Accueil Alfa Romeo Guide de la Formule 1 2021 – partie 1

Guide de la Formule 1 2021 – partie 1

0
7
PARTAGER

La Formule 1 reprend ses droits ce weekend à Bahreïn. Avant le lancement de la saison 2021, nous vous proposons une revue des effectifs et des chances de chacun.

Le règlement technique est relativement stable en 2021 par rapport à 2020. Deux principaux changements se verront visuellement sur les voitures, mais aussi en piste. Les fonds plats sont désormais moins larges. En plus, il y a une section dudit fond plat qui n’a plus droit d’avoir des fentes. Ces fentes permettaient de « sceller » le diffuseur. En résumé, en faisant passer un flux d’air en dessous du fond plat, cela permet de faire une sorte de « mur » d’air qui emprisonne le flux aéro dans le diffuseur, augmentant son efficacité.

Moins d’appui à l’arrière

Sans ces artifices, l’air va plus d’échapper par les côtés et le diffuseur plaquera moins l’arrière de la voiture. D’autant plus que le diffuseur voit certaines de ces ailettes diminuées en hauteur. En abaissant cette hauteur, le diffuseur perd encore en efficacité. Il y a aussi des ailettes au niveau des roues arrière qui sont diminuées. Là encore, l’efficacité aéro et les appuis à l’arrière vont être diminués.

Les voitures de cette année devraient donc avoir moins d’appui par aspiration. Pour compenser, soit les écuries ont pu trouver un moyen de « gratter » un peu d’appui, soit elles devront braquer les ailerons arrière, augmentant la traînée et diminuant donc la vitesse maximale. Sans cela, les voitures pourraient être instables en virage.

Avec la stabilité du règlement, et la pandémie à la Covid-19 qui a touché la F1 l’an passé, les écuries ont accepté de limiter les développements faits sur les voitures. Elles sont donc très proches de leurs devancières. Les écuries avaient deux jetons de développement à dépenser, et des zones et éléments autorisés. Chaque zone ou élément avait un coût en token et il fallait donc choisir avec précaution.

McLaren n’a pas pu choisir. En effet, l’écurie passe de Renault à Mercedes pour l’unité de puissance et a donc dû dépenser ses jetons pour l’implantation du PU. A l’inverse, Aston Martin a utilisé une zone grise du règlement en récupérant « pour rien » (en tokens) les suspensions arrière de la Mercedes de 2020 puisqu’ils utilisaient celles de 2019 l’an passé. Ils ont donc pu dépenser virtuellement plus de 2 tokens…

Quant à Haas, ils n’ont rien dépensé, préférant se tourner déjà sur 2022.

Présentation des équipes et des pilotes

Mercedes-AMG Petronas – W12

A tout seigneur tout honneur, débutons par l’épouvantail de la F1 depuis 2014. Mercedes continue sur sa lancée et présente une W12, évolution de la W11. L’écurie n’a pas dévoilé sur quel point elle a dépensé les jetons de développement. Mais, gageons qu’ils ont su contrer en partie le règlement qui enlève de l’appui.

L’écurie part évidemment favorite encore cette année, bien que les essais ont montré une certaine fragilité mécanique (la boîte entre autres). En conservant sa paire de pilotes, Mercedes renforce son image de champion en puissance.

#44 – Lewis Hamilton

#77 – Valtteri Bottas

Le septuple champion du monde vise un huitième titre pour dépasser Michaël Schumacher et être seul dans l’Histoire de la F1 à ce niveau de titres.

Chez Mercedes, il est totalement le roi. L’écurie le suit dans ses combats personnels et conserve même la livrée noire adoptée en 2020 pour soutenir le mouvement « black lives matter ».

Hamilton est sans doute à son meilleur niveau et fait figure encore de favori.

Le Finlandais continue son aventure chez Mercedes. L’an dernier, il n’arrive à gagner « que » deux GP et manque de se faire passer par Verstappen pour la 2e place.

Il ne semble plus en mesure de rivaliser avec Hamilton, s’il l’a été un jour. C’est sans doute un peu dur de le traiter de « Barrichello bis », mais sur la piste c’est pourtant le cas.

En 2021 Bottas va-t-il se révéler façon Rosberg 2016 ? Rien n’est moins sûr.

