Accueil Breaks Nouvelle Peugeot 308 SW : l’audace du lion ?

Nouvelle Peugeot 308 SW : l’audace du lion ?

0
49
PARTAGER
PEUGEOT 308 SW PHEV

Il n’y a pas que le SUV dans la vie. Il y a aussi les breaks et voici le Peugeot 308 SW qui fait encore évoluer le style Peugeot vers un style expressif.

Extérieurement, cette Peugeot 308 SW (station wagon) reprend tout l’avant de la berline 5 portes présentées il y a quelques mois. Il y a la grande calandre diamantée avec l’effet de profondeur où trône le nouveau logo du lion de Sochaux. Elle est encadrée par les blocs optiques (à LED de série, Matrix LED sur GT/GT Pack) plus fins qui se terminent en dents de sabre qui balafrent le bouclier avant.

Le profil est aussi identique dans son dessin, que ce soit au niveau des sculptures qui prolongent les phares, le Y horizontal qui souligne le bas des portières. En revanche, tout l’arrière à partir de la portière arrière change, bien entendu. Au lieu de se terminer par un large montant arrière, ici cela s’étire et le montant arrière est relativement fin, vu de l’extérieur. La vitre de custode et tout de même visiblement d’une taille intéressante.

Un arrière au caractère aérodynamique

Enfin, il y a l’arrière. Et là, Peugeot se lâche. Le style reprend les codes de la 308 à hayon, avec notamment les feux avec leurs « griffes » penchées, mais il le souligne avec des lignes plus tendues que le hayon de la berline. Il y a par exemple le béquet au-dessus des feux. D’ailleurs, les feux sont « encastrés » dans la fin de l’aile arrière et le panneau du hayon. Le hayon a lui aussi son petit caractère avec, outre le béquet, un pli marqué dans le bas. Le tout est souligné par un bouclier lui-aussi fortement marqué.

Peugeot à visiblement décidé de donner du caractère à son break. Est-ce pour le mettre en face des SUV correspondants ? En effet, ces derniers forcent le trait, la fameuse « virilité » (il parait). En tout cas, par rapport à la rondeur du modèle sortant, il y a un monde. Les breaks du segment C sont surtout vendus aux professionnels (70% contre 30% de particuliers). Est-ce que cela peut faire revenir les particuliers vers les breaks ?

Ce caractère permet aussi d’avoir une aérodynamique soignée (Cx de 0,277 et un SCx de 0;618 m²) avec des zones de décrochement du flux d’air optimisées, ainsi qu’un bas de bouclier imposant pour casser le flux latéral…pour quelques grammes de CO2 en moins en consommation. Même les jantes sont dessinées pour permettre un gain de 2 g de CO2/km par rapport aux actuelles.

La voiture sera disponible en sept couleurs dont le bleu Avatar (couleur de présentation) :

  • Bleu Avatar
  • Rouge Elixir
  • Blanc Perle nacré
  • Blanc Banquise
  • Gris Artense
  • Gris Platinium
  • Noir Perla Nera

Un intérieur déjà connu

A l’intérieur, on retrouve celui de la berline Peugeot 308. On a pu le découvrir en mars dernier, avec là encore des traits affirmés. On aime ou on aime pas, mais Peugeot ose. La 308 SW mesure 4,64 m avec un empattement de 2,73 m. C’est 5 cm de plus en longueur que la 308 SW de 2014. Cet accroissement se retrouve surtout sur le porte-à-faux arrière qui prend 4 centimètres.

En revanche, le break perd de la hauteur (3 cm) avec une hauteur de 1,442 m contre 1,472 auparavant. Pour le coffre, chose importante dans un break, il faut distinguer les version thermiques des versions hybrides. En thermiqacue, la voiture affiche 608 litres de coffre, avec un plancher 2 positions. En version hybride, le volume perd 60 litres. Banquette arrière rabattue (en trois partie 40/20/40), le volume est de 1634 en thermique et 1574 l en hybride.

A l’intérieur, Peugeot dispose plus de 11 emplacements pour disposer de toutes les affaires qui traînent dans une voiture. Tout comme la berline, le break 308 dispose du Techno Spirit (la dernière version du i-Cockpit), du Peugeot i-Connect et i-Connect Advanced.

