Accueil Constructeurs L’Europe veut la fin du thermique pour 2035

L’Europe veut la fin du thermique pour 2035

0
147
PARTAGER

La voiture n’est pas la seule dans le viseur de la Commission Européenne. Pour ce qui nous concerne, c’est donc la fin du thermique visée pour 2035.

« La Commission européenne a adopté aujourd’hui un ensemble de propositions visant à adapter les politiques de l’Union en matière de climat, d’énergie, d’utilisation des terres, de transport et de fiscalité de sorte à permettre à l’Union de réduire ses émissions nettes de gaz à effet de serre d’au moins 55 % d’ici à 2030, par rapport aux niveaux de 1990 ».

La commission a décidé de mettre tous ces oeufs dans le même panier ou presque puisque le texte adopté précise : « (…) toutes les voitures neuves immatriculées à partir de 2035 seront des véhicules à émissions nulles ». En clair, ce seront des véhicules électriques. Et donc, l’Europe va imposer le déploiement d’un réseau de recharge – électrique et à hydrogène – plus dense.

« [Le règlement] imposera aux États membres d’accroître leur capacité de recharge au rythme des ventes de véhicules à émissions nulles et d’installer des points de recharge et de ravitaillement à intervalles réguliers sur les grands axes routiers: tous les 60 kilomètres pour la recharge électrique et tous les 150 kilomètres pour le ravitaillement en hydrogène ».

Ce n’est « pas une solution rationnelle »

D’ailleurs, la réponse des constructeurs ne s’est pas faite attendre puisque l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA) juge que ce « n’est pas une solution rationnelle ». L’organisation estime que « toutes les options, y compris les moteurs thermiques très efficaces, les hybrides et les véhicules à hydrogène doivent jouer un rôle dans la transition vers la neutralité climatique ». Il est à noter que toute la commission n’était pas d’accord pour ce « pack climat ». Les tensions risquent de continuer et Ursula von der Leyen est mis sur la sellette.

Concrètement, l’UE veut « une réduction des émissions moyennes des voitures neuves de 55 % à partir de 2030 et de 100 % à partir de 2035 par rapport aux niveaux de 2021 ». Pour y arriver, l’Europe a amendé le règlement des baisses d’émissions de CO2. L’Europe avait déjà imposé dès 2020 une émission moyenne de 95 grammes de CO2 par kilomètre pour les constructeurs. Ces émissions moyennes devaient être abaissées de 15% en 2025 et de 37,5% en 2030. Ce sera donc 55% en 2030.

Désormais, on ne parle plus d’interdire les simples thermiques, mais aussi les hybrides, fussent-ils rechargeables. Ce qui fait réagir les constructeurs, mais aussi les pays producteurs d’automobiles qui comptaient sur les PHEV pour assurer la transition. Si les constructeurs sont contre, les associations de défense de l’environnement applaudissent. Comme l’ONG Transport & Environment qui estime que « c’est un tournant pour l’industrie automobile et une bonne nouvelle pour les conducteurs » selon William Todts, dans des propos rapportés par l’AFP.

Hausse globale de l’énergie en vue

L’Europe va aussi revoir les règles du système d’échange des quotas d’émission (SEQE) pour le rendre moins favorable avec un plafond global d’émission abaissé, et la suppression de « niches » comme les quotas à titre gratuit de l’aviation. Dans ce système qui permet à des pays d’échanger des droits d’émission (de les payer NDLA), les pays devront désormais « consacrer la totalité des recettes qu’ils tirent de l’échange de droits d’émission à des projets liés au climat et à l’énergie ».

Attendez-vous à une hausse globale des prix de l’énergie. En effet, l’Europe veut soutenir la transition dite écologique en revoyant la taxation des produits énergétiques. En clair, les énergies fossiles vont voir leur prix fortement augmenter, que ce soit le fioul domestique, les carburants pour avion et/ou bateau non renouvelables, mais aussi l’essence et le gazole.

