Accueil Actualités Entreprise Fonderies du Poitou alu : blocage pour faire pression sur Renault

Fonderies du Poitou alu : blocage pour faire pression sur Renault

0
14
PARTAGER

Les salariés des Fonderies du Poitou alu, qui fabrique des culasses, ont voté jeudi « jusqu’à nouvel ordre » le blocage de l’expédition de ces pièces, avec l’espoir de faire réagir leur unique client Renault et d’obtenir son soutien pour pérenniser le site, a-t-on appris auprès de la CGT.

Blocage des expéditions par les salariés des Fonderies du Poitou alu

Quelques 200 salariés en grève depuis ce matin à l’appel d’une intersyndicale CGT CFE-CGC ont voté « à l’unanimité » le blocage des expéditions, a indiqué à l’AFP le délégué CGT Jean-Philippe Juin à Ingrandes-sur-Vienne (Vienne), où est implanté le site, près de Chatellerault.

« Tant qu’on n’aura pas de dates de table ronde avec Renault et l’Etat, les culasses ne partent pas », a-t-il résumé, précisant que la production, elle, n’est « pas arrêtée ».

Les syndicats redoutent un désengagement total de Renault

Les syndicats craignent un « désengagement total » de Renault de l’usine depuis l’annonce que le site ne serait pas consulté pour l’attribution de la fabrication d’une nouvelle culasse, devant finalement être produite en Turquie.

L’intersyndicale lui demande de revoir sa position à la lumière de l’audit commandé par le gouvernement sur l’avenir de l’usine qui emploie quelque 320 salariés.

Un espoir : la fabrication pièces pour des voitures hybrides

Selon la CGT, ce rapport d’un cabinet de consultants, présenté jeudi aux salariés, estime que le site a « une capacité de retournement » s’il passe de la fabrication de culasses à des pièces pour des voitures électriques hybrides. A condition, toujours selon la CGT, d’assurer un chiffre d’affaires de 30 millions d’euros par an jusqu’en 2025. « Cela veut dire qu’il faut que pendant trois ans Renault nous soutienne« , explique Jean-Philippe Juin.

Mi-octobre pour trouver un repreneur

En redressement judiciaire depuis avril, la fonderie a jusqu’à mi-octobre pour trouver un repreneur.

Filiale du groupe Alvance de l’Indo-Britannique Sanjeev Gupta, l’équipementier automobile est en difficulté depuis plusieurs années. L’usine mitoyenne Fonderies du Poitou Fonte, qui produisait pour Renault des carters diesel destinés principalement à des véhicules utilitaires, a fermé ses portes cet été.

Elisabeth Studer avec AFP

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "Fonderies du Poitou alu : blocage pour faire pression sur Renault"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Henley
Invité
C’est avec ce type de comportement que les syndicalistes amènent leur entreprise droit dans le mur. C’est par cette façon de forcer les choses pour sauver leur emplois qu’au contraire ils le détruisent et y parviendront. Quand tu commences à voir ailleurs parce que tu trouves ailleurs des choses intéressantes qui te plaises et que celui qui avait toute l’attention en devient jaloux et passe aux menaces et aux mesures de rétorsion, il ne fait que s’enfoncer et augmenter encore plus l’attrait pour l’autre personne jusqu’au point de non retour. Les syndicalistes sont stupides. En agissant ainsi ils ne font… Lire la suite >>
Thibaut Emme
Admin

« Ils ne sont pas mariés, ni parent et enfant, Renault n’a aucune obligation » >> Alors en fait oui et non…ces ateliers sont nés de la volonté des constructeurs français à une époque de récupérer les fonderies (Bretagne, Poitou, etc.). Et comme ils étaient les clients quasi exclusifs, ils sont, de fait, en droit du travail, avec un lien de subordination.
On a le même souci avec des autoentrepreneurs (microentrepreneurs) qui travaillent exclusivement pour un employeur. En cas de litige, l’administration du travail requalifie quasi à chaque fois en CDI…

beniot9888
Invité

C’est vrai, mais Fonderie du Poitou a été créé il y a 43 ans déjà, ils ont eu le temps de prendre leur indépendance. Ils ont travaillé pour Fiat pendant un temps.