Motorisations thermiques, mais surtout PHEV

Pour les motorisations, la Peugeot 308 SW est présentée en Hybride rechargeable. Deux niveaux de puissance sont prévus avec l’Hybrid 225 e-EAT8 et l’Hybrid 180 e-EAT8. Tractions toutes les deux, ces motorisations combinent un PureTech (180 et 150 chevaux) associé à un moteur électrique de 81 kW accolé à la boîte EAT8. L’Hybride 225 est capable de parcourir 59 km en 100% électrique tandis que la version 180 peut selon le cycle WLTP revendiquer 60 km.

Le moteur électrique est alimenté par une batterie lithium-ion de 12,4 kWh. Elle peut être rechargée en 3,7 kW de série et 7,4 kW en option. Sous 3,7 kW il faut moins de 4 heures pour une charge complète. Sur une prise domestique, il faut 7h05 pour la charge complète. Pour les entreprises, ces versions présentent l’intérêt d’être PHEV et donc d’avoir une exonération de TVS (taxe sur les véhicules de société).

En Essence , Moteurs 3 cylindres de 1,2L de cylindrée :

  • PureTech 110 S&S BVM 6
  • PureTech 130 S&S BVM 6
  • PureTech 130 S&S EAT 8

En Diesel moteurs 4 cylindres de 1 5 L de cylindrée :

  • BlueHdi 130 S&S BVM 6
  • BlueHdi 130 S&S EAT 8

Les premières livraisons de la nouvelle PEUGEOT 308 SW auront lieu au début de l’année 2022. Elle sera produite en France, à l’usine de Mulhouse.

Notre avis, par leblogauto.com

Alors qu’on aurait pu s’attendre à avoir un break dans la veine de la 308 berline, on a ici un arrière avec bien plus de caractère que la 5 portes. En cela, Peugeot continue dans la veine des SUV de la marque comme le Peugeot 3008.

Côté motorisation, le BlueHDI 130 aura sans doute les faveurs d’une majorité d’acheteurs rouleurs. Mais, les version PHEV avec 180 et 225 chevaux ne manquent pas d’atout sur le papier. Reste à voir en vrai lors d’un prochain essai.

Poster un Commentaire

49 Commentaires sur "Nouvelle Peugeot 308 SW : l’audace du lion ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Fabi35
Invité

La 508 SW paraît bien sage à côté
A quand une déclinaison SW de giulia avec un tel caractère ?

cpasassez
Invité

malheureusement, jamais

ctrop
Invité

« Le moteur électrique est alimenté par une batterie lithium-ion de 124 kWh »… soit près d’une tonne de batterie… 12.4 j’imagine

Emmanuel
Invité

Je dois être trop vieux, mais qu’est ce que je regrette la simplicité et la praticité des breaks des origines, jusqu’aux années 90 !
grands, carrés, avec des surfaces vitrées importantes …
et pas de fioritures façon manga futuristes destinées à « viriliser » le véhicule !

Twin Spark
Invité

Je me souviens d’un break Volvo, basé sur la plateforme d’une Ford focus : simple, élégant, pratique… tout le contraire des breaks actuels…

Dom
Invité

Les carrossiers vont se régaler en factures.

SAM
Invité

@Emmanuel.
« C’est fin c’est très fin ça se mange sans faim. »

Emmanuel
Invité

je viens de relire le texte, plutôt que style « viril » je vois un style « torturé »

Invité

Un long break, mais aucun moteur thermique de plus de 130ch…

versdemain
Invité

Oui je trouve aussi qu’il manque cruellement un moteur de 150 ch au catalogue.
Cela aurait pu être fait facilement sur la base du 130ch en ajoutant une hybridation simple avec 25ch en sus et du couple en plus pour les reprises.

Car là, il faut passer direct de 130 à 180 ch en phev qui malgré son intérêt routier oblige à payer un gros surcout du à la batterie de 12.4kWh du phev.
Chez Renault il ont e-tech simple à 145ch pas chère et e-tech phev plus chère à grosse batterie.

wizz
Membre

bientôt, au prochain renouvellement des modèles, avec leur nouvelle boite de vitesse électrifiée, en 48V pour un apport de 17kW/25ch ou 230V 92kW. Là aussi, comme Renault, ce sera simple hybride ou hybride rechargeable, sur la même boite de vitesse de base (seul le moteur électrique sera différent, en 24V ou en 230V)

https://www.largus.fr/actualite-automobile/psa-punch-powertrain-une-nouvelle-transmission-pour-les-hybrides-10329418.html

wpDiscuz