Accueil Constructeurs Après 46 ans, plus de plomb dans l’essence mondiale

Après 46 ans, plus de plomb dans l’essence mondiale

0
28
PARTAGER
essence_plomb

L’Algérie était le dernier pays à proposer de l’essence au plomb. C’est désormais du passé selon une information du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE).

Le PNUE salue ainsi une « étape majeure ». La fin de l’essence plombée permet en théorie d’éviter chaque année plus d’1,2 million de décès prématurés. Cela doit aussi représenter une économie de plus de 2 400 milliards de dollars toujours selon le PNUE.

Au début du XXe siècle, les pétroliers ont ajouté du plomb à l’essence pour en augmenter son indice d’octane. Cela permettait d’éviter le phénomène de cliquetis, et ce métal mou servait de lubrifiant aux sièges de soupape. Très pratique, cela a posé très tôt des problèmes de santé avec dès 1924 une première intoxication mortelle dans une raffinerie aux Etats-Unis.

On savait pertinemment que le plomb additivé présentait un risque pour la santé. Mais le côté économique de cette essence au plomb a fait qu’elle a duré dans le temps. Ce n’est que récemment (dans l’histoire de l’automobile) que l’on a peu à peu supprimé le plomb de l’essence.

L’arrêt du plomb pour une question d’argent

Et ne cherchez pas une raison sanitaire à tout cela, ni environnementale. Encore une fois, c’est l’argent qui a poussé à l’évolution. En effet, les sels de plomb étaient combinés à du chlore et du brome. Techniquement cela permettait l’évacuation dans les gaz d’échappement. Mais, ces gaz étaient délétères pour…les pots catalytiques. En quelques années d’utilisation, les pots se bouchaient et devenaient inopérant, voire provoquaient des pannes.

Résultat, les USA ont mis fin à l’essence avec plomb dès 1975 ! Chine et Inde sont parmi les grands pays à les avoir suivis. Pour l’Europe, il a fallu attendre 2000 ! Dès 1990, en France, on trouve de l’essence sans plomb. Mais, le plomb reste la norme. Les concentrations ont largement diminuées avec par exemple 1,3 g par litre dans les années 60, puis de moins en moins pour atteindre 0,15 g en 1995.

Par un arrêté du 23 décembre 1999, il est décidé l’interdiction de la commercialisation de l’essence plombée en Métropole au 2 janvier 2000. Dans les DOM, cela continuera un peu plus, par dérogation. Pour que les moteurs les plus anciens continuent de fonctionner malgré des indices d’octane plus faibles et un carburant qui ne lubrifie plus, des additifs de potassium sont lancés.

La fin mondiale de l’essence avec plomb aura donc pris 46 ans ! Evidemment, Greenpeace s’est emparé du sujet pour sa retape : « Cela montre clairement que si nous pouvons éliminer progressivement l’un des combustibles polluants les plus dangereux du XXe siècle, nous pouvons éliminer absolument tous les combustibles fossiles » selon Thandile Chinyavanhu, en charge des campagnes de Greenpeace sur le climat et l’énergie pour l’Afrique.

L’Algérie est officiellement le dernier pays à interdire l’essence plombée. L’Irak et le Yémen avaient pris récemment cette décision.

Pourquoi le plomb est nocif pour les humains et l’environnement ?

Le plomb, rejeté dans l’atmosphère par les moteurs à essence, provoque plusieurs dégâts. Chez les humains, cela provoque une baisse du QI. Le plomb peut même être transmis de la mère au fœtus. Le plomb dans le sang va alors se déposer majoritairement sur les os et y rester longtemps après l’exposition (demi-vie de plus de 10 ans !). Cela provoque le saturnisme qui peut altérer les fonctions cognitives, rénales, cardiovasculaires, reproductrices, etc.

Mais, le plomb pollue aussi l’environnement. Le plomb est naturellement présent dans la nature. Cependant, c’est l’Homme qui a augmenté les concentrations en utilisant le plomb depuis des siècles. Avec l’essence au plomb, l’Homme a bouleversé le cycle naturel du plomb et répandu du plomb partout autour de lui. Le plomb empoisonne alors la faune et la flore avec des conséquences sur les écosystèmes, mais aussi un empoisonnement de la chaîne alimentaire et des humains.

Illustration : T.Emme/leblogauto.com

Poster un Commentaire

28 Commentaires sur "Après 46 ans, plus de plomb dans l’essence mondiale"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Verslefutur
Invité

« Chez les humains, cela provoque une baisse du QI »
Le plomb en est une des causes, mais malheureusement, il y en a bien d’autres. La baisse est continue 🙂

lym
Invité

C’est clair… la conséquence est qu’on en arrive alors à des écolos qui limitent les villes entières à 30km/h, entraînant plus de pollution qu’à 50. Ou que l’on pousse à des véhicules électriques moins vertueux que bien des thermiques modernes, ces derniers ne voyant (niveau crit’air) aucune amélioration prise en compte depuis… 2011.
Même l’avion n’est plus censé faire rêver nos enfants! Heureusement, leur QI n’est plus affecté par le plomb…

Klogul
Invité

il y avait eu a l epoque un choix a faire entre le methanol et le plomb pour augmenter la tolerance au cliquetis.

Comme d habitude les financiers au manette on prit le « plus simple ».

Sinon la com de greenpeace est quand meme une sacré blague oui 46ans pour passer a du plomb a du sans plomb alors pour passer au ve on se revoot dans 50ans, pendant ce temps il faudra reduire le co2 via des carburant de synthese ou bio carburant de 2eme ou 3eme generation loin de l utopie du 100% ve prone

lym
Invité

Surtout que l’on reste à du fossile avec une possibilité très simple de continuer à utiliser de vieux modèles sans sièges de soupapes renforcés, va les additifs.

Bon, c’est du pur greenpeace. Quand on est anti nucléaire au sens le plus large alors que c’est la seule alternative viable pour limiter le fossile au maximum, forcément, on voit le niveau d’enfumage de cette clique.

seb
Invité
Je pensais que l’arrêt de l’essence plombée était plus ancienne que ça en France. Si l’arrêt de l’essence plombée date de 2000 en France, tous les moteurs construit en France après 2000 sont prévus pour fonctionner au sans plomb. (J’imagine que la génération d’avant aussi puisque les constructeurs étaient forcément déjà au courant et ont du s’adapter) Pour que l’Algérie continuait à avoir des stations service avec de l’essence plombée, ça veut dire qu’ils avaient encore il n’y a pas longtemps une grande majorité de leur parc auto qui avait plus de 20 ans? Il faudrait peut-être penser à arrêter… Lire la suite >>
Labradaauto
Invité

c’est une bonne chose. Dommage pour les chemtrails qui font mieux que le plomb dans le réservoir de l’automobiliste . Mais le pompiste , lui n’y est pour rien

wpDiscuz