Thibaut Emme
Admin
@Beniot9888 : oui je le sais bien. Et il y a des exemples d’usines qui ont su se sortir du giron d’un constructeur. Mais, par facilité, ou par manque d’opportunité, de vision de l’avenir, ou de savoir-faire, nombre d’ateliers/usines sont restés avec 80% du CA ou plus dépendant d’un constructeur. En 2019, on parlait déjà de FPF et FPA. Mais aussi de Steva à Bessines sur Gartempe : https://www.leblogauto.com/2019/02/fonderie-fpf-vienne-demande-redressement-judiciaire.html https://www.leblogauto.com/2019/04/emboutisseur-steva-haute-vienne-ex-fonderie-poitou-interesse.html Steva, ex usine crée par la Cogema pour compenser la fermeture des mines d’uranium du Limousin, était moins dépendante de PSA, mais quand même. L’emboutisseur a été repris et de… Lire la suite >>
Klogul
Invité

j aime ces commentaired anti syndicaliste mais ils ne relevent pas l. envoi de la production en Turquie… On repassera sur le « made in france » vendu par renault et la RSE.

Il faut aller un peu plus loin que les carcans politique

Henley
Invité
Le.sujet c’est cette usine française. Pas la Turquie. Il n’y a pas d’envoi de la production en Turquie vu que Renault n’est pas propriétaire de la manufacture du Poitou. Ce n’est donc pas une délocalisation. Renault a juste changé de fournisseur, un fournisseur plus compétitif malgré le fait qu’il ne soit ni français ni proche mais les qualités de ce fournisseur turque dépasse largement ces handicaps car le fournisseur français n’est plus du tout au niveau que ce soit en terme de prix mais aussi en terme de rapports client qui a été complètement détériorés. Toi, quand tu achètes ton… Lire la suite >>
Henley
Invité
Aucune société ne peut se contenter d’être dépendant d’un seul client sinon ce n’est plus une société indépendante mais une filiale. Tout gérant se bat pour avoir des clients, en avoir le plus possible et quand un client fait une grosse commande et que ça en devient régulier, le gros client ne doit pas devenir le gérant de l’ombre. Je pense aux exploitants agricoles qui vendent une très grosse partie de leur production à une coopérative privée et qui ensuite sont pieds et poings liés quand celle-ci demandent de baisser leur prix sinon elle va acheter ailleurs. À la base… Lire la suite >>
Thibaut Emme
Admin
Ces ateliers/usines ont été ainsi créés… Mais peut-être ne connaissez-vous pas l’historique de ce tissu économique. Votre exemple de l’agriculteur est le même…les agris se sont réunis en coopératives. Elles leur appartenaient mais ce n’était pas leur métier. Quand les géants de l’agroalimentaire leur ont proposé de racheter les coopératives, ils ont dit oui car il y avait la promesse que rien ne changerait. Vous allez me dire, mais qu’ils ont été cons de le croire…et c’est de leur faute intégrale s’ils ne savent pas aller chercher un autre client… Ces ateliers ou usines n’ont pas été créés par l’opération… Lire la suite >>
Henley
Invité
Il y a une énorme différence et c’est ce qui fait cette comparaison fausse selon moi c’est de dire que des micro entrepreneurs qui sont en fait des personnes physiques qui travaillent à leur comptes et une entreprise qui compte plusieurs centaines d’employés. Dans le cas du micro entrepreneur, bien souvent, il a créé son compte d’entreprise uniquement parce que la société donneur d’ordre ne veut pas embaucher des personnes sous le statut de salarié et donc ’embauche’ sous le statut de l’auto-entrepreneur en disant à la personne qu’elle a convaincu de travailler avec elle, de se mettre auto entrepreneur… Lire la suite >>
Thibaut Emme
Admin
greg
Invité
« ces ateliers sont nés de la volonté des constructeurs français à une époque de récupérer les fonderies » Oui, sauf que vous oubliez de préciser que ce n’était pas la volonté de Renault, mais celle du gouvernement de l’époque qui voulait redynamiser la sidérurgie dans une région sinistrée. C’est René Monory qui en 1978 a plus ou moins contraint Renault à délocaliser l’activité fonderie basée à Billancourt dans la Vienne, alors que Renault voulait en fait la fermer. Ensuite mais vous racontez n’importe quoi, mon prof de droit du travail doit se retourner dans sa tombe! Le lien de subordination est… Lire la suite >>
MOTÖRHEAD
Invité

Tout à fait d’accord Henley

Will
Invité

Dans l’autre article ils parlent de 2000 départs et 2500 arrivées d’ici 2024 chez Renault, y’a qu’à transvaser ces 360 dans les 500 de différence.

C’est une boutade^^ quoique.

r.burns
Invité

Merci à Henley et Greg de mettre les points sur les i après cet article qui prend plaisir à donner seulement le point de vue de la CGT.

wpDiscuz