Accueil Actualités Entreprise Semi-conducteurs : Alliance UE entre industriels et chercheurs

Semi-conducteurs : Alliance UE entre industriels et chercheurs

0
7
PARTAGER

Face à la pénurie mondiale de semi-conducteurs qui déstabilise l’industrie automobile ou celle de la téléphonie, l’Europe est en train de mettre en place une alliance « entre industriels et chercheurs », indique le Commissaire européen Thierry Breton dans le quotidien Les Echos daté de mercredi.

Doubler la capacité de production d’ici 2030

« L’objectif dans les semi-conducteurs est d’abord de doubler notre capacité de production et notre part de marché d’ici à 2030, passer de 10% aujourd’hui à 20% demain », explique le Commissaire à la politique industrielle et au marché intérieur dans cette interview.

Alliance européenne lancée le 5 mai

« Dans le cadre de la revue stratégique industrielle de l’Union européenne qui sera présentée le 5 mai, nous lancerons une alliance européenne réunissant tous les acteurs de la chaîne de production des semi-conducteurs », ajoute M. Breton, selon lequel 22 Etats de l’Union « soutiennent déjà le projet ».

Discussions en cours de finalisation

« Nous sommes en train de finaliser les discussions avec NXP, Infineon, STMicroelectronics, Bosch, Siemens, ASML. Avec les chercheurs du CEA-Leti en France, de l’institut Fraunhofer en Allemagne ou l’IMEC en Belgique et aux Pays-Bas », précise-t-il en indiquant que les discussions sont aussi ouvertes aux « acteurs des télécoms et aux constructeurs automobiles ».

Objectif : mise en place  d’un PIIEC

Le but est de mettre en place un nouveau PIIEC (projet important d’intérêt européen commun) « d’une vingtaine de milliards d’euros » qui devrait permettre à l’Europe de maîtriser « les semi-conducteurs de moins de 5 nanomètres, voire de moins de 2 nm » d’ici 10 ou 15 ans.

Semi-conducteurs de moins de 2 nm

« Mettre la barre à 2 nanos est ambitieux (…) mais c’est la condition sine qua non à notre souveraineté numérique« , fait valoir le responsable.

« C’est la direction que prennent tous les concurrents comme Intel, TSMC, ou les industriels chinois (…) le marché sera massif, que ce soit pour les voitures électriques et autonomes, les technologies de la 5G et 6G, l’internet des objets de l’industrie 4.0, les puces pour l’intelligence artificielle », ajoute-t-il.

Une pénurie très pénalisante pour le secteur automobile

L’actuelle pénurie de puces électroniques pèse lourdement sur les constructeurs automobiles, les obligeant à pratiquer le stop and go dans leurs usines à travers le monde : chez Renault, elle devrait impacter les volumes d’au moins 100.000 véhicules cette année, selon le patron du groupe Luca de Meo. Volkswagen, mais aussi Fiat, ou l’usine Stellantis de Rennes-La Janais en France ont réduit leur production récemment.

Notre avis par leblogauto.com

Thierry Breton est l’homme de la situation … Ancien ministre de l’Economie de Jacques Chirac, cet ingénieur de formation a dirigé de grands groupes technologiques comme France Télécom, Thomson Multimedia et  ATOS. Et la société informatique Bull.

Le même ATOS qui, à l’initiative de Renault, vient de s’unir avec 3 groupes industriels français de tout premier rang mais non issus du secteur automobile – dont le fabricant de semi-conducteurs STMicroelectronics, issu de Thomson – pour mettre en commun leurs recherches sur la mobilité électrique, connectée et autonome.  Un projet dénommé « Software République« . Allusion au best-seller de science-fiction écrit par Thierry Breton : Softwar ?  et à la guerre menée contre les géants asiatiques dans le domaine électronique et informatique ?

Rappelons encore,  qu’en mars 2008, dans un bref communiqué,  STMicroelectronics avait contredit le bruit qui courrait sur un remaniement de sa direction au bénéfice de Thierry Breton.

