanger la batterie de leur voiture en un temps record, à faible coût et avec un maximum de confort.

Gain de temps

Un avantage certain de ce concept de « battery swap » : les délais pour échanger la batterie sont rapides. Ces stations réalisent en effet l’opération en une minute – parfait pour ceux qui sont pressés, surtout par rapport à une charge rapide qui prend actuellement jusqu’à 30 minutes pour une charge de près de 80 %.

Pour les chauffeurs du service de covoiturage CaoCao de Geely, qui utilisent actuellement le service, cela pourrait signifier deux ou courses supplémentaires. Non négligeable.

Le chinois Nio prévoit 4 000 stations d’échange de batteries d’ici 2025

Le constructeur automobile chinois Nio prévoit pour sa part d’avoir 4 000 stations d’échange de batteries dans le monde d’ici 2025.

En avril dernier, il a inauguré officiellement la première station d’échange de batteries de deuxième génération, connue sous le nom de Power Swap Station 2.0, annoncée dès le mois de janvier 2021.

Cette infrastructure a été mise en place a été dévoilée en collaboration avec Sinopec, nouveau partenaire stratégique du constructeur concernant notamment le réseau de recharge et d’échange et le programme Battery as a Service.

Selon NIO, les stations seront capables d’effectuer jusqu’à 312 échanges par jour, soit un échange tous les 4,6 minutes ou environ toutes les 277 secondes, stationnement inclus. Une fois que le conducteur confirmera l’échange en appuyant sur un bouton, toute l’opération sera automatisée.

Notre avis, par leblogauto.com

Pour éviter que le manque d’infrastructures de recharges et la peur de panne ne freinent l’expansion des VE, la Chine promeut les infrastructures liées aux véhicules électriques, notamment les stations de recharge et les stations d’échange de batteries.

A l’heure actuelle, en Europe, l’accent est plutôt mis sur les stations de recharge que sur les stations d’échange de batterie. Le concept de « battery swap » n’étant pas aussi simple qu’il y paraît à développer. A noter que la recharge permet de faire le plein d’énergie indépendamment du constructeur du véhicule (Tesla ouvrant depuis peu ses équipements aux autres constructeurs) tandis que l’échange restreint le service aux véhicules équipés d’une technologie semblable.

Bien avant Geely et Nio, Renault proposait cette solution (hors France) pour la Renault Fluence ZE. Le constructeur est loin d’avoir abandonné le concept. Son DG, Luca de Meo a déclaré en mai dernier que l’échange de batteries représentait une opportunité intéressante. « Je leur ai demandé de trouver une solution pour revenir à l’idée originale qui avait été lancée par Renault en 2010/2011 et peut-être cela pourra arriver sur certaines voitures. Ce n’est pas décidé, mais je vois cela comme une opportunité intéressante. D’un point de vue commercial, il y a une bonne raison de séparer la batterie de la voiture, surtout si vous gérez la deuxième et la troisième vie de la batterie », avait-il ajouté.

Le concept d’échange de batteries pourrait modifier en profondeur la tarification du véhicule. La batterie appartenant dans ce cas au réseau, le véhicule pourrait être vendu à un prix hors batterie. Le tarif d’abonnement au réseau d’échanges de batteries deviendrait alors structurant.

Sources : Reuters, Geely

La vidéo : ici

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Geely mise sur les stations d’échange de batterie"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Ezy
Invité

Cf projet Better Place avec Renault…

SGL
Invité

Le jour où les Chinois feront quelque chose d’original… Les poules auront des dents.

Sylver
Invité

L’essentiel n’est pas d’avoir les idées, mais la persévérance et la capacité pour les mettre en œuvre.
Cela dit, je ne vois pas le battery swap s’étendre aux particulier. C’est plutôt une solution pour flotte captive, par exemple transport routier, taxi,…

SGL
Invité

…et d’avoir les moyens

Jeff
Invité

Si c’est comme avec Nio : tu te fais tripoter ta bagnole par un mécano avec les mains pleines de cambouis et qui pose ses charmantes fesses dedans. Ca suffit déjà des révisions et CT …

wpDiscuz