Ces mécanismes de fiscalité des énergies devront « [promouvoir] des technologies propres et en supprimant les exonérations obsolètes et les taux réduits qui encouragent actuellement l’utilisation de combustibles fossiles. Les nouvelles règles visent à réduire les effets néfastes de la concurrence fiscale en matière d’énergie en contribuant à garantir aux États membres des recettes provenant des taxes «vertes», qui sont moins préjudiciables à la croissance que la fiscalité sur le travail ».

La déclaration complète de l’Europe et consultable ici.

Notre avis, par leblogauto.com

2035 c’est dans deux générations de véhicules automobiles à peine. Et en 2035, les PHEV qui commencent à prendre de l’ampleur seront interdits de vente ! L’Europe impose des règles, puis change les règles presque au dernier moment. Les constructeurs eux subissent et les conséquences sociales en matière d’emploi seront plus importantes.  Pour les consommateurs, la transition risque de faire mal au portefeuille. D’ailleurs l’EU le sait puisqu’il y a un volet social.

L’Europe, une nouvelle fois, va pousser une technologie dont les rendements globaux sont plus mauvais que ceux des moteurs thermiques, et donc les technologies coûtent excessivement cher : le véhicule électrique à pile à combustible à hydrogène. Surtout, les stations inexistantes vont demander un investissement colossal en plus d’être énergivores pour conserver le H2 sous pression, gazeux ou liquide.

Surtout, l’Europe semble ignorer superbement les moteurs thermiques utilisant des e-Fuel ou des biocarburants. Ces carburants alternatifs sont pourtant des carburants non fossiles et devraient donc être considérés comme « bons » pour le climat. D’ailleurs cette même commission recommande les eFuels pour les avions et les bateaux ! Las, l’Europe ne parle que de « véhicules à émissions nulles ». D’ailleurs, émissions à l’échappement serait plus juste. Car tous les véhicules électriques, à batterie, à hydrogène ou autres émettent bel et bien des polluants et gaz à effet de serre.

Et pour ceux qui penseraient conserver leur véhicule thermique aussi longtemps que possible, on devrait avoir une forte hausse des taxes sur les carburants pour dégoûter de rouler avec ses véhicules.

Poster un Commentaire

147 Commentaires sur "L’Europe veut la fin du thermique pour 2035"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
luxecar
Invité

Si au lieu de taxer les voitures ou les voyages en avions qui vont peser sur le budget des gens ordinaires, on taxait le fuel lourd (le plus polluant) des bateaux (souvent sous pavillons de complaisance) qui nous déversent tout un tas de produits bas de gamme made in China entre autre et que l’on pourrait faire en Europe et de meilleur qualité.

Jdg
Invité

Ou au lieu de taxer ils ont qu’à réduire le coût de l’électricité comme ça les VE seront encore plus compétitif sans peser sur le budget des gens.
A ben non en France (et ailleurs) on ne sait que taxer.

SGL
Invité

Taxer est la variable d’ajustement.

Jdg
Invité

@sgl: 🤣🤣 quel beau langage de politicien

SGL
Invité

J’ai résisté jusqu’en 2013 pour avoir un diesel quand 90 % autour de moi avaient un diesel depuis des lustres.
Seul l’argent a été la motivation comme 100 % des gens avant moi.
Les économies avec la résidence secondaire devenaient énormes.
Si les VE polyvalentes deviennent pas plus cher qu’un diesel avec 600 km, les gens, ils viendront naturellement uniquement pour une histoire de sous… Comme ils se sont tous mis au diesel il y a trente ans.

Emmanuel
Invité

L’électricité est déjà « pas chère » en France : 0,15 € le KWh alors que les pays voisins sont plutôt à 0,25 /0,35€ , et fortement taxée (45% si ma mémoire est bonne).

SGL
Invité

Vive la taxe carbone aux frontières européennes !

