Accueil Art automobile Audi skysphere concept : la tentation du luxe ?

Audi skysphere concept : la tentation du luxe ?

0
16
PARTAGER

Audi dévoile le premier d’une série de concepts : le skysphere (en minuscules). C’est un concept « spectaculaire » de roadster dont certaines lignes ne nous sont pas étrangères.

Audi chercherait-il à aller au-delà du premium et à lorgner vers le luxe ? En tous les cas, ce concept skysphere regarde indubitablement vers ce segment. C’est un roadster « évolutif » qui préfigure certains futurs éléments de design de la marque aux anneaux. C’est un concept et à ce titre, il montre ce que pourrait être un intérieur dans « quelques » années, avec la « vraie » conduite autonome plus répandue.

Cet Audi skysphere a un empattement variable. Cela permet de passer, selon Audi d’un modèle de Grand Tourisme à un modèle Sport. Ce genre d’empattement variable, on l’a par exemple vu récemment chez Renault avec le concept Morphoz. C’était alors l’occasion de passer d’un SUV « de voyage » à un SUV « de ville ». Sur le skysphere, ce sont tout de même 25 cm de variation qui sont prévus. La hauteur de caisse baisse aussi de 1 cm en version GT.

De long à très long

Le roadster, deux places, électrique (car oui c’est électrique) passe ainsi de 4,94 m de long à 5,19 m en version GT. Une version Sport qui reste donc très longue. Esthétiquement, ce concept Audi va puiser son inspiration du côté des coupés à loooooong capot. On pense immédiatement à la Mercedes-Maybach 6 Coupé. C’est d’autant plus vrai de profil ou de 3/4 arrière avec une poupe effilée.

A l’avant, on trouve la « Single Frame » en version suggérée. Elle est pleine et non ajourée comme sur une voiture thermique. Elle est même encore plus suggérée par les côtés qui n’existent que par une signature lumineuse. Ce gimmick stylistique est tellement marquant pour Audi qu’il n’y a plus besoin de la mettre en vrai pour qu’on la voit. La suite de bagages repend d’ailleurs la forme de la calandre.

Les feux avant sont très fins, un peu comme un regard acéré sur la route. Là encore La Maybach 6 Coupé nous revient en mémoire. Là où cette Audi se distingue, c’est par des plis très marqués, sur le profil, avec des portières très creusées et des passages de roue qui ressortent fortement. Le profil est le plus marquant avec un poste de pilotage très reculé. Type E, Viper, etc. nombre de voitures marquantes ont joué de ce paramètre. Audi de son côté tente de raccrocher ce concept à la Horch 853 roadster. Pour le positionnement oui sans aucun doute. Le style lui n’est plus du tout le même.

L’intérieur du concept pousse encore plus loin la numérisation de la planche de bord. Une immense dalle sert pour les instruments de bord, la rétrovision et l’écran central. Un autre écran côté passager complète tout cela. En mode GT, autonome, tous les écrans s’alignent et on se retrouve avec un écran de 1415 mm de long par 180 mm de haut.

Salon autonome niveau 4

Les fauteuils sont « à l’ancienne ». Très droits/plats pour le dossier et l’assise et des pans coupés sur les côtés. On a l’impression d’avoir un prototype de course des années 70/80. On notera les appuie-tête intégrés au double bosselage arrière, ainsi que les portières dites « suicide ».

Concept oblige, il y a de la cinématique un peu partout. Le coffre avant s’ouvre en deux partie. Merci la fée électricité pour cette place à l’avant. En mode GT, autonome, le volant et le pédalier s’escamotent pour faire de l’intérieur un salon roulant. Pour le kitch, Audi place une bouteille et deux flutes dans la console centrale.

Le concept est né dans les têtes des designer du Audi Design Studio à Malibu en Californie. Il fera ses grands débuts pas très loin, à Pebble Beach, le 13 août, pour la « Monterey Car Week ».

