Accueil Endurance Endurance LMDh : le tandem Porsche-Penske se reforme !

Endurance LMDh : le tandem Porsche-Penske se reforme !

0
5
PARTAGER
Penske

S’il fallait encore une preuve que l’Endurance est à l’aube d’une nouvelle période fastueuse, c’est bien l’annonce de ce partenariat entre le fameux team américain Penske et Porsche en LMDh d’ici 2023 !

Deux géants ensemble

Après les intentions de retour, voici du concret ! Porsche Motorsport et le Penske Racing vont unir leurs forces pour s’engager à partir de 2023 dans la catégorie LMDh, qui permettra de concourir aussi bien dans le Championnat du monde d’endurance FIA ​​WEC – et donc aux 24 heures du Mans – que dans le championnat nord-américain IMSA WeatherTech SportsCar. Sous la bannière du Porsche Penske Motorsport, le contrat entre le constructeur de Stuttgart et l’équipe américaine, fondée en 1966, s’étale sur plusieurs années. Autre détail qui a son importance, Porsche fournira des prototypes à des écuries privées qui seront traitées de manière totalement équitable et bénéficeront d’une véritable synergie avec l’usine, comme au bon vieux temps des 917, 936 et autres 962 Group C. Fruit de cette coopération de grande classe, Porsche exploitera de manière inédite une base avec Penske au siège du team américain, à Mooresville, en Caroline du Nord.

«Nous sommes ravis d’avoir pu former ce partenariat avec Team Penske», déclare Oliver Blume, président du directoire de Porsche AG. « Pour la première fois dans l’histoire de Porsche Motorsport, notre société disposera d’une équipe mondiale en compétition dans les deux plus grandes séries d’endurance au monde. À cette fin, nous créerons des bases d’équipe des deux côtés de l’Atlantique. Cela nous permettra pour créer les structures optimales dont nous aurons besoin pour remporter des victoires au général au Mans, à Daytona et à Sebring, par exemple. »

Un rêve à concrétiser

L’objectif assumé, c’est évidemment de gagner au Mans, une course qui échappe encore au palmarès de l’insatiable Roger Penske. Sa mythique équipe, créée il y a plus d’un demi-siècle, est avant tout connue pour ses nombreux succès en CART/Indycar, à Indianapolis et en Nascar (sans oublier une victoire en Formule 1 en 1976 avec John Watson), mais pour le patron américain, l’épreuve du Mans demeure à ses yeux la « course des courses ».

 

«C’est un jour de fierté pour toute notre organisation Penske. Nous représentons Porsche sur la piste ou dans nos activités depuis plus de six décennies (Penske Racing n’est qu’une filiale de la Penske Corporation, une holding de poids aux USA, NDLR)L’héritage et le succès que nous avons connu ensemble sont sans précédent tout au long de notre histoire », déclare Roger Penske. «J’ai hâte de commencer alors que nous construisons un programme de course mondial avec Porsche qui concourra pour des victoires et des championnats dans le futur.» 

Troisième collaboration historique

En effet, ce n’est pas la première fois que les deux entités collaborent. En 1972 et 1973, c’est Penske qui engage en Canam les fameuse Porsche 917/10 puis 917/30 pilotées par Mark Donohue et George Follmer. La 917/30 fut un incroyable monstre animé par un Flat 12 gavé par deux turbocompresseurs, capable de délivrer des performances démoniaques : 1 000 chevaux voire 1 500 chevaux avec le boost, pour seulement 800 kilos, un 0–200 km/h en 13,4 secondes et 355 Km/h de vitesse de pointe !

Oui, c’était un vrai monstre cette 917/30 (à droite)

Bien plus tard, entre 2006 et 2008, c’est encore Penske qui exploite en course la Porsche RS Spyder, qui marquait le retour du constructeur en Endurance après une longue absence, avec là encore plusieurs titres en catégorie LMP2 dans le championnat ALMS américain, des victoires LMP2 au Mans et même une victoire au général aux 12h de Sebring, devant les Audi LMP1 ! Depuis, Penske a gardé un pied en Endurance en assumant l’engagement des prototypes Dpi Acura, avec à la clé le titre 2019. En 2017, il avait espéré récupérer des Audi R18 pour les engager à titre privé au Mans suite au retrait de la firme aux anneaux, mais celle-ci avait alors décliné l’offre, faisant à ce moment-là profil bas suite au dieselgate.