Emmanuel
Invité

ce ne sont pas les gens ordinaires qui utilisent les lignes intérieures, mais des professionnels, ou des personnes qui ont les moyens de partir en week end à l’autre bout de la France ou en Europe, plutôt qu’à 100 ou 200 km de chez eux !

luxecar
Invité

Oh que si, avec des billets autour de 30 Euros (compagnies low cost) cela n’est pas forcément des gens aisés qui prennent l’avion. D’ailleurs depuis la crise Covid et les restrictions sur les lignes intérieurs, il n’y a jamais eu autant d’avions d’affaires / taxi dans le ciel. Faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fait.

Emmanuel
Invité

non, regardez les études existantes.
Le compagnies low cost ne vivent pas avec les « pauvres » qui partent 1 à 2 fois l’an en avion pour des vacances de quelques jours à quelques semaines, mais avec les personnes qui tous les week end font un A/R chez eux/résidence secondaire, ou vers des capitales européennes dans un BnB.
et pour cela, il faut quand un budget conséquent.

luxecar
Invité

Pas tant que ça, entre autres pour AirBnB. Je me permets d’insiter car je travaille dans l’aviation.

Laportino
Invité

Le transport maritime est particulièrement efficace en €/tonne et même CO2/tonne. A mon avis, même en doublant le prix du fioul via des taxes, l’impact sur le prix des importations sera limité. Et donc celui sur le climat serait quasi-nul. Donc la principale raison pour laquelle cela ne se fait pas est sans doutes de l’ordre du casse-tête juridique.

luxecar
Invité

Il y aurait une autre solution créer une taxe carbone sur les produits importées qui serait équivalente au prix du produit fabriqué en Europe.

KifKif
Invité

@Thibaut : un monde et les règles de l’OMC

Invité

Un des soucis dans ton raisonnement (qui pourrait se tenir) c’est que taxer les produits chinois pour mieux produire « at home » signifie avoir des industries pour produire « at home » … ce qui n’est pas vraiment le cas.
Autre souci : jurer que tout ce qui vient de Chine est de la camelote, alors qu’en fait ils produisent juste ce qu’on leur demande de produire. Ils produisent tout aussi bien des iPhone à 1200 euros qu’un smartphone chinois à 100 euros qui va durer 3 mois.

Invité
1/ les avions et les bateaux aussi sont en train de muter (pas un avionneur ou un chantier navale qui ne travaillent sur des solutions hybrides ou électriques) mais leur espérance de vie moyenne est plus long qu’une automobile voila pourquoi le processus est moins visible 2/ la pollution globale via le C02 est nettement supérieur par l’automobile et le camion que les avions et bateaux… en effet si UN avion ou UN bateau émettent plus qu’UNE voiture il n’y a que 100 000 bateaux sur terre et 120 000 avions de lignes contre… 1,25 milliards de voitures et camions… Lire la suite >>
SGL
Invité

Pour moi, on brûle les étapes.
Optimisés, les hybrides auraient pu être la « moins mauvaise solution » sur les longs trajets pendant 20 ans au minimum.

SGL
Invité

…enfin avec du diesel ou diester !
Car sinon, c’est plutôt sous les 60 km.

AXSPORT
Invité

Diesel et hybride….
Une usine à gaz hors de prix

Quand à la dépollution des mazouts……

Emmanuel
Invité

c’est un problème de CO2 fossile.
L’UE met le paquet pour que l’on diminue drastiquement et très rapidement les rejets de CO2 fossile !
le carburant des thermiques est du carburant fossime, tout comme le kérosène.
afin de limiter l’évolution du climat il faudrait revenir à la moitié du CO2 d’il y a 30 ans …
pourquoi interdiction des thermiques ? parce que les moteurs brûlent du carburant fossile …
il aurait existé d’autres carburants non fossiles en quantité et facile d’accès ce serait différents. Mais actuellement il n’y a pas de solution de remplacement des carburants fossiles, donc on interdit !

