Accueil Constructeurs Réparer avec des pièces d’occasion, où en est-on deux ans après ?

Réparer avec des pièces d’occasion, où en est-on deux ans après ?

0
0
PARTAGER

Il y deux ans, un arrêté entrait en vigueur le 1er avril 2019, obligeant les réparateurs à informer leurs clients qu’ils pouvaient proposer des pièces d’occasion. Mais, le grand public est-il au courant ?

Est-ce que vous savez, donc, que lorsque vous amenez une voiture à réparer chez un professionnel, ce dernier a l’obligation de vous proposer un devis avec des pièces neuves, mais également, si vous le souhaitez, avec des pièces d’occasion ? Beaucoup de monde l’ignore encore. Pourtant, à la clé, il y a plusieurs avantages.

Déjà, pour le client, les pièces d’occasion représentent un gain financier non négligeable sur la facture finale. Ensuite, d’un point de vue écologie, la réutilisation d’éléments d’occasion est un recyclage très intéressant pour la planète. Ce sont des pièces neuves en moins à produire, et c’est une destruction de pièce repoussée pour la pièce réemployée.

Attention, toutes les pièces ne sont pas concernées. Les pièces d’usure comme les plaquettes de frein ou les disques ne seront pas proposées en occasion. Il en est de même pour les pièces de sécurité ou de liaison au sol. En revanche, tout ce qui est carrosserie, mécanique, intérieur, etc. peut être réemployé les yeux fermés. Cependant, le client reste le roi et si vous ne voulez pas de pièces de réemploi, vous pouvez demander des pièces neuves.

Faire baisser la facture fait du bien à la planète

Par ailleurs pour faire baisser la facture, il y a des réparations que vous pouvez faire par vous-même si vous êtes un peu adroit. Pour cela, le plus simple est de passer par un magasin spécialisé dans les pièces auto. Une fois les pièces trouvées vous pouvez les installer chez vous si vous avez les outils nécessaires.

N’oubliez pas non plus qu’il existe  des garages dits « self-service ».  Ce sont des structures où l’on trouve tous les outils pour faire l’entretien et les réparations de son véhicule. On peut louer un emplacement durant la durée qu’il faut. Là encore, le but est de faire des économies pour le portefeuille. Mais, c’est aussi une manière de partager l’outillage, ce qui est bon d’un point de vue écologique.

Avec la pièce de réemploi, c’est une dépense potentiellement en baisse de 30 à 40% par rapport à une pièce neuve. La pièce d’occasion a toujours existé avec les casses automobile qui proposent de quoi réparer. Et ainsi, permettent de donner une seconde jeunesse à une voiture fatiguée ou âgée. Avec la loi de 2018, l’état force les réparateurs à proposer toujours de la pièce de réemploi. Pour les pros, le réemploi est une chance d’attirer de nouveaux clients avec des factures plus faibles pour la même prestation.

Le marché de la PIEC s’organise

Avant le cadre réglementaire, on estime que les pièces d’occasion en France ne représentaient que 2% du marché de la réparation. Depuis, ce pourcentage augmente et devrait, à terme représenter un peu plus de 10% du marché de la réparation. Certains professionnels ont senti qu’il y avait une opportunité et se positionnent fortement sur la pièce de réemploi.

Ils organisent un véritable marché de la PIEC (pièce issue de l’économie circulaire) avec une traçabilité sur l’origine et la qualité de la pièce. Cela leur permet d’organiser la logistique et de proposer des livraisons en H+4 comme pour la pièce neuve dans bien des cas.

Alors, la prochaine fois que vous allez faire réparer votre véhicule, pensez à la pièce d’occasion.