Red Bull Racing Honda – RB16B

Red Bull Racing débute sa dernière saison avec Honda. Officiellement en tout cas car en 2022 et au-delà l’écurie pourra conserver le moteur, en l’exploitant par eux-mêmes. RBR a fait un choix inédit pour sa paire de pilotes en misant sur Sergio Perez, hors filière Red Bull.

Cela peut créer une saine émulation, ou créer une ambiance délétère. Avec le 3e et 4e du championnat pilote 2020, Red Bull a de quoi aller titiller Mercedes. Si en plus Newey a réussi à améliorer sa voiture en la rendant plus constante sur tous les circuits du calendrier, on pourrait voir le vrai retour de RBR pour le titre.

#33 – Max Verstappen

#11 – Sergio Perez

Verstappen doit confirmer cette année qu’il est un prétendant au titre. S’il n’a que 23 ans, il a déjà 119 départs à son actif. Il faut qu’il puisse montrer qu’il peut battre Hamilton du temps de sa superbe. Mais, la RBR peut-elle lui permettre de se battre pour le titre ?

Surtout, en piste, il montre encore des signes de nervosité qui se traduisent par des duels perdus, et peut-être des tactiques malmenées. Un prétendant au titre s’il réussit à se canaliser.

Il aurait sans doute été dommage de voir Sergio Perez hors de la F1. Il a trouvé un accord avec Red Bull et a une vraie belle opportunité de faire de belles choses. Encore faut-il qu’il ait les coudées franches.

Ce sera sans doute le point d’interrogation de sa saison. Pourra-t-il se battre avec Verstappen ou devra-t-il faire comme d’autres avant lui et se ranger derrière le Batave ?

C’est peut-être LE duel de la saison.

McLaren – MCL35M

McLaren change de fournisseur moteur et a consacré son énergie et ses jetons de développement à ce changement. Le Mercedes devrait aider McLaren en piste si le châssis s’adapte bien à sa puissance. Par contre, le reste de la voiture n’a pas pu autant évoluer. Est-ce que cela sera suffisant pour maintenir le niveau ?

L’écurie récupère Daniel Ricciado qui a déjà démontré sa propension à ne rien lâcher et obtenir des résultats, même l’an passé avec une Renault un ton en dessous. Norris s’est calmé mais va devoir en donner plus. L’écurie ne vise pas officiellement le titre constructeur mais sans doute de rester dans le top 3, voire mieux.

#3 – Daniel Ricciardo

#4 – Lando Norris

S’il n’a plus gagné depuis 2018 et son départ de Red Bull, Ricciardo a montré chez Renault qu’il ne lâchait rien. 5e du championnat pilote juste derrière Perez, il signe deux podiums.

Chez McLaren, Ricciardo espère pouvoir réitérer plus souvent les podiums, voire mieux avec une victoire. Pour cela, il comptera sur sa régularité et sa capacité à appliquer strictement une tactique.

Top 5 plus que probable.

Lando Norris a détonné quand il est arrivé en F1. Sa bonne humeur, mais aussi un coup de volant indéniable. L’an dernier, il a confirmé en faisant presque jeu égal avec Carlos Sainz, pourtant plus expérimenté.

Auteur de son premier podium en carrière et de deux meilleurs tours en course, Norris va devoir encore hausser son niveau cette année. Surtout qu’il va avoir un équipier très solide et expérimenté.

L’entente devrait être bonne, mais un Norris sous pression est-il un bon Norris ? Réponse en 2021.

Aston Martin Cognizant – AMR21

Aston Martin revient en F1 ! Enfin presque. L’écurie Racing Point reste la même mais prend le nom et la couleur de son sponsor titre, propriété du proprio de l’écurie, Lawrence Stroll. Sacré pari pour la marque qui, si elle ne vise pas le titre, espère jouer le top 3 ou 4 pour capitaliser sur la F1 pour l’image des voitures de route.

AM continue sur sa lancée de récupérer la Mercedes de l’année passée. L’AMR21 n’est plus vraiment une Mercedes W10 de 2019, mais elle récupère tout de même les suspensions arrière de la W11 et a des innovations qui semblent proches de celles de Mercedes. La Mercedes rose est devenue Mercedes verte. Top 3 visé.

#5 – Sebastian Vettel

#18 – Lance Stroll

Le quadruple champion du monde de F1 a terminé son aventure avec la Scuderia Ferrari un peu en eau de boudin. Chez Aston Martin, Vettel semble revivre. Est-ce que cela durera ? Cela dépendra du niveau de performance de la Mercedes verte.