Christophe
Invité
Oui cependant la fabrication d’une voiture électrique émet elle aussi du CO2 fossile tout comme la production de l’électricité. Un seul exemple, le facteur d’émission moyen de l’électricité en Europe, c’est 420 g CO2e fossile / kWh soit 76 g / km pour une VE consommant 15 kWh/100 km. C’est du pur greenwashing en se focalisant uniquement sur les émissions directes mais en omettant toutes les émissions indirectes. En tout état de cause, remplacer les VT par des VE ne permettra pas d’atteindre la neutralité carbone, la seule solution réduire l’usage de la voiture en se les partageant, mais pour… Lire la suite >>
Christophe
Invité

@Thibaut Emme
15 kWh/100 km c’est en sortie de batterie, à la prise c’est un peu plus.
Un VT alimenté en carburant renouvelable fait largement mieux, par exemple de l’E100 ou mieux du biogaz.

Christophe
Invité

@Thibaut Emme
Décision européenne visant toute l’Europe.

Christophe
Invité

@Thibaut Emme
Il n’y a pas que les émissions de l’usage (directes à l’échappement et indirectes de production du « carburant »). Il faut intégrer les émissions de fabrication de la voiture.
Et c’est finalement un peu le problème, au-dessus de 3,75 t CO2, une voiture en possession d’un foyer ne lui permettra jamais d’atteindre la neutralité carbone. En ce sens la commission européenne est dans le gros greenwashing.

Emmanuel
Invité
E85 : 1 L – 0,8 kg – 6,5 kWh – 1,68 kg/CO2 l’E100 n’est pas référencé dans la base Ademe, mais dans le calcul de l’E85, l’ethanol est indiqué à 1 kg/CO2 au L citadine, en ville, – 6L/E100/100 km -> 6 kg/CO2/100 km – 10 kWh/100 km -> mixte français actuel : 2,10 kgCO2 /100 km avec le mixte électrique français prévu en 2025 : 0,78 kg/CO2/100 km Sachant que le E100 ne s’adapte pas à un véhicule non prévu au départ pour ce carburant (il y a trop de modifications à réaliser à cause de l’ethanol, carburant très… Lire la suite >>
Christophe
Invité

C’est bien le problème, on est sur une position purement dogmatique depuis le départ. C’est comme de s’évertuer à considérer uniquement la pollution à l’échappement.

Klogul
Invité

10kwh/100km j aimerais bien connaitre le modele que vous avee pris en reference car cette valeur me semble irealiste.

Avecb une zoe il faudra comptzr 14.5/15 kwh100km, et par quelle miracle le taux de co2 de l energie electrique va diminuer avec plus d enr et moins de nucleaire… Je n y crois meme pas.

Quand a la quantite de co2 par kwh votre valeur est fausse :

https://www.rte-france.com/eco2mix/les-emissions-de-co2-par-kwh-produit-en-france

20g de co2 par kwh ca donne pas le meme resultat 🤣

Amazon
Invité

tout dépend du type de trajet.
Avec une Tesla M3 c’est 12 KWH/100 sur du cabotage ville/périurbain quand je faisais 7/100 de GO auparavant.

si l’on arrive a développer des véhicules dédiés aux déplacements périurbain, (max 110 km/h, 4 places, un coffre, 200 km d’autonomie (ce ne serait pas la fiche technique de la Dacia Spring?)) à moins d’une tonne, alors les 10 KWH/100 sont surement atteignables.

