Accueil F1 Guide de la Formule 1 2021 – partie 2

Guide de la Formule 1 2021 – partie 2

0
14
PARTAGER

Voici la seconde partie de notre dossier de présentaton de la saison 2021 de Formule 1, avec les 5 autres équipes du peloton, dont Ferrari, en quête de rédemption.

Calendrier de la F1 2021

Le calendrier est bien sûr susceptible de changer en fonction de l’évolution de la pandémie dans certains pays, mais on peut déjà se réjouir de ne pas attendre juillet pour lancer les hostilités.

23 épreuves sont prévues, soit un record historique en perspective. Plébiscités l’an passé, les circuits d’Imola (pour le GP d’Emilie-Romagne) et de Portimao (pour le Portugal) sont de la partie, profitant du vide laissé par la Chine et le grand prix du Vietnam, qui devient la nouvelle arlésienne de la F1. Les Pays-Bas espèrent enfin pouvoir acclamer leur dieu Verstappen, mais cette fois-ci en s’intercalant, logiquement, entre Spa et Monza à la fin de l’été. Enfin, notons l’arrivée controversée de l’Arabie Saoudite, en fin de saison, en amont de la traditionnelle finale d’Abu Dhabi, sur un circuit urbain.

F1
source : Pirelli

Présentation des équipes et des pilotes

Scuderia Ferrari – SF21

Ferrari

Opération résilience pour la Scuderia ! Après une saison 2020 catastrophique achevée au 6e rang constructeur (du jamais vu depuis 1980) et entachée de la polémique sur le moteur, Ferrari se doit de redorer son blason. Un nouveau V6 prometteur a été développé sur le banc d’essais, mais il faudra également de meilleures stratégies et une bonne gestion du duo Leclerc-Sainz pour retrouver le chemin du succès…et de la sérénité ! L’aventure Vettel, achevée en queue de poisson, doit servir de leçon. Les tifosis et les médias italiens sont déjà aux aguets, l’échec est interdit !
#16 – Charles Leclerc#55 – Carlos Sainz
Le monégasque a porté la Scuderia à bout de bras en 2020, réalisant quelques prouesses avec sa charrette. Mais il a aussi eu tendance parfois à surconduire et à se précipiter, sabordant quelques courses dès les premiers virages. Face à un Carlos Sainz sans doute très ambitieux et bien plus en confiance que Vettel, Charles Leclerc devra confirmer qu’il est bien le nouveau patron, capable de porter sur ses épaules tout le poids du monument Ferrari.Carlos Sainz a pris de l’envergure sur les deux dernières saisons disputées avec Mclaren, démontrant une réelle pointe de vitesse combinée à une pugnacité et de l’opiniâtreté en course. Affable et déterminé, l’espagnol aura un objectif de taille cette saison : faire son trou au sein de la Scuderia et prouver qu’il n’est pas destiné à jouer le rôle de faire-valoir pour Charles Leclerc. Sa rivalité avec le monégasque sera l’une des attractions de la saison.

Scuderia Alpha Tauri Honda – AT02

Longtemps cantonnée au rôle d’écurie junior de Red Bull, Alpha Tauri, dans la continuité de Toro Rosso, a pris de l’ampleur et arrive souvent à tirer son épingle du jeu, en s’invitant régulièrement en Q3 aux essais et dans les top 10 en course. Avec une voiture bien conçue et facile à conduire, une équipe efficace en course prête à saisir toutes les opportunités et un vrai leader en la personne de Pierre Gasly, l’ex-écurie Minardi entend bien jouer les trouble-fête à la moindre occasion et venir chatouiller Ferrari et Alpine.
#10 – Pierre Gasly#22 – Yuki Tsunoda
En triomphant à Monza au prix d’une résistance acharnée et d’un pilotage limpide, Pierre « Accélère » Gasly devenait le nouveau chouchou du public français et menait avec brio sa rédemption, après l’amère expérience Red Bull. Rapide, incisif en course et désormais en pleine confiance, Gasly est un leader qui devra néanmoins se méfier de l’audacieux Tsunoda.Issu de la pouponnière Red Bull et protégé de Honda, Yuki Tsunoda ramène le Japon sur la grille de départ depuis le retrait de Kamui Kobayashui fin 2014. Précédé d’une très bonne réputation, 3e de la F2 l’an passé, le japonais est à surveiller car c’est visiblement un sacré attaquant.