« Suite aux rumeurs parues dans la presse concernant de possibles changements au plus haut niveau de la direction de STMicroelectronics, le conseil de surveillance de la société considère ces spéculations sans aucun fondement » avait-il martelé.

Quelques heures auparavant, la presse avait laissé entendre que Thierry Breton pourrait succéder à Carlo Bozotti, à la tête du fabricant de puces franco-italien et qu’un conseil d’administration pourrait se tenir prochainement pour entériner cette nomination.  En précisant bien qu’il ne s’agissait encore que d’une rumeur et que Thierry Breton avait déjà été annoncé à la tête de plusieurs entreprises, eu égard à son passé d’ancien dirigeant de France Télécom et de Thomson.

Sources : AFP, Les Echos
A lire également :

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Semi-conducteurs : Alliance UE entre industriels et chercheurs"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Balthazar
Invité

On en est où dans l’Alliance Européenne de la Batterie lancée en 2017?
Non point que je fustige ce type d’initiative mais je suis dubitatif car d’un côté l’on incite les entreprises à produire moins pour polluer moins et de l’autre on leur dit de se lancer dans des entreprises industrielle fortement consommatrice de matières premières et d’autres ressources minérales comme l’eau.
Bref, l’UE en pleine dissonnance cognitive et pour cause, chaque département élabore son projet dans son petit coin d’où des injonctions paradoxales.

SGL
Invité

Manifestement, cela a pris du retard (comme souvent en France) mais ça suit son cours.
Un peu en ordre dispersé… Stellantis et le groupe Renault sont en concurrence, ils ne veulent pas prendre des mesures qui favoriseraient plus leur concurrent qu’eux.
Néanmoins, cela avance doucement.
« Comment Bruno Le Maire veut arrêter la délocalisation de la production automobile hors de France »
https://www.bfmtv.com/economie/entreprises/industries/comment-bruno-le-maire-veut-arreter-la-delocalisation-automobile-hors-de-france_AV-202104260383.html

Pousser également par ça :
« Véhicule électrique: des aides élargies aux grands utilitaires »
https://www.bfmtv.com/auto/vehicule-electrique-des-aides-elargies-aux-grands-utilitaires_AN-202104260228.html

bzep
Invité

La France est un diesel… Doucement avec prudence, contrôle et efficience… Qu’on se le dise ! Bref disons aussi qu’on ne fonce pas dans le brouillard; nous avons les normes les plus sévères du monde, cela a un prix. Perso je pense qu’on est tombé dans un pays qui continue de respecter la vie, plutôt que le bénéfice ou le « va vite, tant que ça marche… et que ça rapporte » !

Nithael70
Invité

« STMicroelectronics, issu de Thomson ET DE SGS », independant depuis 1998 (le debut de la fin de la micro electronique occidentale, les fondeurs veulent devenir fabless).
« Quelques auparavant, la presse avait laissé entendre … », semaines? Mois? Jours?

SGL
Invité

« fabless » terme inventé par Serge Tchuruk patron d’Alcatel, un des plus grands criminels de l’industrie française …
C’est certain que lui est parti à la retraite avec une belle pension.

Ezy
Invité

Mettre du capacitaire en Europe c’est bien (mais c’est cher: plusieurs dizaine de milliards). Mais il faut aussi être capable de tenir le rythme: tous les 6 mois une nouvelle generation plus performante que la précédente…. si les Taïwanais sont n°1 aujourd’hui, c’est pas qu’une histoire de coût de main d’oeuvre, c’est aussi parce qu’ils sont bons techniquement. Que se passera t’il si demain on investit en Europe et qu’un ou deux ans plus tard les puces européennes sont dépassées par les taïwanaises… croyez vous que les consommateurs européens se priveront de progrès pour le seul plaisir du protectionnisme?

wpDiscuz