Sylver
Invité
Non ce n’est pas 420g/kWh, c’est plutôt en dessous des 300 aujourd’hui. Même l’Allemagne est sous la barre des 400 si je ne me trompe pas. Ensuite, deux points : – la VE sont principalement rechargé la nuit, lorsque la production d’électricité est la plus verte. – Il ne faut pas prendre la valeur des emissions faiblirai mais bien une moyenne sur la durée de vie du véhicule. Du coup on n’est plus à 60g mais plutôt à 20g. Pour une essence, c’est l’inverse: il faut prendre en compte les émissions du à la production ce qui détériore nettement le… Lire la suite >>
Klogul
Invité

Donc le fin mot de l histoire on taxe pour essayer de rendre le ve competitif…

D ailleurs ca pousse pour le mais en meme tempq le nucleaire ne fait pas parti des choix retenue pour l energie.

Je ne rajouterais rien de plus sur les carburant de synthese ou e85 2eme ou 3eme gen

SGL
Invité

Bah taxer qquch qui pollue et qui ne vient pas de France ou d’Europe principalement, ne pause pas de problème à terme… au contraire !

DiZeL
Invité

@Thibaut : désolé, les pavés aussi sont souvent importées de Chine ! Le cas il y a qques années pour restaurer une route du Nord.

SGL
Invité

La facture du prix de l’uranium est comme le prix du lait dans la facture du yaourt… C’est que dalle !
Le nucléaire est à 95 % français !
Et ce n’est pas le cas des autres énergies sauf pour les barrages.

SGL
Invité

Ben cela fait une réserve stratégique en cas de conflit ou tension internationale.

SGL
Invité

Quel dommage que la France ne fabrique plus ses PV et éoliennes !
… si c’est en plus pour acheter du gaz chez les dictatures… Je suis totalement contre dans ces cas.
Donc vive le nucléaire à tout point de vue… Mais il serait bien d’avoir des EnR françaises avec des solutions de stockage d’énergie française.

SGL
Invité

Non, trop cher, et aucun ingénieur électricien que je connais n’en ont en plus… Ce n’est sûrement pas rentable en France où le kWh est très peu cher…
Mais dans 10 ans avec des VE pour tout le monde… ?

SGL
Invité

Il faut être riche pour se prétendre vertueux… Même pour les états !
Si le diesel avait eu ses 7 centimes de hausse, le kWh moins subventionné.
Peut-être que tous les Français moyens seraient nettement plus vertueux !?
Avec de VE chez eux des PV installé sur leurs toits.
Mais voilà les encouragements sont totalement à l’opposé… Tellement à l’opposé que j’envisage même l’achat d’un diesel d’occasion pour l’avenir.
Merci les GJ !

Christophe
Invité

Oui moi j’ai deux Systovi 250 Wc sur traceur 2 axes mais j’ai 26 % de leur production injectée au réseau en pure perte faute de consommateur en face quand ils produisent.
Alors les lobbyistes de la bagnole électrique qui veulent faire croire qu’ils rechargent avec leurs panneaux, ils me font rire. Une infirme partie de l’électricité de mes panneaux va dans les batteries de mon EDPM ou du VAE de ma compagne.

Amazon
Invité

Christophe, as tu fait le bilan carbone de ton installation? je suis certain que si tu comptes tout (vraiment tout fabrication-installation-entretien-gestion fin de vie du matériel et recyclage) tu es moins bon que le KWH moyen du réseau. tu as en plus une emprise au sol importante non productive.
Quant au coût, l’autoconsommation est difficilement rentable si tu es relié au réseau.

Amazon
Invité

sauf que l’autoconsommateur doit aussi être raccordé au réseau pour avoir de l’énergie les longues journées d’hiver sans soleil ni vent.
quand l’autoconsommateur a ses PV ou son éolienne qui produisent, alors cela veut dire que les PV et éoliennes du réseau sont aussi en fonctionnement.
Le bilan carbone de son installation personnelle (forcément petite donc pas aussi optimisée que les installations industrielles) est donc mauvais, il est plus efficace de se raccorder au réseau d’un point de vue bilan CO2 global.

Emmanuel
Invité

les plus grosses éoliennes sont fabriquées en France : moteurs à st Nazaire et pales à Cherbourg !
et il existe une seconde marque qui fabrique ses petits modèle en France.

