Accueil Finance Froid au Texas : flambée mondiale des prix du plastique

Froid au Texas : flambée mondiale des prix du plastique

0
8
PARTAGER

Le froid polaire qui a sévi au Texas le mois dernier a contraint de nombreuses usines chimiques à interrompre leurs activités en raison des ruptures du réseau. Perturbant la chaîne d’approvisionnement mondiale pour les biens de consommation et faisant grimper les prix de composants essentiels pour la fabrication automobile.

Froid au Texas : le plus grand complexe pétrochimique du monde très perturbé

Les pannes d’électricité ont en effet paralysé le plus grand complexe pétrochimique du monde, les usines de la région du golfe du Mexique contraintes de fermer ont même été plus nombreuses que lors de l’ouragan Harvey en 2017.

Un mois plus tard, beaucoup d’entre elles n’ont pas repris leurs activités. Les analystes estiment même que plusieurs mois pourraient être nécessaires avant que les sites ne soient à nouveau opérationnels.

Flambée des prix des composés chimiques

Les prix du polyéthylène, du polypropylène et d’autres composés chimiques utilisés pour fabriquer des pièces automobiles, des ordinateurs et une vaste gamme de produits en plastique ont atteint leur plus haut niveau depuis des années aux États-Unis à mesure que les approvisionnements se resserrent. Les prix du polychlorure de vinyle, ou PVC, ont plus que doublé depuis l’été dernier, selon S&P Global Platts.

Alors que les usines redémarrent lentement, il faudra des mois pour que les stocks se rétablissent, les prix ne revenant probablement à des niveaux normaux qu’en juin, a déclaré quant à lui Joel Morales, analyste chez IHS Markit.

Pour mémoire, le polyéthylène est un matériel très élastique, qui récupère sa forme originale facilement après un coup. La durabilité de son aspect est plus longue que dans d’autres plastiques et il se coupe et se modèle facilement. Ce qui en fait un composant très utilisé dans Plastique très usé dans la fabrication de pare-chocs.

Le polypropylène est un type de plastique très similaire dans ses caractéristiques au polyéthylène. En plusieurs occasions, il dépasse même ses propriétés mécaniques. Il s’agit d’un des plastiques les plus utilisés dans le secteur automobile en tous types d’éléments et pièces.

Retards et coûts accrus pour les constructeurs

Une telle situation devrait entraîner des hausses de coûts et des retards pour les constructeurs automobiles, avec des impacts ressentis en bout de chaîne par les consommateurs.

Une hausse des tarifs des véhicules pourrait notamment en découler. A moins que les groupes automobiles ne réduisent leurs marges. Ce qui n’est pas gagné alors que le (la) Covid impacte durement leur portefeuille.

Polymères : 30 % du coût des matières premières d’un véhicule

Les polymères représentent environ 20 % en poids, et de l’ordre de 30 % du coût des matières premières nécessaires à la fabrication d’un véhicule. Les matières plastiques sont utilisées pour diverses applications, des plus simples aux plus techniques. La résine la plus employée est le polypropylène, simple ou complétée de fibres de verre. Elle représente entre 30 et 40 % en moyenne du plastique utilisé dans un véhicule. Le polypropylène se retrouve dans l’intérieur des véhicules, mais aussi dans les pièces de carrosserie. Le deuxième type de polymères le plus utilisé est le polyuréthane pour les mousses, notamment pour le garnissage des sièges et des planches de bord, de l’ordre de 20 à 25 %.

D’autres plastiques sont utilisés pour leur technicité. Parmi eux les polyamides, qui représentent de 10 à 15 % du plastique utilisé dans un véhicule. Ils sont très prisés pour les équipements sous le capot moteur et les pièces sollicitées en effort, comme les pédaliers ou les poignées de porte. Le PEHD représente entre 4 et 8% des polymères présents dans les véhicules et est utilisé pour les réservoirs carburant, réservoirs lave-glace notamment. Enfin, plusieurs plastiques sont utilisés entre 3 et 6 % : le PET, l’ABS, le PE, les polycarbonates, le PVC, le PMMA, selon les applications, les choix de styles et les techniques.

Des équilibres d’approvisionnement très serrés

De nombreuses entreprises chimiques ont refusé de s’exprimer sur l’état actuel de leurs usines. Une porte-parole de Dow Inc – entreprise américaine spécialisée dans la chimie – a déclaré avoir fermé plusieurs unités au Texas et en Louisiane en raison du gel.
«Nous nous attendons à ce que ces impacts sur les produits et la chaîne d’approvisionnement et d’autres similaires dans l’ensemble de l’industrie créent des équilibres d’approvisionnement très serrés dans nos chaînes de valeur clés», a déclaré la porte-parole.

Les conséquences du gel du Texas ajoutent aux problèmes auxquels est confrontée une chaîne d’approvisionnement mondiale qui a été gravement touchée par la pandémie de Covid-19 et qui a eu du mal à répondre à la demande au cours de l’année écoulée.

Pénurie la plus grave de matières premières depuis des décennies

Une saison cyclonique active le long de la côte américaine du golfe du Mexique l’an dernier avait également perturbé les marchés. Les prix des matières premières chimiques atteignaient déjà des sommets de plusieurs années avant l’épisode glacial au Texas. Certaines entreprises ont même déclaré qu’il en résultait la pénurie la plus grave de matières pétrochimiques qu’elles aient connue depuis des décennies.

Hausse des prix du polypropylène et du polyéthylène inégalée depuis 10 ans

Selon Mike Mallon, directeur des ventes chez American Packaging Corp., la hausse des prix du polypropylène et du polyéthylène est la plus forte et la plus rapide enregistrée depuis au moins une décennie.

