Accueil Ecologie L’Allemagne sur la voie du captage et stockage du CO2

L’Allemagne sur la voie du captage et stockage du CO2

0
12
PARTAGER

Le gouvernement allemand prépare les mesures réglementaires nécessaires pour permettre l’exportation et le stockage du gaz à effet de serre dioxyde de carbone (CO2) dans les fonds marins hors d’Allemagne, rapporte le journal allemand Welt am Sonntag. Une manière de « gérer à sa manière » les normes de plus en plus strictes émises par les différentes instances européennes voie internationales pour lutter contre les émissions polluantes ?

Voire de les contourner ? …. Alors même que les constructeurs allemands sont tout particulièrement pointés du doigt depuis l’émergence du scandale du dieselgate, Volkswagen étant à l’origine du scandale qui s’étend désormais à de nombreux groupes automobiles internationaux.

L’Allemagne veut stocker le CO2 dans les fonds marins

Le gouvernement allemand envisage de ratifier la législation internationale sur la prévention de la pollution marine (article 6 modifié du protocole de Londres ), a ainsi indiqué le ministère de l’Environnement au journal.

Des changements dans la réglementation nationale pourraient encore être nécessaires, a toutefois déclaré le ministère, ajoutant qu’il s’attendait à ce que la Commission européenne « réévalue » la technologie dans le cadre de ses propositions de réforme des politiques énergétiques et climatiques de l’UE pour atteindre des objectifs plus ambitieux à l’horizon 2030.

Le stockage de CO2 essentiel pour atteindre la neutralité climatique ?

Selon les scénarios actuels, comme ceux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), de l’Agence internationale de l’énergie (iea) ou du think tank Agora Energiewende , les souterrains de stockages de CO2 sont essentiels pour atteindre la neutralité climatique car certains secteurs, comme l’agriculture ou l’industrie du ciment, n’ont que des options limitées pour économiser du CO2.

Captage et stockage du CO2 : moyen de prolonger l’utilisation des combustibles fossiles ?

En Allemagne, le captage et le stockage du carbone (CSC) ont été considérés de manière très critique, car ils ont été vus dans le passé comme un moyen de prolonger l’utilisation des combustibles fossiles. Cependant, le gouvernement et d’autres parties prenantes tentent de raviver le débat et d’assurer un soutien à l’utilisation de la technologie au moins à l’étranger.

Notre avis, par leblogauto.com

Décidément rusés les Allemands, qui tenteraient par tous les moyens de préserver leur industrie automobile … ?

Dans son étude historique sur les voies possibles de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans l’économie, la Fédération des industries allemandes (BDI ), le puissant lobby industriel allemand, a déclaré qu’atteindre un objectif ambitieux de réduction des émissions allant jusqu’à 95 % nécessiterait des sommes exponentiellement plus importantes d’investissements et l’utilisation de « technologies actuellement impopulaires telles que le CSC (captage et le stockage du carbone) », en particulier pour lutter contre les émissions de l’industrie.

Lorsque la chancelière Angela Merkel a annoncé en mai 2019 que l’Allemagne se joindrait à l’engagement d’autres États membres de l’UE de devenir climatiquement neutre d’ici 2050, la dirigeante a clairement indiqué qu’à son avis, cela nécessiterait l’utilisation du du captage et du stockage carbone pour faire face aux émissions inévitables. Remettant ainsi à l’ordre du jour un sujet très controversé outre Rhin.

En matière de stockage de carbone, le gouvernement allemand n’envisage plus de projets à terre, mais vise plutôt à exploiter « le grand potentiel offshore européen » en mer du Nord, et à intensifier la coopération avec les pays voisins.

L’Institut fédéral des géosciences et des ressources naturelles (BGR) évalue les conditions géologiques en Allemagne en coordination avec les services de l’État pour permettre au gouvernement d’évaluer le potentiel de stockage du carbone. Le BGR estime la capacité totale de stockage de l’Allemagne à 20-115 gigatonnes (Gt) en théorie, principalement sous la mer du Nord, selon un porte-parole. Ce dernier ajoutant toutefois qu’une partie de la capacité ne sera probablement pas utilisée car elle est trop chère, trop controversée ou interdite par d’autres facteurs. Le pays émet actuellement environ 0,8 gigatonne de CO2 par an, et les émissions mondiales de CO2 liées à l’énergie s’élèvent à 33 gigatonnes par an.

En janvier 2020, des chercheurs de l’EPFL – Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne – ont breveté un concept qui permettrait de réduire de près de 90% les émissions CO2 des poids-lourds. Il s’agit de capturer le CO2 à même le pot d’échappement, de le liquéfier pour pouvoir le stocker dans un boitier situé sur le toit du véhicule. Une fois retourné à la pompe, le CO2 liquide pourrait être retransformé en carburant conventionnel, en utilisant des sources d’énergie renouvelables.

En Europe, les transports sont responsables de près de 30% des émissions totales de CO2 fossile, et 72% de ces émissions proviennent du transport routier.

