Accueil Caterham Caterham passe sous pavillon japonais

Caterham passe sous pavillon japonais

0
20
PARTAGER
caterham

Dix ans après son rachat par l’homme d’affaires malais Tony Fernandes, qui avait engagé sous la bannière Caterham l’équipe de F1 ex-Lotus entre 2012 et 2014, le constructeur Caterham change de mains.  Le petit constructeur qui perpétue l’esprit des Lotus Seven défend corps et âme le plaisir de conduire à l’état pur, loin des modérations actuelles.

Une holding bien implantée

On se souvient aussi que Caterham avait conclu en 2012 un accord avec Renault pour développer la nouvelle Alpine, avant que le projet ne tombe subitement à l’eau en 2014. VT Holdings, l’importateur japonais des Caterham Seven depuis 12 ans, a conclu un accord pour racheter Caterham Cars. VT Holdings, en plus d’importer environ 120 Caterhams au Japon chaque année, est également la société de référence pour l’importation des voitures Lotus et des motos Royal Enfield au pays du soleil levant.

La société compte plus de 200 concessionnaires au Japon, ainsi que d’autres participations en Afrique du Sud et en Espagne. Kazuho Takahashi, directeur général de VT, est un passionné, ayant couru en Super GT / JGTC / Super Taikyu (une autre série d’endurance populaire là-bas) pendant plus de vingt ans. Et s’il y a un pays qui aime le Caterham Seven plus que le Royaume-Uni, c’est bien le Japon.

Ce rachat intervient alors que Caterham devra sans nul doute se réinventer face aux nouvelles exigences règlementaires et aux normes d’homologation toujours plus drastiques. Takahashi a déclaré à propos de l’accord: «VT Holdings est fier d’accueillir Caterham dans le groupe. Nous avons non seulement acheté un constructeur de voitures de performance de renommée mondiale, mais nous sommes également devenus les gardiens d’une légende de l’automobile. Nous protégerons et développerons les Seven pour relever les défis législatifs qui nous attendent. »

Actuellement, la gamme Caterham en France se compose de la récente Super Seven, équipée du quatre-cylindres Ford de 1,6 litre et 137 chevaux, des Seven 275/485/485 CSR et de la 420R orientée compétition alors qu’au Royaume-Uni sévit également la redoutable 620R.

Image : caterham

Poster un Commentaire

20 Commentaires sur "Caterham passe sous pavillon japonais"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Rakihoney
Invité

Une fois bridées, les performances vont s’en ressentir… (désolé)

wizz
Membre

une Keiterham, 660cc, 64ch…

fez
Invité

Elle existe déjà Wizz ; c’est la seven 160, avec un 3 cylindres suzuki ^^

wizz
Membre

1 : trop puissante (80ch)
2 : trop grande

Admin

En fait si, elle est immatriculée en kei. Elle tient dans les dimensions (avec des roues moins larges) et se conforme à la réglementation. Les 64 chevaux sont une convention, pas une limite légale.

https://www.leblogauto.com/2017/07/caterham-seven-sprint.html

wizz
Membre

PLR

une simple convention!
en es tu sûr?
n’y aurait il pas une limite de 64ch pour que le véhicule puisse bénéficier des taxes moindres en entrant dans la catégorie kei?

Par exemple, Honda pourrait il faire une kei, mais avec le moteur de la CBR? (pour ceux qui ne sont pas habitués, c’est un 4 cylindres en ligne, 600cc, développant…..120ch)

ps: je parle d’une kei, au Japon, et pas ce véhicule exporté, qui ne bénéficiera pas de faveur particulier, et donc plus de clause de puissance

Admin
Oui, il s’agit d’une convention entre les constructeurs de kei. Le chiffre de 64 chevaux est celui de la Suzuki Alto Works de 1987 (un missile cette auto !), qui d’ailleurs à l’époque faisait 550 cc. Devant cette folle course à la puissance, les constructeurs ont décidé de s’auto-limiter d’autant que pour la plupart des boîtes à roulettes qui constituent le gros du marché il n’y a pas besoin de plus. C’est le même principe que pour le fameux accord des 280 chevaux… La Caterham 160 est la seule à revendiquer plus, parce que ce sont des hooligans antisociaux étrangers… Lire la suite >>
Emmanuel
Invité

Ne s’agissait il pas d’une série spéciale ?
Parce qu’elle n’est pas au catalogue français qui commence avec celle dotée d’un moteur Ford 135 cv à environ 35 000€

Akalias
Invité

Pour l’avoir essayé du côté de Toulouse, c’est plutôt suffisant pour se coller la banane d’une oreille à l’autre tous les week-ends, j’ai failli craquer d’autant plus que cette sportive rikiki s’entretient avec un budget plutôt raisonnable.
Espérons que les Japs pousseront à plus de rigueur dans la finition, par contre.

Troisetdeuxquatre
Invité

Ouaich, même que le Stig lui-même kiffe la petite 160 tellement elle est plaisante à piloter ! #IWantIt

Scal
Invité

De quoi se faire Hara Kiri.

wizz
Membre

scal
il n’y a pas de rime, de jeu de mot ou de lien avec l’automobile!

japon, asiatique, yeux bridés, automobile, puissance bridée…

ca-terham
japon
kei-terham

Scal
Invité

Quel pisse-vinaigre ! On se détend …

wizz
Membre

vinaigre seulement?
au minimum, c’est de pisse-acide sulfurique

sinon, sushi, saké et Coluche…

Bizaro
Invité

Du coup qu’est ce que cela change pour la marque?
Cela va t il permettre à Caterham de voir de nouvelles motorisations et donc d’être encore homologables dans le futur?

Achille Talon
Invité

C’est plutôt une bonne nouvelle, vu qu’ils importaient la marque, ça vaut dire qu’on a affaire à des passionnés. C’est toujours mieux que des financiers.

Nithael70
Invité

Copen, S600, Cath, Le Japon est le nouveau paradis des roadsters. Comme un parfum de nouvelle angleterre…

Bizaro
Invité

Miata/eunos/mx5 Rien qu’avec ça le Japon était le champ élysée des roadsters.

wizz
Membre

le Copen était proposé en Europe
peu de monde en avait acheté

wpDiscuz