Alfa Romeo Racing Orlen– C41

Sauber entame sa 3ème (et dernière ?) année sous le blason Alfa Romeo. L’équipe de Fredéric Vasseur attend beaucoup du nouveau bloc Ferrari pour remonter dans la hiérarchie, après une saison 2020 décevante pénalisée par les déficiences du moteur italien mais aussi une monoplace assez rétive. La capacité de développement d’Alfa Romeo montre pour le moment ses limites. Alfa Romeo peut miser sur l’expérience en course de Kimi, toujours capable dans ses bons jours de « faire le taf », et un Giovinazzi qui prend de la confiance.
#7 – Kimi Raikkonen#99 – Antonio Giovinazzi
Iceman fête le 20e anniversaire de ses débuts en Formule 1 ! Le vétéran et recordman de GP reste fidèle au poste, apportant son immense expérience. Raikkonen sort tout de même d’une saison mitigée, sa vitesse de pointe s’étant quelque peu émoussée, mais l’ancien pilote McLaren et Ferrari est toujours capable de quelques fulgurances. Et il reste un « personnage », qui nous délecte toujours de ses croustillantes radios !On ne donnait pas cher de l’italien à l’entame de la saison dernière, mais Giovinazzi, sans être particulièrement renversant, a globalement progressé, en étant capable à plusieurs reprises de prendre la mesure de son équipier aux essais comme en course. Il doit cependant gagner en régularité et commettre moins de gaffes. Face à un Raikkonen en fin de carrière, Giovinazzi a peut-être l’opportunité de s’affirmer comme un potentiel futur leader.

Uralkali Haas F1 Team – VF-21

Pénalisée, comme Alfa Romeo, par la régression du moteur Ferrari, Haas a traversé la saison 2020 en fantôme, la seule image forte de la saison pour le team américain étant le crash de Romain Grosjean…Avec un développement quasiment inexistant, il ne faut pas s’attendre à grand chose, le team étant sans doute déjà tourné vers 2022 avec ses nouveaux investisseurs russes. La curiosité viendra cependant de son duo de jeunes pilotes.
#47 – Mick Schumacher#9 – Nikita Mazepin
Avec un patronyme aussi illustre, Mick Schumacher ne peut pas débuter en Formule 1 à l’abri des projecteurs. Pilote solide et régulier, au caractère bien différent de son équipier, il arrive auréolé d’un titre de champion de F2 qui ne doit rien au hasard. Il sait que chacun de ses tours de piste sera scruté, mais à lui de se faire un prénom.Nikita Mazepin devra lui aussi se faire un prénom, mais pour d’autres raisons. Le jeune russe arrive en F1 avec une grosse étiquette de « fils à papa », puisque son milliardaire de père est le nouvel investisseur du team Haas. Il devra aussi faire oublier ses récentes frasques sur les réseaux sociaux, qui ne font pas bon ménage dans le milieu policé de la F1, d’autant que l’épée de Damoclès de la FIA lui plane déjà dessus. Sinon, il a démontré dans les formules de promotion qu’il n’était pas un manche.

Williams Racing – FW43B

Williams a tourné une page l’an dernier en accueillant de nouveaux propriétaires et en voyant la famille Williams s’éclipser définitivement. La vénérable équipe britannique est en reconstruction, à la fois managériale, technique et financière, et mise déjà sur 2022. En fin de saison dernière, surtout grâce à Russell, la Williams pouvait taquiner les Alfa Romeo et battre les Haas à la régulière. L’anglais espère bien arracher quelques points sur des courses d’opportunisme.
#6 – Nicholas Latifi#63 – George Russell
On ne peut pas dire que Nicholas Latifi ait particulièrement brillé pour sa première saison. Régulièrement dominé par son équipier George Russell, le canadien, assez besogneux, n’a pas été souvent à la fête en course, fermant souvent la marche du peloton. Il reste toutefois un pilote sérieux et qui termine ses courses quand tout va bien. Latifi aura donc bien du mal à se défaire de son étiquette de pilote payant.Son remplacement de Lewis Hamilton au pied levé à Bahreïn, qui s’est concrétisé par une superbe course, malheureusement gâchée par Mercedes, et une « gifle » infligée à Bottas, aura marqué les esprits. George Russell a pris rendez-vous avec l’avenir, attendant sagement son heure quand les bonnes places se libèreront. Pour le moment, il lui faudra encore cette année ronger son frein et essayer de faire des miracles avec sa Williams.