Selon lui, les prix pourraient ne pas baisser avant le quatrième trimestre, ce qui entraînerait une hausse des prix pour les consommateurs.

Jason Keiswetter, président de Petoskey Plastics, qui fabrique notamment des housses de siège de voiture a déclaré que ses coûts de matières premières étaient en hausse de près de 150% par rapport à l’été dernier, alors que les fournisseurs avaient déjà annoncé des augmentations de prix avant l’épisode glacial du Texas. «Ma famille travaille dans ce secteur depuis 50 ans», a-t-il déclaré. « Nous n’avons jamais vu une flambée des prix de matières premières comme celle–ci. »

Plus de 60% du PVC américain manque toujours à l’appel près d’un mois après que la tempête glaciale qui a frappé le Texas et la Louisiane et a décimé le réseau électrique, selon ICIS. Les prix à l’exportation aux États-Unis ont presque doublé pour atteindre un niveau record de 1 625 $ la tonne au cours de la dernière année.

Honda et Toyota déjà impactés

Ces pénuries contribuent à accroître les coûts d’une tempête qui a détruit un tiers de la production de gaz naturel au Texas et contraint certains fabricants de puces à réduire la production, exacerbant une pénurie déjà existante de semi-conducteurs.

Honda a d’ores et déjà indiqué mercredi qu’il stopperait la production dans la plupart de ses usines automobiles américaines et canadiennes la semaine prochaine, invoquant des problèmes de chaîne d’approvisionnement, notamment les retombées des tempêtes hivernales aux États-Unis.

Toyota a déclaré avoir été récemment informée qu’une pénurie de produits pétrochimiques affecterait la production de ses usines automobiles.

USA : l’un des plus gros exportateurs de plastiques et d’autres produits pétrochimiques

La côte américaine du golfe du Mexique a connu une explosion d’usines pétrochimiques au cours des deux dernières décennies, après que le boom de la fracturation hydraulique a permis de produire de nouvelles quantités de gaz naturel domestique et d’autres sous-produits de combustibles fossiles qui pourraient être convertis en produits chimiques et plastiques.

Le boom a contribué à faire des États-Unis l’un des plus gros exportateurs de plastiques et d’autres produits pétrochimiques ces dernières années. Mais la tempête hivernale a mis en évidence les principales vulnérabilités des dizaines d’usines chimiques qui s’étendent de Corpus Christi, au Texas, à la Nouvelle-Orléans.

Alors que la tempête arrêtait la production d’électricité, les usines pétrochimiques ont été invitées à couper l’électricité alors que les régulateurs du Texas tentaient de préserver la charge restante du réseau. Les usines qui avaient leur propre production d’électricité sur place ont eu du mal à obtenir du gaz naturel pour l’alimenter, les puits étant gelé et la production de gaz au Texas ayant chuté.

Un arrêt rapide et imprévu de certaines des plus grandes usines de fabrication du pays s’est produit sur une période de plusieurs heures. Au plus fort des arrêts forcés, 75% de la capacité de polyéthylène était fermée, 62% de la capacité de polypropylène et 57% de PVC, selon S&P Global Platts.

Notre avis, par leblogauto.com

Avec la sécheresse à Taiwan, le froid polaire au Texas, voire même le Covid, dame Nature semble nous dire que l’Homme a eu tort de trop l’ignorer … le changement climatique a d’ores et déjà des conséquences économiques et industrielles et cela ne fait que commencer …

Le US Chemical Safety and Hazard Investigation Board a appelé les entreprises chimiques à mieux se préparer à la probabilité croissante d’événements météorologiques extrêmes suite à l’ouragan Harvey.

« Les entreprises exposées à des catastrophes dans le golfe du Mexique doivent réévaluer leurs risques après deux tempêtes paralysantes dans les cinq ans », a quant à lui déclaré Rich Sorkin, directeur général de Jupiter Intelligence, qui analyse les risques potentiels liés au changement climatique pour les entreprises chimiques et autres.

Sources : Bloomberg, WSJ, CETI

A lire également :

. Taïwan : industrie des puces menacée par la sécheresse

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Froid au Texas : flambée mondiale des prix du plastique"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Fabrice
Invité

Excellent article qui montre bien les enjeux actuels. Des centaines de cas de « force majeure » Sont actifs ces jours et tendent fortement les chaînes d’approvisionnement. À noter que les raisons varient et ne sont pas que climatiques.

Elisabeth S.
Invité

Merci 😀

wizz
Membre

cette flambée de prix est elle relative ou absolue?

-absolue: ça n’a jamais été aussi cher

-relatif: avec l’exploitation du pétrole de schiste, les USA en retirent un volume incalculable de gaz dont ils ne savent pas trop quoi faire avec. Ils ferment les centrales charbon pour y bruler ce gaz. Ils exportent un peu (ça coute cher de liquéfier le gaz). Ils ont donc produit des matières plastiques, faisant chuter les cours mondiaux. Et maintenant, avec cet épisode de gel au Texas, les cours mondiaux sont remontés aux niveaux d’avant le pétrole de schiste…

Bizaro
Invité

Machine à flux : un grain de sable grippe facilement les rouages.

toto
Invité

Texas, voire même LE COVID, dame Nature semble nous dire que l’Homme a eu tort de trop l’ignorer
le covid-19 a été créer par l’homme il n’est pas il ne vient pas de la nature ils me semble ?

wizz
Membre

et aussi qu’il a été propagé grâce à la 5G, d’autant plus facile que la Terre est plate

toto
Invité

et aussi contracter avec la bière CORONA !

maxxi
Invité

Bien sur, il y a été créé par les Illuminati pédophile pour détruire tous les humain sauf le compte de Dracula ! je vous rejoins sur ce point historique !

wpDiscuz