Accueil Actualités Entreprise Industrie auto : 357 emplois menacés chez la SAM

Industrie auto : 357 emplois menacés chez la SAM

0
12
PARTAGER

SAM ici, ce n’est pas celui qui ne boit pas. La SAM, c’est la « Société Aveyronnaise de Métallurgie ». Cette fonderie, comme bien d’autres en France, est menacée de fermeture. La faute à la mondialisation, la faute aux donneurs d’ordre, ou la faute aux patrons ?

Aujourd’hui dimanche 25 avril 2021, entre 1 500 (selon la police) et 3 500 (selon les organisateurs) personnes ont manifesté à Decazeville (Aveyron) pour le maintien des emplois chez l’équipementier automobile la SAM. Ce dossier est vu comme le deuxième « naufrage industriel » après la suppression de 750 poste chez Bosch à Rodez. Il faut dire qu’il n’y a que 40 km entre Vivez (Decazeville) et Rodez.

L’entreprise appartient depuis 2017 au groupe chinois Jinjiang. Elle est placée en redressement judiciaire depuis plus d’un an et les candidats à la reprise ne se bousculent pas. On pourrait penser que la SAM ne « vaut rien ». Mais, il semble que cela soit plus compliqué que cela. Il y a bien eu un candidat à la reprise, le groupe espagnol CIE Automotive. Toutefois, ce dernier ne proposait de reprendre que 150 personnes sur les environ 360 qu’emploie encore la SAM.

Impensable pour les salariés. Devant le refus des employés, le groupe Espagnol a retiré son offre. Il y a bien, si on en croit dans des propos rapportés par l’AFP, Jean-Paul Boyer, du collectif Tous ensemble pour le bassin de Decazeville. et un des organisateurs de la manifestation de ce jour, un réseau de PME qui se proposerait de reprendre 250 emplois. Sauf que, toujours selon cet organisateur, le principal (quasi unique) donneur d’ordre, le groupe Renault, ne souhaite pas que des PME reprennent l’activité mais que ce soit un grand groupe.

Ouvrir la reprise à un réseau de PME

« Nous demandons au premier ministre Jean Castex de faire en sorte qu’un réseau composé de ces PME puisse se constituer et présenter une offre susceptible de maintenir au moins 250 emplois » chez Sam, a-t-il précisé à l’AFP.

La SAM est un nouvel exemple du délitement du tissu industriel provincial. Ce dernier s’est développé après la Seconde Guerre Mondiale en petites unités disséminées partout en France. Souvent, des cités minières ont survécu avec une industrie de fonderie. C’est le cas ici pour la SAM. Créée en 1975, la SAM a créé des emplois à Decazeville, une cité établie sur un gisement de houille.

D’autres, dans le limousin, comme l’ex-Steva à Bessines-sur-Gartempe, sont nés de la fermeture des mines d’uranium de la COGEMA. Ces petits sites industriels qui employaient des centaines de personnes ont survécu souvent avec un unique client, Renault, Peugeot ou Citroën pour les équipementiers automobiles.

Sauf que ces clients, après des années à soutenir ces emplois locaux, décident peu à peu de retirer leur soutien aux sites pour envoyer la production dans des pays à moindre coût. Récemment encore, c’est la fonderie de Bretagne (Lorient) qui a été vendue par Renault. On peut citer plusieurs exemples comme Ford à Blanquefort, Michelin à la Roche-sur-Yon, GM&S avec Peugeot et Renault, ou Bridgestone à Béthune, cédé à SIG.

Le client est-il le responsable ?

Pour bon nombre de salariés de la SAM et de Bosch à Rodez, Renault est grandement responsable de la situation. Mais, essayons de voir plus loin. Est-ce que le client est responsable de la situation d’une entreprise ?

Ces petites unités se sont formées et ont vécu souvent avec un seul client. C’est, en ce cas, la faute des dirigeants qui n’ont pas su se diversifier et ont préféré faire l’autruche souvent. Dans d’autres cas, le principal client a racheté le site et injecté des millions. A ce moment, cette monoculture ne gênait pas et le donneur d’ordre n’était pas un souci.