Klogul
Invité

donc on taxe aussi le lithium, neodyne etc?

Voila ce que donne votre philosophie « communiste » une taxe sur tout car pas issue de l europe (on a en deja suffisament de taxes on est deuxieme juste derriere la finlande).

On voit qu ils n ont meme pas prevu de plan B ca montre le niveau d amateurisme de ces politiques, on en reparlera dans 5ans avec la future crise de production sur les batteries…

SGL
Invité

On a déjà eu 70 milliards de factures annuelles de lithium en France un jour ?
Mais bon soit ! C’est pour cela que je suis aussi à fond pour un mixte d’E85, diester, GNV, H2, là où ils sont bien !

Klogul
Invité

oui un mix de renouvelables qui peuvent etre produit de maniere local (bio gnv, e85) et des ev aussi

Emmanuel
Invité
l’UE subventionne le biogaz depuis des années, et il n’y a quasiment rien qui bouge. Les pétroliers freinent très très forts, les ministères s’envoient les demandeurs …. Combien de projets comme Liger en France ? quand on voit le bordel qu’a été l’unité de méthanisation des déchets à Lille, avec des années d’attente parce qu’aucun ministre ne souhaitait autoriser du biogaz à passer dans une conduite sous une voie communale afin d’alimenter une partie des bus de l’agglo lilloise, alors qu’il s’agissait d’un projet pilote présenté à des dizaines de villes européennes, et financé par l’UE. Il est compréhensible que… Lire la suite >>
SGL
Invité

Ben quelle tristesse !
C’est pour cela que je souhaite une augmentation de pétrole… qui paradoxalement luterait à terme contre la pauvreté en Europe contrairement aux idées reçues !

SGL
Invité

Ben, cela provoque des emplois.
Ça provoque un cercle vertueux d’une économie qui prospère à sa richesse intérieure.
Acheter, pas cher, sur Internet un produit chinois… ça fait faire des économies …. Mais quand le voisin vous envoie au chômage parce qu’il n’a pas acheté à votre entreprise qui vous emploie ne vous enrichit pas vraiment !
Sauf à réfléchir basiquement comme un GJ ou à un clébard devant sa gamelle.

Emmanuel
Invité
@Thibaut Il est possible de réaliser des peintures pour le bâtiment sans utiliser de produits issus du pétrole. L’intégration de dérivés du pétrole dans les peintures est liée au pétrole pas cher : huile minérale et solvant pétrolier étant moins coûteux que huile et solvant végétaux. Il y a un siècle les peintures étaient réalisées à bas d’huile de lin, de chanvre, de pépins de raisins … et, si nécessaire (bois, métal …) d’essence de térébenthine ou de terpènes d’agrumes il y a très peu de fabricants qui continuent sur cette piste mais ça existe : Natura en France, Auro,… Lire la suite >>
SGL
Invité

Comment provoquer des emplois ? … ben en prenant des initiatives pour trouver des alternatives pour remplacer le pétrole justement !
75 % du pétrole est possible de s’en passer par des alternatives… Ces alternatives coûtent très cher, mais provoquent des emplois.
Le pétrole est la simplicité, mais la simplicité provoque des pertes d’emploi.
ça marche si c’est associé par le contrôle des frontières.

SGL
Invité

Maïs, algues, blé, olives… etc.
Où utiliser le réutilisable comme les récipients en verre acier inoxydable.
Alors, oui, c’est plus cher, mais ça l’avantage de provoquer de l’emploi…et à terme de la richesse nationale !
Cela ne peut pas se faire du jour au lendemain, ça mettra du temps, on passera à une première période d’augmentation sans avantage…. Mais comme la récole du blé, les avantages n’arrivent qu’après la moisson.