Dans les différences avec la Horch 853 roadster, il y a aussi la motorisation. L’ancètre disposait d’un moteur huit cylindres en ligne de 5 litres de cylindrée. Ici, l’Audi skysphere est électrique comme la mode du moment l’y « oblige ». Le moteur est placé sur l’essieu arrière. Il délivre 465 kW de puissance (624 ch environ) pour 750 Nm de couple aux seules roues arrière. Audi annonce 1800 kg « seulement » sur la balance avec une répartition 40:60 AV:AR. Le 0 à 100 km/h serait fait en 4 secondes. Mais ces chiffres sont vulgaires dans le petit monde feutré de Monterey.

Steer-by-wire

« Plus de 80 kWh » sont prévus pour la capacité avec une batterie non pas plancher, mais placée derrière la cabine et entre les sièges. C’est un peu la configuration de la Rimac. Plus de 500 km WLTP espérés en mode GT « éco ».

On est dans du concept donc autant se lâcher sur la fiche technique. L’Audi skysphere est en « steer-by-wire ». En gros, la direction n’est pas mécaniquement reliée aux roues. Cela permet de choisir des duretés, mais surtout des rapports de démultiplication différents pour la direction. On peut même choisir son « couple de retour » (ce qui ramène les roues droites quand on lâche le volant). L’arrière est aussi directionnel pour un rayon de braquage plus faible, et une plus grande stabilité à haute vitesse.

Les suspensions sont à air et adaptatives. Trois chambres à air indépendantes peuvent être pilotées pour avoir plus ou moins de dureté. Cela permet de mieux contrôler le roulis et le tangage, mais aussi d’offrir un confort de « coussin d’air » pour les longs trajets GT. Il faut dire que les jantes 23 pouces chaussées de pneus 285/30 n’aident pas au confort.

Ce concept Audi skysphere est le premier de trois concept « sphere » : skysphere, grandsphere et urbansphere. Les trois concepts sont autonomes niveau 4 (on peut lâcher les mains et se reposer totalement sur la machine dans certaines situations précises). Le concept grandsphere (grande familiale ?) est annoncé pour 2022.

Notre avis, par leblogauto.com

Audi se rappelle de son passé de fabricant de voitures de luxe. Reste à voir si ce concept restera lettre morte ou bien si c’est un mouvement que la marque va réellement faire. Il y a déjà une marque de luxe dans le groupe VW : Bentley.

En tout cas, c’est une proposition rafraichissante même si on peut toujours trouver des ressemblances avec d’autres concepts déjà vus. Un grand roadster, fut-il électrique, on n’en a pas tous les jours dans la forêt de SUV.

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "Audi skysphere concept : la tentation du luxe ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Emmanuel
Invité

tient une Batmobil ?

SAM
Invité

Du coup? Elle annonce les nouvelles orientations stylistiques de …. Peugeot?

Jean
Invité

Une gueule et profil de Peugeot et l arriere d un concept renault.

SAM
Invité

Porsche, Tesla (sauf le pick up) ou une Alpine (une) démontrent qu’un design non agressif se vend.

Chez Audi, Toyota, Peugeot, Hyundaï ou BMW au contraire … on pense que ce dernier doit être spectaculaire. Souvent agressif.

Mention spéciale pour cette Audi car elle est quand même réussie par contre elle est méchante mais méchante.

Frédéric LANGLOIS
Invité

Dans la première catégorie, on pouvait aussi citer Citroen, Renault, FIAT, Mazda ou Suzuki

Will
Invité

Soupir…

gigi4lm
Invité

Chez VAG on ne sait plus qui fait quoi.
Audi irai donc marcher sur les plages bandes de Bentley ?
A moins que Bentley quitte le domaine du luxe et s’intéresse au marché des généralistes et nous propose une ÀMI bien cheap pour laisser le champs libre à Audi sur le créneau du luxe 😀.

Frédéric LANGLOIS
Invité

Pas faux : il est où, le temps où chaque marque chez VAG avait une clientèle cible ? Là, on croirait que toutes les arques veulent piétiner les platebandes de ses « consœurs » pour assurer quelques ventes en plus

DiZeL
Invité

et pour rentabiliser un peu plus les plateformes, moteurs, composants…

wpDiscuz