Sources : Welt am Sonntag, BGR, enerzine

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "L’Allemagne sur la voie du captage et stockage du CO2"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Klogul
Invité

il y aussi potentiellement l e85 troisieme generation pour capter du co2

Amazon
Invité

oui il y a des projets avec des microalgues en photobioréacteur . le truc c’est que souvent les fumées riches en CO2 sont riches aussi en SO2 et autres cochonneries qui viennent tuer les algues.

le plus élégant c’est le captage du CO2 d’une usine de bioethanol: la fermentation de sucres donne 2/3 d’alcool, 1/3 de CO2.
donc il faut capter le CO2 perdu, le recomprimer et l’injecter dans un réacteur avec des algues autotrophes. la matière organique des algues est ensuite transformé en biogaz.

wizz
Membre
Le sucre ne contient pas de soufre (et consorts), donc pas de SO2 (et consorts) lors des réactions chimiques. Il est plus intéressant de récupérer ce CO2 pour d’autres usages qui ne tolèrent pas de ces polluants, comme le CO2 pour l’eau gazeuse, la bière, etc… La fumée des centrales thermiques, incinérateurs déchets….contient des cochonneries. Mais on peut les filtrer plus ou moins bien. Et les algues les tolèrent plus ou moins bien aussi, en tout cas tolèrent beaucoup mieux que l’homme. Bref, je trouve que c’est dommage d’utiliser ce CO2 si pur (issu d’un mélange gazeux ne contient pas… Lire la suite >>
SGL
Invité

Un mixte d’E85, électrique (toutes les formules), et de diester serait formidable !
Encore faut-il que le pétrole ne doive pas être bon marché, car ça ruine tous les efforts des alternatives.

Klogul
Invité

si on met des aides en place sur le biognv, e85 2eme et troisieme generation oui.

Sauf que ca n est pas la roadmap de l europe malgre qu il restera beaucoup de vehicule motorise par un thermique donc autant limite les polluants (le gaz ou l e85 aide pas mal) et par le biais du co2

SGL
Invité

Le pétrole est encore trop bon marché pour que les autres carburants puissent se développer.

seb
Invité
Quelqu’un aurait un lien expliquant comment on stock un gaz dans le sol? Si j’en crois l’image d’en-tête, il faut faire un forage. Il ne faudrait pas que le forage produise plus de CO2 que le stockage lui même. Peut-être qu’on réutiliserait les puits de pétrole? On y a pompé du liquide, j’imagine qu’il y du vide maintenant, il pourrait être rempli de CO2, ça évitera de devoir refaire un forage. J’ai beaucoup ce passage: « stockage du gaz à effet de serre dioxyde de carbone (CO2) dans les fonds marins hors d’Allemagne » Ils ne perdent pas le nord les allemands,… Lire la suite >>
John_MG
Invité

Idealement on le réinjecte dans une poche geologique étanche : ancien forage de Gaz, certaines cavités naturelles vides (rare), certains forage de petrole vides (pas tous) et une fois plein un bouchon étanche en ciment.

C’est pas une mauvaise idée, mais c’est clairement anecdotique et hors de prix par rapport à ce qu’on a déjà émis depuis le 19ème siecle. Ça ne marche bien que si le captage ce fait directement en sortie de cheminée car le procédé de compression est energivore, donc si le CO2 est dilué dans l’air c’est peine perdue

John_MG
Invité

https://www.youtube.com/watch?v=AQlqQEhVi1M

Cette chaine documente les fameux procédés miracles de manière factuel et scientifique (autant que faire ce peut avec les donnée publiquement disponible). Certaines choses sont effectivement vertes, d’autre moyennement ou très difficilement, d’autres pas…

Jdg
Invité

Ça marche si on l’utilise pour extraire le gaz de schiste comme aux usa.
Là on a double jackpot vu qu’on récupère « du pétrole » qu’on revend en le remplaçant par du CO2.
Mais bon rien n’est idéal dans la réalité

lym
Invité
A terre, cela aurait en cas de fuite eu potentiellement d’autres effets intéressants, surtout si la topographie s’en mêle: Faire de jolies fosses à CO2, comme ce fut le cas dans les abattoirs avant qu’on passe à des méthodes moins stressantes pour le bétail. Là, on verra la mer flatuler… et s’acidifier un peu plus vite? Car entre une molécule de CO2 et une de pétrole/gaz, ce qui était dans le second cas étanche le sera-t’il pour le 1er. Sans compter les impacts difficilement anticipables de décennies d’exploitation. Mais bon, l’Allemagne et la triche… puis à mettre la merde dans… Lire la suite >>
SGL
Invité

Et ils vont acheter bien plus de gaz à Poutine dans le futur… Biden (et anciennement Trump) n’ont pas tort, là-dessus… enfin parce que cela remplace leurs gaz de schistes tout pourri aussi.
Tout ça pour ne pas « pousser » le nucléaire en Europe.

wpDiscuz