Laportino
Invité

@SGL je pense que vous gagneriez à lire « Le sophisme de la vitre brisée » et la « Pétition des marchands de chandelles » de Bastiat.

SGL
Invité

Intéressant @Laportino.
Merci !

Christophe
Invité

« l’UE subventionne le biogaz depuis des années », elle est drôle celle-là mais pour calculer les émissions d’une voiture au biogaz, ils considèrent les émissions du gaz fossile !

Emmanuel
Invité
L’idée initiale était de mettre en place le marché du GNV / méthane puis évoluer vers le biogaz, et ceci dès le départ du GNV vers 1995. A Lille en 1995, il y a lancement du premier projet européen de centre de production de biogaz à partir de déchets de l’agglomération, gaz devant servir à alimenter les véhicules de l’agglo, le centre de production connu quelques avanies de construction et fut fonctionnel en 2007 … mais il a fallut attendre 2011 pour la décision politique définitive interdisant la pose d’une conduite sous la route afin d’acheminer le gaz vers la… Lire la suite >>
Christophe
Invité

@Emmanuel
El là on se retrouve avec une imposition d’une solution qui ne permettra jamais d’atteindre la neutralité carbone et qui ne réduira aucunement la pollution aux particules des voitures en ville.

Klogul
Invité

n importe quoi les vehicules au gaz n emette quasiment aucune particule :

https://www.grdf.fr/acteurs-gnv/accompagnement-grdf-gnv/enjeux/atouts-ecologiques/particules-fines-bons-resultats-gnv

Vous etes tout bonnement hallucinant et de mauvaise foi

Amazon
Invité
@KLOGUL: il y a 2 problèmes dans la poursuite du thermique (en dehors du réchauffement climatique) – rarefaction du pétrole « conventionnel », donc une prévision de prix à la hausse très sensible (X2-X3) dans les 5 ans à venir. les sources alternatives ne sont pas rentables car la quantité d’énergie pour lkes extraire est parfois supérieure à celle récupérée (sable bitumineux) – les solutions « synthèse » ne sont pas viables économiquement (sans subventions) et le bilan énergétique de ces carburants n’est pas bon. en plus, certaines filières sont en compétitions avec la production alimentaire les batteries ont l’avantage de ne pas se… Lire la suite >>
Christophe
Invité

@Amazon
Parce que vous croyez vraiment que de remplacer les VT par des VE va permettre de lutter efficacement contre le réchauffement climatique.
https://www.tcs.ch/fr/tests-conseils/conseils/achat-vente-vehicule/recherche-auto-comparaison.php
TM3 SR+ 19,6 t CO2e à la fabrication, qui plus est en une seule fois.
Même si il y a réduction par rapport à la voiture qu’elle remplace, rien ne prouve que dans 15 ans (donc aux alentours de 2035) quand il faudra la remplacer la production de la suivante sera neutre.

In fine la solution VE sert uniquement à maintenir l’usage quotidien d’une voiture, notamment en ville, dont il faut pourtant sortir.

Klogul
Invité
Deja les solutions les solutions renouvelable prix abordzble type e85 2eme generation (je vois un poncif sur la premiere generation) mais bon votre VE il faut pouvoir produire des batteries (il va y avoir un pic en 2025 a cause des ressources sous tension). Vous me faites doucement rire comme si la voiture electrique allre tout sauver deja rien que le remplacement a allure forcer des vt pour les ve ca aurz un impact important, en suite vu le plan enr sans nucleaire on repassera pour le gain de co2😉 Expliquez moi en quoi l augmentation de la temperature du… Lire la suite >>
Invité

« « c’est un tournant pour l’industrie automobile et une bonne nouvelle pour les conducteurs » selon William Todts, dans des propos rapportés par l’AFP. »

Quel gros con

robert +
Invité

Avec le temps va , tout s’en va . d’ici 2035 …… guerre , révolution , météorite , covid 28 , trump , voyons déjà 2022 .

wpDiscuz