Accueil Ecologie Les applications de guidage devront être écolo-correctes

Les applications de guidage devront être écolo-correctes

0
29
PARTAGER

Les applications de guidage routier devront informer leurs usagers de l’impact écologique de leurs déplacements et proposer des alternatives. Objectif affiché : réduire la pollution.

Une disposition dans ce sens a été adoptée samedi à l’unanimité des députés élus à l’Assemblée Nationale grâce à un amendement du co-rapporteur Jean-Marc Zulesi (LREM). Le texte a été étudié dans le cadre de l’examen en première lecture de dispositions sur les transports de la future loi climat.

Informer l’utilisateur de l’impact environnemental de ses déplacements

Selon le texte qui a été adopté, « les services numériques d’assistance au déplacement sont tenus d’informer de façon complète les utilisateurs des impacts environnementaux de leurs déplacements ».

L’objectif est de « mieux informer les automobilistes dès lors qu’existent des alternatives pertinentes à leurs déplacements habituels ou occasionnels, via les calculateurs d’itinéraires aujourd’hui très couramment utilisés », est-il précisé.

Informer des ZFE et proposer des alternatives à l’usage d’un véhicule individuel

Les applications ciblées par le texte de loi devront notamment indiquer la présence d’une Zone à faibles émissions (ZFE), informer des restrictions à la circulation qui s’y appliquent, et fournir des informations incitant à « effectuer tout ou partie du trajet sans véhicule individuel ». Elles devront également ne pas « favoriser exclusivement l’utilisation du véhicule individuel ».

Les applications de guidage devront préserver les quartiers paisibles

Les services numériques concernés devront également éviter de proposer aux automobilistes d’emprunter des « voies secondaires non prévues pour un usage intensif », pour gagner du temps … Le texte faisant ainsi allusion aux quartiers – autrefois ? – paisibles qui peuvent se retrouver envahis s’ils ont le malheur de se trouver sur un itinéraire recommandé par les applications de guidage.

Ces conseils aux automobilistes génèrent « de nombreuses nuisances dans des zones résidentielles calmes ou sensibles (écoles etc.) » est-il rappelé.

Suivez mon regard : Waze

Une référence à peine voilée aux effets « pervers » de Waze qui détourne une partie du trafic sur des routes secondaires, déplaçant les nuisances et suscitant la colère chez les riverains des villes – ou des villages – traversées.

Tel Lieusaint ( !….), commune de Seine-et-Marne en limite de l’Essonne, où le maire a décidé de faire installer des feux tricolores pour décourager les automobilistes de passage.

A Compiègne, dans l’Oise, la ville a pris contact avec divers systèmes de GPS pour que ces derniers dirigent vers une nouvelle déviation, plutôt que de les faire passer dans le cœur de ville, au milieu d’un quartier résidentiel.

A Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), la municipalité a décidé de rajouter une voie supplémentaire sur un pont de la cité, qui était devenu un itinéraire de substitution à l’A1 embouteillée aux heures de pointe. « L’application Waze a empiré la situation », estimait Denis Cahenzli, adjoint à l’urbanisme en 2018.

Notre avis, par leblogauto.com

Les obligations précises de ces applications de guidage devront être définies par décret, après consultation des acteurs du secteur. Cela risque de ne pas être une mince affaire …

Quant à l’aspect très « guidé » des propositions édictées par les applications, certains pourraient y voir une atteinte aux libertés … L’autonomie du genre humain sera-t-elle transférée à terme à l’automobile ? … Vaste sujet de réflexion pour un week-end de confinement 😉 …

Sources : AFP, Le Parisien

Poster un Commentaire

29 Commentaires sur "Les applications de guidage devront être écolo-correctes"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
r.burns
Invité

