Accueil Général Ne dites pas véhicule « autonome » mais « à conduite automatisée »

Ne dites pas véhicule « autonome » mais « à conduite automatisée »

0
6
PARTAGER

C’est un avis très officiel, publié vendredi, par des experts de « l’éthique du numérique ». Le gouvernement français leur avait demandé de se pencher sur ce terme absolument crucial, ou pas.

Vous ne vous doutiez sans doute pas que certains se creusaient sérieusement la cervelle sur les termes du quotidien. Et pourtant… Le Comité national pilote d’éthique du numérique (CNPEN) a cogité sur la conduite autonome. Il en ressort que pour que les conducteurs se sentent toujours responsables du véhicule, il ne faut pas parler de conduite autonome ou de certains autres termes.

« L’utilisation d’expressions comme +autonomie+ ou +délégation de conduite+ donne l’illusion que le véhicule prendrait ses propres décisions et que les utilisateurs n’auraient pas à s’occuper de la conduite et pourraient se dégager des responsabilités afférentes », souligne le comité.

Alors que les aides à la conduite se perfectionnent, et que les navettes sans conducteur apparaissent sur les routes, il faudrait ainsi que les autorités publiques adoptent le terme « véhicule à conduite automatisée » dans les textes réglementaires.

Les recommandations du CNPEN vont plus loin que les simples terminologies à employer. En effet, selon le professeur de robotique Raja Chatila et la spécialiste de l’éthique Catherine Tessier, les véhicules à conduite autonomisée devront signaler clairement aux autres usagers que c’est la voiture qui prend certaines décisions. Cela tombe bien, de nombreux constructeurs travaillent sur les interfaces Homme-machine à l’extérieur.

Responsabilités, permis, consultation citoyenne

Le but est de ne pas surprendre les autres usagers quand le « robot » à la main sur la conduite. Concernant les responsabilités en cas d’accident, « l’ancien conducteur devenu passager ou utilisateur devrait être libéré de toute responsabilité à l’occasion des accidents causés par le véhicule » selon le CNPEN dans des propos rapportés par l’AFP.

Reste à établir la méthode pour rendre responsables le constructeur du véhicule, mais aussi les sociétés fournissant les équipements de la conduite autonomisée. Ce sera une pression de plus sur les épaules des constructeurs pour qu’ils ne lancent que des produits fiabilisés et pas des versions beta.

Mais, le CNPEN pense aussi à la formation. En effet, selon le comité, il faudra adapter la formation du permis de conduire « après avoir mené des études sur les compétences requises, les capacités effectives d’action, les informations pertinentes, l’interface humain-machine appropriée, et plus généralement sur la conception de l’habitacle ». Pourtant, difficile de dégager une tendance identique à tous les véhicules à conduite autonomisée, sauf si les constructeur s’entendent sur un « modèle » unique.

Le comité consulté imagine même que l’introduction des véhicules à conduite automatisée devrait passer par une consultation citoyenne. Sous quelle forme ? Mystère. Référendum ? Enquêtes publiques ? Sondages ? Le comité ne le dit pas.

Notre avis, par leblogauto.com

Loin d’être un nouveau comité Théodule, le CNPEN pose quelques questions intéressantes. Pour la sémantique entre véhicule autonome et véhicule à conduite automatisée, cela ne change rien selon nous dans la perspective des acheteurs. En revanche la question de la responsabilité se posera forcément.

Surtout que la conduite autonome niveau 5 a encore quelques bugs et hésitations. On parlera par exemple de la mésaventure récente de JJ Ricks qui filme régulièrement ses trajets avec Waymo dans un véhicule entièrement autonome, pardon à conduite automatisée. Dans cette vidéo, le véhicule se retrouve bloqué par une série de cônes et préfère ne pas bouger….définitivement.

Avec AFP/tsz/ico/cbn

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Ne dites pas véhicule « autonome » mais « à conduite automatisée »"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Jdg
Invité

Je trouve ça très bien de rappeler aux gens qu’ils sont responsable de leur véhicule. Faut arrêter de déresponsabiliser tout le monde et de tout le temps rejeter la responsabilité sur les autres.

Invité

Ne dites plus « femme de ménage » mais « technicienne de surface »
Ne dites plus « caissière » mais « hôtesse de caisse »
Ne dites plus « institutrice » mais « professeurs des écoles »
Ne dites plus « vous faites ch**er avec vos sempiternels changements de noms qui ne servent à rien » mais « comme ce n’est pas pertinent de changer les noms »
[…]
Tient, ça me rappelle l’année dernière, où nos sommités intellectuelles avait un débat enragé pour savoir si coronavirus était féminin ou masculin … comme s’il n’y avait pas plus urgent à faire ?

Dom
Invité
MINI_Stig
Invité
Pour le coup, pour connaître les conséquences du mauvais emploi du terme « autonome » dans un autre domaine (mais qui reste similaire dans l’approche), je pense que c’est pas un mal de faire cette distinction. Ça permet effectivement de faire la différence entre les responsabilités du fabricant et de le client, ce qui n’est pas rien 😉 Donc cette décision est vraiment juridique, ni plus ni moins… Par contre je trouve que ça part beaucoup trop loin ces histoires de voitures « autonomes », on est en train de s’engouffrer dans une voie sans issue de même que l’électrique. Je ne parle pas… Lire la suite >>
beniot9888
Invité

Ça ne me surprends pas. C’est comme les freins à main électriques, qui étaient appelés « automatiques » au début. Puis, il y a eu des incidents, des accidents et même quelques morts (genre écrasé par le Scénic dans la descente du garage en allant ouvrir la porte du garage).
Et la communication à changé pour frein à main assisté, ou électrique.

wpDiscuz