Accueil BMW BMW i4 100% électrique : BMW revient à ses fondamentaux

BMW i4 100% électrique : BMW revient à ses fondamentaux

0
76
PARTAGER

BMW présente la berline 100% électrique i4. Sans doute la plus en ligne avec l’ADN de la marque Allemande, cette i4 a tout pour plaire, ou presque.

BMW et l’électrique, c’est une histoire qui a commencé par la volonté de décaler les véhicules de la gamme classique. Ce sera la i3 tout d’abord, iconoclaste parmi les BMW. Déroutante, trop sans doute. Puis BMW a lancé l’iX3. Là encore, on est loin de l’ADN BMW. Mais, la BMW i4 arrive enfin et c’est sans doute ce pas qui va faire mal à la concurrence.

la BMW i4 est une berline 5 places, à hayon. D’une longueur de 4,78m, elle ne mesure que 1,448 m de haut. On est donc loin du SUV ou CUV. A l’intérieur, les passagers bénéficient d’un empattement généreux de 2,85 m. Côté coffre, on est entre 470 litres et 1290 une fois la banquette arrière rabattue. Côté charge utile, la BMW i4 affiche 555 kg avec jusqu’à 1600 kg tracté (si freiné, sinon 750 kg).

Voilà pour une description technique rapide. On est dans de la berline classique. Esthétiquement, cette BMW i4 reprend les codes des dernières BMW avec les grandes ouvertures en guise de calandre. C’est d’autant plus superfétatoire ici qu’elles sont aux deux tiers obturées. Seule la partie basse laisse passer l’air pour le refroidissement de la partie électrique.

Mis à part ces « haricots » surdimensionnés, cette BMW est plutôt élégante et élancée. Le bouclier avant assez discret sur la version eDrive40 devient démonstratif (trop ?) sur la BMW i4 M50. Là encore de fausses ouvertures viennent un peu gâcher l’allure. C’est un peu la même chose à l’arrière avec un bouclier très démonstratif pour la i4 M50. Mais, après tout, c’est aussi cela l’ADN de BMW : une pointe de « too much ».

Plutôt discrète cette électrique

A l’intérieur, cette BMW i4 reprend celui de la BMW Série 4, si ce n’est que la partie écran est unifiée en une immense (fausse) dalle allant des instruments à l’infodivertissement. Cette dalle est flottante et cela donne une impression un peu étrange de modernité dans un intérieur classique. Le résumé de la i4 en somme ?

12,3 pouces pour la partie des instruments de bord, et 14,9 pour la partie des contrôles et de l’infodivertissement. Le tout tourne sous BMW OS 8 et promet une grande connectivité. Dans tous les équipements modernes, BMW précise que la navigation est « cloud based ». En gros, elle est toujours à jour (promesse) et permet ainsi de planifier son parcours en fonction des arrêts (ou pas) pour recharger. Elle est compatible 5G.

Mais, venons-en à la partie mécanique. La batterie est la dernière génération de série pour BMW, à la fois « fine » et haute tension (398,5 volts). Elle est positionnée dans le plancher et un peu au milieu des deux occupants avant. Cela permet d’avoir 83,9 kWh d’énergie totale pour 80,7 kWh net. A noter que le centre de gravité est plus bas de 53 mm que dans une BMW Série 3 à coffre selon le constructeur. La batterie est donc extrêmement basse. Attention aux dos d’âne ? La garde au sol est annoncée (hors charge) à 125 mm.

On est sur la cinquième génération de eDrive et par conséquent, BMW annonce une gestion de l’énergie poussée. La clim/chauffage sont assurés par une pompe à chaleur (mois énergivore qu’une climatisation classique), la régénération électrique est ajustable et la gestion de la température de la batterie lithium-ion permet une performance honnête en consommation et promet beaucoup en recharge.

Plus de 500 km d’autonomie

La consommation justement. Dans sa version i4 eDrive 40, la voiture pèse tout de même 2050 kg à vide (DIN) soit 2125 kg norme UE. La voiture est une propulsion avec 340 chevaux (250 kW) et 430 Nm de couple envoyé aux seules roues arrière. Avec une répartition de poids de 45,1/54,9 avant/arrière, on devrait avoir une « pure » BMW en comportement.

Pour cette i4 eDrive50, la consommation WLTP mixte est entre 16 et 20 kWh/km en fonction des équipements. BMW annonce jusqu’à 590 km d’autonomie WLTP. Mais ce n’est pas en cycle mixte. En Mixte, cela donne de 403 km à 504 km (homologation en cours). Pas mal. En revanche, il faudra attendre pour savoir si la consommation explose à allure de voie rapide, voire autoroutière. La voiture est limitée électroniquement à 190 km/h !