L’industrie française a-t-elle refusé de voir la globalisation et la modernisation de son monde ? Certains ont réussi à changer leur production et trouver de nouveaux débouchés. Comme quoi c’est possible. D’autres se sont mis en réseau pour résister à la concurrence. Enfin certains ont fait le deuil de leur industrie et des emplois qui vont avec.

Pour la SAM, l’histoire a été émaillée de reprise par différents groupes. Le groupe Arche SA, spécialiste de la fonderie aluminium avec différentes filiales dont la SAM, a été racheté par Jinjiang pour devenir Jinjiang Industries Europe. La SAM produit des carters (moteur ou embrayage), des supports d’accessoire, etc.

Illustration : Jinjiang

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "Industrie auto : 357 emplois menacés chez la SAM"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
PanzerALes
Invité

Facile d’incriminer les dirigeants : yaka trouver d’autres clients, fallait se diversifier ….
Facile à dire avec les taxes et impôts que la France charge ses industries qui se barrent à l’étranger.

Le français qui veut ses rtt et ses 5 semaines de congés son DIF etc n’hésite pas à ne pas soutenir son industrie et achete Kia ou Skoda, fabriquées et conçues par des ouvriers et des ingénieurs dont ces mêmes français n’accepteraient pas 1/5 de leurs conditions de contrat de travail…..

Invité
Ou le « c’est pas moi, c’est les autres »… Réponse foncièrement vraie, mais typique française et très déconnectée. Caricaturale. « Regardez les, ces riches (même si on parle du quidam), ils achètent pas chez nous, ces salopards, c’est leur faute qu’on peut plus bosser nous. Et vas y que j’achète *inserer n’importe quelle marque*, mais que nous chez *insérer n’importe quelle marque française d’une autre époque* on crève! ». La société à évolué, en mal pour le cas cité, c’est vrai, mais c’est déjà trop tard. Le fait de n’avoir qu’un seul client et ne dépendre que de lui, c’est une erreur de… Lire la suite >>
Mwouais
Invité

Par curiosité j’ai été voir leur site.

Derniers chiffres 2015…sous la mention 2019 chiffres clefs.

Si tout était dirigé de la sorte pour une société avec un CA de 160 millions Euro.

Dom
Invité

http://www.groupe-jie.com/les-clients-jinjiang
Les clients du Chinois SAM :
Trellebor et Autoliv Suède ,
Audi , VAG , Mercedes Benz , Continental , Bosch , Cobtinental ,GM/opel , Allemagne,
Renault PSA Valeo , France.
RENAULT et PSA ( Toyota pour sa Yaris made in France doit acheter Turque ? ) doivent ils renflouer toutes les entreprises Chinoise qui perdent de l’argent en France , et dont personne ne veut plus de ses produits ? JINJIANG , Bridgestone , Bosch , au revoir et bon débarras…. et construisons l’électrique avec des entreprises à capitaux Français.

Klogul
Invité

la problematique est la recherche de profit maximum pour afficher des MOP a chiffres pour faire plaisir aux actionnaires.

Mettre en place une taxe carbone sur les produits importe devrait resoudre cela.

amiral_sub
Invité

si vous pensez que seules des taxes vont aider les entreprises, vous vous fourrez le doigt dans l’oeuil (meme si une taxe carbone est souhaitable)

Klogul
Invité

pour cette problematique oui apres il n y a pas de situation parfaite mais bon il. y aura de l. emploi.

Les gens devront juste s adapter a payer plus cher pas mal de chose (comme avant)

amiral_sub
Invité

est ce que de la faute des patrons si aucun autre débouché n’a été trouvé? Et ces salariés ont-ils utilisé leur droit à la formation pour se préparer aux nouvelles technologies? Il s’est passé exactement la meme chose à la fin de la traction à vapeur. Pour ifo par exemple siemens n’était pas fabricant de locomotives à vapeur…

wpDiscuz