Accueil Stellantis Usine de batterie : Stellantis / Italie poursuivent leur discussion

Usine de batterie : Stellantis / Italie poursuivent leur discussion

0
12
PARTAGER

Stellantis – constructeur issu de la fusion de PSA et de FCA – a déclaré vendredi que les discussions se poursuivaient avec le gouvernement italien sur la construction éventuelle d’une nouvelle usine de batteries, ou gigafactory, en Italie.

Décision sur l’ajout de giga-factories en Europe et aux USA en 2021

Stellantis, qui a déjà deux projets d’usines de batteries en France et en Allemagne, a déclaré que l’ajout de giga-usines en Europe et aux États-Unis serait décidé cette année.
Le groupe automobile est en pourparlers à ce sujet avec Rome, l’Italie étant l’un de ses principaux centres de production en Europe.

Stellantis prévoit également d’annoncer plus tard ce mois-ci des objectifs plus stricts concernant ses émissions de CO2 en Europe, a déclaré vendredi le PDG de Stellantis, Carlos Tavares.

La production en Italie examinée de près

Depuis que Stellantis a été formé cette année par la fusion de Fiat Chrysler et de PSA, la production en Italie est sous surveillance car ses coûts de production sont plus élevés que d’autres sites européens.

Rencontre entre les dirigeants de Stellantis et un ministre italien
Le président de Stellantis, John Elkann, et son DG Carlos Tavares, ont rencontré Giancarlo Giorgetti, ministre italien du développement économique, en juin, rapporte également l’agence de presse Reuters.

Lors de cette entrevue, Giancarlo Giorgetti aurait demandé à Stellantis de garantir que l’Italie restera l’un des principaux pays où le groupe fabrique des véhicules et s’est enquis des projets d’investissement dans la fabrication de batteries à Mirafiori, le principal quartier industriel de Fiat à Turin. Tout est dit : l’emploi transalpin est au cœur du sujet.

Automotive Cells Company : JV entre Total et Stellantis

Stellantis détient une joint-venture avec le géant de l’énergie Total, appelée Automotive Cells Company, et compte construire deux usines de cellules de batteries, l’une à Douvrin, en France et à Kaiserslautern, en Allemagne.

Les deux sites représentent un investissement total de 5 milliards d’euros et devraient permettre la production de batteries pour 1 million de voitures par an sur la base d’une capacité cumulée de 48 GWh.

Notre avis, par leblogauto.com

Suite à la fusion entre FCA et PSA, Rome compte bien ne pas être en reste et souhaite obtenir toutes les garanties du constructeur pour préserver l’emploi transalpin. Une éventuelle implantation d’une usine de batteries en Italie pourrait permettre de rassurer le gouvernement italien sur ce point.

Si les syndicats italiens ont plutôt bien accueilli la fusion, ils réclament toutefois une implication plus forte de l’Etat italien au niveau financier. Début janvier, Fiom-Cgil, influent syndicat, avait appelé le gouvernement italien à prendre une part dans le capital de Stellantis.

«L’Italie est dans une position de faiblesse dans cette fusion avec les Français» et «il faut la présence de l’Etat dans son capital pour avoir un mot à dire sur la future stratégie», avait déclaré la secrétaire générale de Fiom Cgil, Francesca Re David.

Un tel scénario n’avait pas été écarté par Rome. « Une éventuelle présence de l’État dans le capital social du nouveau groupe, similaire à celle du gouvernement français, ne peut et ne doit pas être un tabou », avait également déclaré à cette date le vice-ministre italien de l’Economie Antonio Misiani. «L’opération Stellantis relève de l’intérêt national du point de vue de l’emploi et de l’industrie», avait-t-il indiqué au journal La Repubblica.

Sources : Reuters

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "Usine de batterie : Stellantis / Italie poursuivent leur discussion"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Nithael70
Invité

«L’Italie est dans une position de faiblesse dans cette fusion avec les Français» , qui doutait de la prise de pouvoir de PSA sur FCA?

Adc
Invité

L’Italie en tant qu’Etat actionnaire, faut lire …

zafira500
Invité

@Nithael70.
Il est question d’actionnariat, la France ayant plus d’actionnaires (famille Peugeot + État) que l’Italie (Agnelli).

Nithael70
Invité

Ce n’est pas au nombre d’actionnaires, mais à la répartition des parts. Si les français ont plus de parts, ils ont le contrôle. Les français sont PSA, les italiens, FCA.
Adc, non, il faut lire Italie comme Etat+ anciens actionnaires de FCA.
Ce sont les actionnaires qui votent pour le directoire.

sweeck
Invité

@Nithael70 : ‘Les Français ont plus de parts, ils ont le contrôle ».
Tiens donc, vous pouvez nous détailler la composition du capital de Stellantis pour voir si c’est vrai ?

Thomas
Invité

Selon certaines rumeurs demain mardi Stellantis pourrait annoncer des choses concernant son usine Vauxhall d’Ellesmere Port(info d’Autocar qui cite Automotive News Europe) 😉

Don
Invité

La fusion a été réalisé sur le principe d égalité entre les français et les italiens. L état français est certe actionnaire, mais la famille Agnelli possède 2 fois plus d actions que la famille Peugeot.
Mais tout est possible, Essilor qui a fusionné avec un groupe italien est finalement passé sous contrôle de son partenaire malgré les accords de principe.
Tavares peut très bien tourner sa veste et favoriser le plus actionnaire de stelantis surtout si cela lui permet de garder son poste

versdemain
Invité

Carlos Tavares est un émigré Portugais mondialiste. Il a fait son début de carrière dans les Amériques. Alors privilégier tel ou tel pays ne sera pas à mon avis sa priorité. Il fera simplement ce que les actionnaires lui demande de privilégier pour toucher sa supper prime à la fin de l’année.

Sur 2020, la priorité était mettre le siège social de PSA dans un paradis fiscal (au pays bas) dans le cadre de la fusion Stellantis. 2021 ?

SGL
Invité

La période d’hésitation de l’ère SM est révolue, l’ère d’écraser l’accélérateur dans l’industrie de la VE commence !
L’Italie est encore un grand pays industriel dans l’Europe… Il ne faut pas qu’ils manquent ce passage.

sweeck
Invité

S’agissant de la transition vers l’électrique carlos était plutôt debout sur le frein. S’il consent désormais à y investir c’est parce que le marché du thermique est en train de disparaitre.

C Ghosn
Invité

TotalEnergies, non plus Total.

wpDiscuz