Encore de la pure débilité écolo, et c’est à ça qu’on les paye

Bizaro
Invité
On pourrait aussi obliger les constructeurs automobiles, afficher en permanence la conso instantanée à la place du compteur de vitesse. Psychologiquement cela invite à une conduite ecorespondable. Avec affichage en fin de parcours d’un indice Karma, pondéré sur les données issues d’un capteur sur le klaxon et d’un accéléromètre. La voiture devra aussi vous gratifier d’un namaste à votre entrée. Les autoradios devront incorporer un filtre de musique Rock et Métal. Et diffuser des rires d’enfants à l’approche des écoles, ainsi que des bruits de ruisseau au bout d’une heure de conduite. Il faudra aussi se déplacer avec un phicus… Lire la suite >>
wizz
Membre

diffuser Viously dès l’ouverture de la porte, c’est 1000 fois plus efficace pour l’environnement : cela dissuade l’usage de la voiture

viously à la place du compteur de vitesse
viously sur le rétro électronique à gauche
viously sur le rétro électronique à droite
viously sur le rétro central
viously sur le miroir de courtoisie
viously sur le HUD
viously sur le GPS, avec Malouda qui te dit quand accélérer, quand freiner, quand tourner… Vous êtes arrivé au siège social de Viously!

Jean
Invité

Ca va etre un carnage à l’approche des mosqués

Stabak
Invité

Très honnêtement, qui s’en tape? ✋

« Oulala je vais emmètre tant de grammes de Co2, je crois que je vais annuler mon déplacement »

C’est un peu comme la SNCF qui mentionne ça pour ses billets de train. Comme si les gens se focalisaient sur ce critère pour planifier leur départ.

Mwouais
Invité

@Stabak : c’est le début : demain, ta voiture te questionnera sur : ne devriez-vous pas le faire à pieds ?
Avez-vous bien pesé les conséquences sur l’ours polaire mangeur d’eskimos innocents,

…pour arriver à : votre trajet fait 32,5g de CO2 : votre compte a bien été débité de 23,45€.

Mwouais
Invité
Seul Florent Malouda conservera son discours sur la voiture, bloqué depuis fin 2020 et jusqu’en 2035 sur un lecteur Viously. 2035, on lira «  un acte d’un fou furieux cause d’un drame absurde : Florent Malouda retrouvé hurlant de douleur, avec une croix enfoncée à gauche en haut du crâne. Le geste d’un désespéré faisant suite à l’horrible supplice d’un blog envers ses lecteurs «  Et l’ordinateur de bord me dira que pour le trajet, j’ai consommé 123,45 g de CO2 et que mon compte a bien été débité de 98,89€. Zut, À partir de 100€ J’aurais reçu une image… Lire la suite >>
wizz
Membre

d’après votre planning, votre quotas mensuel de CO2 a été dépassé de 3500g

veuillez réduire vos trajets en voiture afin de respecter votre quotas alloué, et les faire en vélo

ou bien vous serez condamné à regarder Malouda pendant 3500 secondes…

DiZeL
Invité

Et on ne crédite pas le dessinateur de la vignette ?

Elisabeth S.
Invité

Je cherche l’auteur

Mathieu
Invité

Ce genre de mesures… De l’écologie à la petite semaine, sinon c’est pour quand les voitures électriques à batterie au sodium solide qui se rechargent avec un supraconducteur ou en prise 350kW ?

Bizaro
Invité
Pour la prise en compte des ZFE par les gps cela semble logique, c’est comme si le gps vous faisait prendre les routes en sens interdit. D’ailleurs je ne comprends pas que la législation des ZFE/Critair ne soit pas Européenne. Chaque métropole européenne y va de sa petite pastille, alors que la mobilité des biens, des personnes et des flux bancaires est la raison d’être de l’Union Européenne, au travers de la liberté de circulation. Mais là ça demande un vrai travail politique. Ici on attendra juste que les acteurs privés se mettent d’accord, et que leur service juridique pondent… Lire la suite >>
Bizaro
Invité

De même que les travaux, les accidents, les encombrements devraient être mis à disposition en temps réel. Chaque intervention entraînant des changements même temporaires de conditions devrait être renseignée par l’administration en temps réel. Cela en étant consultable librement, en permanence, et traitable par des automates.
Inversement les systèmes embarqués de signalement et de partage des conditions routières devraient être traitable et permettre à l’administration d’intervenir en restreint.

C’est moins compliqué que le contrôle et le traitement automatisé des infractions mis en place par Atos il y a 10ans.

C’est l’organisation du territoire…

Mwouais
Invité

@Bizaro, c’est bien la même idée que je partage sur le besoin d’une organisation du transport et d’étude accident illogique européenne comme nous en discutions sur l’autre post.

Sans mutualisation de données et prises en compte des particularités locales (urbaines, rurales, autres) les données ne seront pas efficaces ni en accidentologie, ni en efficacité du transport.

wpDiscuz