La BMW i4 M50 pour sa part est plus lourde. Elle pèse 2215 kg DIN soit 2290 kg norme UE. En effet, la i4 M50 est une quatre roues motrices, avec deux moteurs électriques, un à l’arrière, mais aussi un à l’avant. Cela permet d’ailleurs une meilleure répartition des masses 48,1/51,9 entre l’avant et l’arrière.

Mais combien sur autoroute ?

Avec les deux moteurs, la puissance cumulée atteint 544 chevaux (ou 400 kW) et surtout 795 Nm de couple ! Le 0 à 100 km/h est fait en 3,9 secondes. La consommation quant à elle est plus importante et se situe de 19 à 24 kWh/100 km selon équipements, en cycle mixte WLTP. Selon BMW, cela permet jusqu’à 510 km. Mais, là encore ce n’est pas en cycle mixte. En mixte, c’est de 336 à 424 km.

Pour la recharge, la i4 eDrive40 ou la i4 M50 disposent d’un chargeur intégré qui supporte la charge en courant alternatif monophasé jusqu’à 7,4 kW. Mais, également le triphasé alternatif à 11 kW et enfin, la charge à courant continu jusqu’à 210 kW. Si vous trouvez une borne sous cette puissance, BMW annonce un 10 à 80% en 31 minutes.

Sinon le 0 à 100% sous 11 kW prend un peu moins de 8,5 heures. Pour cela soit vous avez une borne publique dite accélérée, soit vous faites installer une wallbox 16 A / 380 V triphasé alternatif. Avec une wallbox monophasée AC 7,4 kW (32 A /230 V), comptez plus de 11 heures pour un « plein ».

En France, la BMW i4 eDrive40 sera à partir de 59 700€. Pour la BMW i4 M50 comptez à partir de 71 650 €.

Notre avis, par leblogauto.com

BMW envoie enfin une berline au front de l’électrique. Cela permet d’afficher un Cx de 0,24 pour la eDrive40 et 0,25 pour la M50, pour une surface frontale de 2,31 et 2,33 respectivement. Ainsi, la consommation WLTP est plutôt raisonnable. Il n’en reste pas moins que cela fait des véhicules lourds (plus de 2 tonnes). Mais, la fée électricité leur permet de ne pas être malussés et de pouvoir aller dans les ZFE.

Côté prix, cela semble bien placé dans la gamme BMW. Pour un peu moins de 60 000 €, on peut avoir une BMW 430d xDrive 286 ch Coupe (à partir de 59 400 €). En revanche, en face, on trouve la Tesla Model 3 Performance qui annonce un 0 à 100 km/h en 3,3 secondes, mais surtout une autonomie WLTP à 567 km. Evidemment les prestations ne devraient pas être les même en termes de finition par exemple, mais on demande à faire un duel entre les deux sur un parcours rapide.

En tout cas, BMW sort du sempiternel cliché du VE bizaroïde ou du VE forcément SUV. Et rien que pour cela, bravo BMW. Est-ce qu’elle ne pourrait pas devenir la chouchoute des cadres sup ? A moins qu’ils lui préfèrent les version gazole qui permettent de faire des centaines de kilomètres plus « facilement » ?

Poster un Commentaire

76 Commentaires sur "BMW i4 100% électrique : BMW revient à ses fondamentaux"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Fabi35
Invité

« qu’ils lui préfèrent les version gazole »
Donc elle existera aussi en version thermique ?

Sylvain
Invité

Pour faire installer du triphasé Endis a du boulot

amiral_sub
Invité

comprends pas. La majorité des gens se suffisent de monophasé, une charge à 7 kW est largement suffisante

amigo57
Invité

Et toujours ces horribles écrans.

Commandant Tour
Invité

la guerre de celui qui a l’ecran le plus gros et le moins bien intégré continue… c est ridicule. Le code de la route ne nous dit-il pas de garder les yeux sur la route, aussi à quoi bon avoir une dalle de 49″ pour avoir son reglage de clim… ca me laisse perplexe cette mode riddicule

Nico
Invité

Le «  too much » n a jamais été historiquement dans l ADN de BMW . Bangle a fait du bizarre , le «  too much » n apparaît que très récemment avec les calandres de la dernière Série 4, le restylage de l actuelle Série 7, le X7 et surtout l ensemble de la gamme électrique, le summum étant le IX.

wpDiscuz