Accueil Electriques La Norvège doit taxer les VE de luxe affirme le FMI

La Norvège doit taxer les VE de luxe affirme le FMI

0
14
PARTAGER

Il est temps pour la Norvège de taxer les voitures électriques de luxe, estiment les économistes du FMI. Objectif : que les subventions et autres aides à l’achat profitent davantage aux consommateurs qui en ont le plus besoin.

Réduire le coût global des incitations fiscales

La Norvège devrait commencer à taxer les voitures électriques haut de pour réduire le coût global de ses généreuses incitations aux véhicules électriques (VE), ont déclaré jeudi des économistes du Fonds monétaire international (FMI) dans un document de travail.

Si la mesure est mise en œuvre, la Norvège pourrait ainsi voir des taxes prélevées pour la première fois sur les voitures électriques des constructeurs automobiles de luxe tels que Porsche, Jaguar, Mercedes-Benz, ainsi que les modèles haut de gamme d’Audi et de Tesla.

La Norvège exonère de taxe tous les VE 100 % électrique

Cherchant à devenir la première nation à mettre fin à la vente de véhicules dotés de moteur thermique d’ici 2025, la Norvège – pays producteur de pétrole – exonère actuellement tous les véhicules 100 % électriques des taxes imposées sur les moteurs à combustion interne.

En conséquence, 54 % de toutes les voitures neuves vendues en Norvège l’année dernière étaient alimentées uniquement par batteries, un record mondial. A comparer au taux de 42 % en 2019 et à peine 1 % il y a dix ans.

Une coûteuse politique

Mais la politique a un coût substantiel, estimé par la coalition de centre-droit au pouvoir en Norvège à 19,2 milliards de couronnes norvégiennes de perte de revenus de l’État en 2020, soit quelque 250 000 couronnes (24 811 euros) en moyenne pour chaque nouvelle voiture électrique vendue.

Les subventions profitent davantage aux revenus élevés

Plus une voiture est chère, plus la taxe de vente et les autres prélèvements auxquels l’État renonce est élevé, accordant ainsi implicitement les subventions les plus importantes aux ménages à revenu élevé tout en augmentant le coût par tonne d’émissions de carbone économisée, précise par ailleurs le journal.

La Norvège devrait améliorer le ciblage de ses incitations fiscales selon le FMI

« La Norvège pourrait améliorer le ciblage de ses incitations fiscales pour augmenter leur impact environnemental », conclut le document de trois économistes du FMI.

L’un de ces changements ciblés pourrait consister à offrir des subventions pour mettre au rebut les voitures à essence et diesel lorsqu’elles sont remplacées par des véhicules électriques, ont déclaré les économistes, ajoutant que la Norvège devrait également envisager d’augmenter les taxes imposées sur les voitures polluantes.

La taxe sur les VE, enjeu des élections en Norvège

Les propositions pourraient bien trouver un écho auprès de l’opposition norvégienne de centre-gauche, qui est donnée favorite pour les élections nationales prévues en septembre.
Tout en soutenant l’objectif de vendre uniquement des véhicules électriques d’ici 2025, le parti travailliste norvégien et d’autres partis de centre-gauche veulent tous commencer à imposer des taxes de vente sur la partie du prix du véhicule qui dépasse 600 000 couronnes (59 548 euros).

À titre de comparaison, le modèle le moins cher d’une Porsche électrique coûte 758 000 couronnes (75 229 euros), tandis que le modèle haut de gamme commence à 1,7 million de couronnes (0,17 million d’euros), selon le site Web du constructeur allemand.

Notre avis, par leblogauto.com

Le FMI met le doigt là où cela fait mal : les subventions bénéficient en priorité aux consommateurs les plus aisés et aux véhicules souvent les moins écologiques. Les VE de luxe rimant souvent avec poids, lequel poids conduit à équiper la voiture de batteries plus performantes mais plus lourdes en un cercle loin d’être vertueux … Sans compter sur l’usure des pneus induite par la masse …  phénomène qui pourrait s’avérer plus polluant que les émissions polluantes des moteurs.

