Accueil Nissan Nissan : usine de batteries au Royaume-Uni ?

Nissan : usine de batteries au Royaume-Uni ?

0
4
PARTAGER

Nissan devrait confirmer dès cette semaine qu’il construira une gigantesque usine de batteries à Sunderland, dans le nord-est de l’Angleterre, dans le cadre de sa stratégie de véhicules électriques, a déclaré un journaliste de Sky News lundi.

Nissan devrait confirmer sa stratégie EV pour le Royaume-Uni cette semaine

« Je comprends que Nissan confirmera dès cette semaine les détails de sa stratégie EV pour le Royaume-Uni, y compris la construction d’une gigantesque usine de batteries à Sunderland – ouvrant la voie à la construction de milliers de voitures électriques de la société japonaise sur le territoire britannique chaque année » a déclaré le rédacteur en chef de Sky City, Mark Kleinman, sur Twitter.

Envision associé à Nissan ….

Le média japonais Nikkei a annoncé le mois dernier que Nissan s’associerait avec le groupe chinois Envision AESC, fabricant de batteries, pour construire de nouvelles usines de batteries pour véhicules électriques au Japon et au Royaume-Uni.

En janvier dernier, un cadre supérieur de Nissan avait déclaré que le constructeur japonais allait acheter davantage de batteries sur le territoire britannique pour éviter les droits de douane sur les voitures électriques après l’accord commercial du Royaume-Uni avec l’UE. Le Brexit devenant en quelque sorte une opportunité pour son usine du nord-est de l’Angleterre.

Nissan fabrique environ 30 000 voitures électriques Leaf dans son usine de Sunderland, la plupart avec une batterie de 40 kilowattheures d’origine locale. Ils restent en franchise de droits. Mais des versions plus puissantes utilisent un système importé, qui devrait être désormais acheté au Royaume-Uni, créant des emplois.

…. et à Renault

Renault, partenaire français de Nissan au sein de l’Alliance vient quant à lui d’officialiser son partenariat avec le chinois Envision.
Lundi 28 juin, Emmanuel Macron a ainsi annoncé la création d’une deuxième usine géante de batteries qui fournira le groupe Renault, après celle d’Automotive Cells Company (ACC, coentreprise Stellantis-Total), à Douvrin (Pas-de-Calais).

L’entreprise sino-japonaise Automotive Energy Supply Corporation (AESC), ex-filiale de Nissan rachetée en 2018 par le chinois Envision, va investir 2 milliards d’euros pour édifier, à partir de 2022, un site de production de cellules de batterie sur un terrain jouxtant l’usine Renault de Douai.

La nouvelle gigafactory devrait être en mesure de produire l’équivalent de 9 gigawattheures (GWh) de batteries par an en 2024, destinées notamment à la future R5 électrique Renault. Elle pourrait monter sa capacité à 24 GWh en 2030. Envision a pour objectif d’embaucher 1 000 personnes d’ici à 2024, pour une cible de 2 500 postes en 2030.

Collaboration accrue entre Renault et Nissan sur les batteries

Le 11 mai dernier, le directeur général de Renault, Luca de Meo, a déclaré lors d’une conférence organisée par le Financial Times, que Nissan et Renault étaient en pourparlers pour collaborer davantage en utilisant la même technologie de batterie.

« Nous prenons actuellement beaucoup de décisions pour mettre des choses en commun. Les modules de batteries, par exemple, sont un de ces sujets dont nous discutons en ce moment même », a indiqué le dirigeant. Affirmant que cette démarche pourrait permettre à l’Alliance d’être la première à franchir la barre du million de véhicules vendus sur une même architecture de batteries.

Fin mai, Ashwani Gupta a déclaré que les deux groupes s’étaient mis d’accord sur les caractéristiques communes des batteries, tout en conservant les spécificités de leurs marques respectives. Il a par ailleurs ajouté qu’une standardisation « contribuerait de manière significative » aux économies d’échelle.

Selon le directeur des opérations, l’électrification ne devrait pas poser de problèmes d’approvisionnement au vu du réseau mondial de composants de Nissan. L’entreprise
s’approvisionne en batteries en Chine, au Japon, en Europe et aux États-Unis.

Notre avis, par leblogauto.com

En mai dernier, Ashwani Gupta, le directeur des opérations de Nissan, a déclaré que le constructeur japonais allait standardiser et partager les composants de ses véhicules électriques avec son partenaire français Renault. Il était temps, diront certains !

Il est vrai que Nissan vise d’ici début 2030 une électrification de tous ses nouveaux véhicules dans ses marchés clés.

Le développement des batteries, qui était jusqu’à présent l’un des points faibles de l’alliance, serait désormais l’un de ses principaux objectifs. Rappelons que la batterie représente l’un des
éléments les plus coûteux d’un véhicule électrique.

Sources : Sky News, Nikkei, AFP, Reuters

A lire également :

. Nissan Barcelone : production de batteries pour Seat ?

. Electrification : nouveau pilier de l’Alliance Renault-Nissan

 

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Nissan : usine de batteries au Royaume-Uni ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SGL
Invité
Bien sûr, il n’est jamais trop tard pour bien faire… Enfin là, c’est vraiment tard, malheureusement. Au début des années 2010, l’Alliance était remarquablement en avance en VE, mais depuis au moins 2015… Quelle perte de temps. Mis à part les évolutions louables des Leaf et Zoe, trop peu de nouveaux modèles de VE sont sortis depuis au moins 6 ans. Tesla a commencé par le HdG, l’Alliance aurait largement le temps de rejoindre Tesla avec son modèle 3. Je ne comprends toujours pas pourquoi il n’y a pas eu une Renault Leaf et une Nissan Zoe. On a laissé… Lire la suite >>
amiral_sub
Invité
100% d’accord. Carlos Ghosn y croyait, il a investit plus de 2 milliards, puis ils ont freiné des 4 fers. VW fait tapis dans électrique, je suis sur que c’est la bonne stratégie (un peu risquée tout de même vu les investissements). Hyundai kia fait de beaux efforts. PSA hésite avec une stratégie pas idiote de meme plateforme multi modeles multi énergie, du coup à peu de frais ils arrosent large: e208, ecorsa, ds3 etense, eC4, e2008, bientôt un éssuvé opel, des utilitaires. L’inconvénient c’est que les versions électriques sont pas au top niveau batterie et informatique embarquée, mais ça… Lire la suite >>
SGL
Invité

La Zoe décroche de plus en plus de sa 1re place (habituelle) face à des VE nettement plus chère !
https://insideevs.fr/news/516827/vente-mai-2021-%C3%A9lectrique-europe/
Le résultat de c’être reposé trop longtemps sur ses lauriers pendant des années.

Elisabeth S.
Invité

C’est fait !

wpDiscuz