S’il retrouve vite les avant-postes, le Vettel de 2020 sera vite du passé. S’il peut jouer le podium rapidement on devrait revoir un large sourire sur son visage. A noter que l’Allemand change de casque avec un casque rose, suite à son accord avec BWT.

Lance Stroll est encore un peu difficile à cerner. Auteur de prestations solides avec deux podiums et une pole position en 2020, le fils du patron a aussi gâché des points et s’est montré au final plus fragile que son coéquipier plus expérimenté Perez (75 points contre 125 par exemple).

Avec Vettel a ses côtés, c’est une chance de progrès, à condition de savoir prendre les points même les « jours sans ». Il a déjà montré qu’il était capable de jouer les premiers rôles, à lui de montrer qu’il peut soutenir la comparaison (ou pas) avec un champion du monde.

Alpine F1 – A521

Alpine arrive enfin en F1 après 3 tentatives avortées. Ironie du destin, celle qui s’était fait griller la politesse par la nouvelle née Renault Sport prend la place de cette dernière. Renault ne disparait pas puisque le moteur est officiellement un Renault E-TECH. Comme Alpha Tauri (ex-Toro Rosso) ou Aston Martin (ex-Racing Point) on est là sur un changement d’appellation plus marketing qu’autre chose.

Alpine pousse son concept de monoplace à fond avec une cheminée très remarquée durant les essais. Les bleus perdent l’expérimenté et souriant Ricciardo, mais retrouve le double champion du monde (et pas forcément souriant) Fernando Alonso. Ce sera un maître-étalon pour l’équipe qui saura enfin ce qu’un champion du monde peut faire avec leur monoplace.

#14 – Fernando Alonso

#31 – Esteban Ocon

Où en est Fernando de son pilotage en F1 ? S’il n’est pas parti très longtemps et surtout s’il n’y a pas eu de changement de génération de monoplace, cela reste tout de même un point d’interrogation.

Les essais hivernaux ont montré un Fernando souriant mais qui annonce déjà qu’il y a du boulot avec la monoplace. L’ombrageux Ibère est une formidable machine à communication pour une écurie et une marque, pour peu qu’il ne se fâche pas (cf. épisode « Gipitou Engine » avec McLaren-Honda).

On miserait bien sur plusieurs podiums cette saison.

Tout comme Lance Stroll chez Racing Point, Esteban Ocon s’est fait dominer par son coéquipier plus expérimenté. 62 points contre 119, c’est rude en comparaison brute.

Reste qu’Ocon a signé une deuxième place et a semblé avoir comblé l’écart en qualification avec Ricciardo. C’est en effet beaucoup en qualif qu’Ocon manque de « gnaque ». Une ou deux places sur la grille qui font souvent la différence en course.

Avec Alonso en coéquipier, la barre de comparaison est encore plus élevée. A lui de hausser son niveau de pilotage sous peine de se voir mis sur la sellette assez rapidement.

Quel top 5 en 2021 ?

Voilà pour cette première partie du guide de la F1 2021. Les 5 premières écuries de 2020 seront-elles encore les même à la fin de la saison 2021 ? Rien n’est moins sûr. Ferrari en berne l’an passé ne va sans doute pas se laisser couler une seconde année et si les développements limités peuvent laisser penser à une stabilité des résultats, les améliorations apportées par chacun devrait rebattre un minimum les cartes.

Dans la deuxième partie, Nicolas vous présentera le « bottom 5 » qui accueillera les trois petits nouveaux qui seront immanquablement sous les feux des projecteurs.

A Bahreïn, la Formule 2 recommencera aussi, avec Théo Pourchaire (17 ans), seul tricolore engagé cette saison après le départ de Giuliano Alesi vers la Super Formula Light.

Illustration : écurie respective, sauf 1-Formule 1 modifiée par leblogauto.com

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Guide de la Formule 1 2021 – partie 1"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
gigi4lm
Invité

Très bonne présentation, bravo

Zak
Invité

Présentation très réussie, bravo et merci.

rowhider
Invité

Pour ma part j’attends de voir la cohabitation de Vettel et Stroll: le fils du boss aura t’il le dernier mot en terme de stratégie ou bien la donne sera t’elle équitable?

Henley
Invité

Pourrais tu nous expliquer qu’est ce que les jetons ? comment les écuries les utilisent ?
Et si l’an dernier leur usage a été efficace ou pas ?

wpDiscuz