Penske et Porsche formeront sans nul doute une redoutable armada, capable de s’appuyer sur une équipe de pilotes de très gros calibre. On peut imaginer y trouver un certain Simon Pagenaud, qui court pour Penske en Indycar, et pourquoi pas un Juan-Pablo Montoya, toujours fringuant et qui viserait la fameuse triple couronne.

Notre avis, par leblogauto.com

L’association de Porsche et Penske établit un pont d’envergure entre l’Europe et l’Amérique, et matérialise le succès de cette formule « mondiale » LMDh. Avec Toyota, Peugeot et Ferrari en Hypercar, et potentiellement le retour d’Audi voire de Ford en LMDh, l’Endurance pourrait avoir très fière allure dans quelques années…de quoi damer le pion à la F1, comme dans les années 60/70 ?

 

Image d’en-tête : WEC

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Endurance LMDh : le tandem Porsche-Penske se reforme !"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Invité

Pendant le prologue j’ai dis que c’était le retour de l’ALMS 2007, voilà un pas de plus vers ça

« et potentiellement le retour d’Audi voire de Ford en LMDh »
D’après Graham Goodwin, GM sera en LMDh, mais pas d’info sur la marques, je pense que l’on peux dire sans hésitation que cela sera Buick

En tout cas 2023 s’annonce intéressant

Achille Talon
Invité

Damer le pion à la F1, c’est en cours, depuis que les 2 victoires de rang aux 24h d’Alonso lui ont permis de retrouver un volant chez Alpine.
Si Porsche veut vendre à des clients, comme Audi, on va vers une disparition des LMP2 en WEC, puisqu’en 2024-25, on devrait avoir facilement plus d’une vingtaine de LMH / LMDh engagées.

Invité
Le GTE AM va en partir aussi je pense, ils vont vouloir des catégories un peu plus équilibré comme en 2008 (22 LMP1, 11 LMP2, 10 GT1, 12 GT2), mais cela dépend de l’avenir du GTE aussi, rappelons qu’il va être remplacer par du GT3 pro l’année prochaine en IMSA Si on fait une grille potentiel pour 2023 ça peux donner: -4 Porsche -2 Toyota -2 Glickenhaus -2 Ferrari -1 Wayne Taylor Racing -2 Audi WRT -1 Bykolles -1/2 Andretti Autosport Ensuite y a d’autre team potentiel: United, Meyer Shank, Action Express, Ganassi, BMW (rumeurs seulement). En Europe y a… Lire la suite >>
Achille Talon
Invité

C’est mieux que ça, car tu as oublié 2 Audi officielles et 2 Peugeot !
Donc minimum en WEC dans 2 ans :
4 Porsche
4 Audi
2 Toyota
2 Peugeot
2 SCG
2 Ferrari
1 Alpine
1 Bykolles

On est déjà à 18 proto, peut-être une vingtaine avec BMW, Ford, Acura (rebadgées Honda ?) ou GM. Avec une grille de 35-40 auto, il ne reste que 15-20 places à pourvoir. Donc exit les LMP2 et bonjour les GT3. Qui évoluera comme le LMP2 cette année, avec une catégorie Pro-Am.
A partir de là, si le LMP2 disparait du WEC, quid du Mans ?

Invité
Ah oui j’ai oublié Peugeot Mais perso je parle uniquement de la grille du mans, donc je table sur 60 voitures, donc environs 20 dans chaque catégories est le truc probable Quant au WEC: 2 Porsches en moins car c’est celle de l’IMSA + les teams américains que je vois mal courir en europe. Si Alpine va en LMDh, ce dont je suis pas convaincu, je pense qu’ils vont faire comme la Nissan DPi: le stricte minimum Et je ne crois absolument pas que le LMP2 va disparaitre, car si personne produit les chassis y aura pas de LMDh, pis… Lire la suite >>
wpDiscuz