Sources : AFP, FMI

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "La Norvège doit taxer les VE de luxe affirme le FMI"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Fred21
Invité

Sur le principe écologique et l’égalité fiscale, oui mais le FMI qui fout son nez dans la fiscalité Norvégienne, pays largement plus sain économiquement que des centaines d’autres à commencer par le nôtre. Pas d’autres chats à fouetter le FMI ?

Elisabeth S.
Invité

Je pense que le fmi doit donner de bien précieux subsides et cherche des moyens pour financer ses politiques en faveur des pays en voie de développement. Crise économique qui ne dit pas son nom. Quand le fmi commence à gratter dur la Norvège…. c’est qu’il a besoin de sous ….

Amazon
Invité

si la Norvège peut se permettre de ne pas taxer les VE, c’est qu’elle taxe énormément les VT, et produit du gaz et du pétrole qui permet au fond souverain norvégien d’être aussi puissant que ceux des monarchies du golfe

Xavier
Invité

Est ce qu’il y a des citoyens qui pensent qu’un état va se passer des taxes sur l’automobile ?
Que pensez vous qu’il se passera si les ventes de VE décollent ?
Pouvons nous imaginer un instant que les taxes sur le pétrole ne seront pas remplacées ?

SGL
Invité

Pas moi en tout cas… Mais c’est normal, dans un 1er temps on amorce la pompe puis quand ça marche bien, on retire le starter et on basculera les taxes des VT sur les VE … Peut-être sur le poids !? (d’ici 2030)

Klogul
Invité

comme. la. chine et le marche s ecroulera car c est trop cher et il y a trop de contraintes

SGL
Invité

Ben… les composants des VE baisse régulièrement, les contraintes techniques des VT s’aggravent continuellement.
Les normes évoluent toujours dans le sens des VE.

wizz
Membre
Il faut tenir compte de 2 phénomènes -fabrication de masse, à grande échelle -tension sur les ressources Oui, plus on fabrique en grande échelle, mieux cela permet d’amortir certains couts, et donc impactant le cout de revient unitaire. Par exemple, que ça soit un bide vendu à 10.000 unités ou un immense succès commercial à 10 millions, le cout R&D était le même Mais plus on en fabriquera et plus il faudra de ressources, de matières premières. Si cette matière première est très abondante, alors no soucis, comme le fer. Mais si ce sont des matières relativement rare, alors produire… Lire la suite >>
STRATOS
Invité

La Norvège finance l’achat de VE avec les recettes issues de la vente de son pétrole, mais ça personne n’en parle. Ce pays n’a aucun mérite au niveau écologie.

wizz
Membre
Le pays optimise l’exploitation de ses ressources L’air froid contient peu d’humidité. Il fait plus froid lorsqu’on remonte en direction du pole. L’océan Atlantique en face de la Norvège bénéficie du reste du Golfstream, un courant d’eau chaude. L’eau chaude s’évapore, d’autant plus que l’air au-dessus est sec. Puis arrivé sur le continent, ça se refroidit, et tombe sous forme de pluie ou neige. Ainsi, la pluviosité de la Norvège est de 3 à 4 fois plus que la France. La Norvège possède un fantastique potentiel hydraulique….qui finira à la mer comme tous les fleuves, qu’il ait été exploité ou… Lire la suite >>
kaiservinz
Invité

La Norvège pourrait ne rien faire comme les pays du golfe. Tout l’argent du pétrole pour les souverains et une profusion de véhicules et constructions fortement émetteurs de CO2

amigo57
Invité

Nous y voila,cela commence tout doucement pour accelerer par la suite les taxations sur les VE,naturelement la france trouvera l’idée tres bonne,de toute façon il ne faut pas croire que celui qui usait 50 euros de carburant par semaine consomera seulement 10 euros d’electricité tout et deja prevu pour taxer par la suite (genre boitier electronique integré sur les nouveaux vehicules)

wpDiscuz