Sondage pilote

Quel pilote sera champion de F1 à la fin de la saison 2021 ?

View Results

Loading ... Loading ...

Sondage équipe

Quelle équipe sera sacrée championne de F1 à la fin de la saison 2021 ?

View Results

Loading ... Loading ...

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "Guide de la Formule 1 2021 – partie 2"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
gigi4lm
Invité

Finalement, il y a une hiérarchie à respecter sur LBA :
A @Thibaut Emme le haut du panier et à Nicolas Anderbegani les équipes de bras cassés !
😀

Thibaut Emme
Admin

Ferrari bras casséssssss ? Mattia Binotto va faire les gros yeux 😉

Twin Spark
Invité

On peut aussi dire : à nicolas la seule écurie prestigieuse, à Thibaut ce qui reste.

(Bon je sais mon côté tifosi est un peu trop voyant, mais je vais souffrir encore qq années, alors… )

Twin Spark
Invité

Le sondage c’était pour rigoler n’est ce pas ? 😭

Thibaut Emme
Admin

Pourquoi ? Au moins sur l’un des votes je vote une surprise….Checo CDM ! Il a de l’expérience, sait gratter les points et si la RBR est potable il peut profiter de certains faux-pas de Mercedes…

lolo
Invité

Perez sera out dès cet été …

Twin Spark
Invité

@Thibaut
C’est un pari intéressant, en tout cas avec une sacrée cote.
Et si Louis tombe amoureux (ou se fait plaquer, au choix ), on peut rêver, il peut tout envoyer valser, et là, max ou checo ont une chance 😶

Pedro Diniz
Invité

Je pense aussi que Haas et la talentueux Mazepinochola pourrait être les surprises de cette saison.

Alphasyrius
Invité

Sans aucune evolution, j’en doute fortement.

Malco
Invité

Ce serait effectivement de fameuses surprises 😉

Je serais curieux de quantifier la part « talent de pilotage » dans l’équation du succès en F1. Ou plutôt « écart de talent entre le meilleur et le pire sur la grille » (parce que s’ils me mettaient au volant on verrait probablement l’effet immédiat de mon manque de talent)
10%?

Thibaut Emme
Admin
En fait, c’est un tout. Le talent fait beaucoup, mais à ce niveau la différence peut être ténue. Ca on va dire que c’est sur 1 tour. En revanche, le mental joue énormément (on l’a vu avec Romain Grosjean qui s’est perdu à un moment et a dû faire appel à une psychologue pour l’aider à se canaliser). Quasi tous les pilotes en passent par là. Il y a aussi tout l’entourage qui joue. Ce sont des repères pour les pilotes, et pour certains, cela leur permet de se concentrer totalement. Exemple le plus célèbre du moment, Angela Cullen. Cette… Lire la suite >>
Malco
Invité

Merci Thibaut pour la réponse détaillée!
Je partage l’avis que le ‘coup de volant’ seul est très loin de suffire. On peut voire ça plus comme un ‘produit’ que comme une ‘somme’: un seul des paramètre à zéro ruine tout l’ensemble, même s’il est minime.
Et comme souligné, non seulement c’est un tout mais il faut en plus une parfaite ‘adéquation’ entre les différents éléments: un chassis va mieux convenir à un certain type de pilotage, un encadrement technique va mieux convenir au caractère de certains pilotes, etc…

Malco
Invité

Ha, au vu de la photo présentée ici, Carlos Sainz aurait été parfait chez Force India 😉
Certains ont manifestement pu passer leur confinement au soleil !

Zak
Invité

La victoire entre Mercédès et Red Bull. Puis Mc Laren, Ferrari et Alpha Tauri pour quelques podiums. Plus loin Aston Martin, Alpine, Alfa Roméo et Williams devant Haas… ou pas !

wpDiscuz