Accueil Stellantis Vauxhall: Stellantis souhaite un financement de Londres

Vauxhall: Stellantis souhaite un financement de Londres

0
29
PARTAGER

Stellantis – fusion de PSA et FCA – a indiqué poursuivre des discussions avec les autorités britanniques sur le sort de l’usine Vauxhall d’Ellesmere Port dans le nord-ouest de l’Angleterre. Si les négociations sont certes qualifiées de « productives » par le constructeur, il n’en demeure pas moins qu’elles n’ont pu aboutir à une décision à l’heure actuelle. Quelque 1.000 emplois directs sont concernés.

Stellantis confirme étudier différents scénarios pour Ellesmere Port

Un porte-parole de Stellantis a indiqué que le constructeur discutait de différents scénarios pour Ellesmere Port avec les autorités britanniques, tant au niveau national qu’au niveau local.

Stellantis espère un engagement rapide du gouvernement britannique

Le groupe automobile espère obtenir un engagement du gouvernement britannique dans un proche avenir, pour pouvoir à la suite agir en conséquence.

Le constructeur a affirmé clairement qu’il ne prendrait aucune décision d’investissement sans être fixé sur ce point.

Parmi les éléments qui pèseront sur la décision figurent en tout premier lieu un éventuel soutien financier du gouvernement britannique ainsi que la législation réglant la commercialisation des moteurs thermiques.

En janvier dernier, le patron de Stellantis Carlos Tavares avait indiqué que des décisions sur les implantations du groupe au Royaume-Uni seraient prises « dans les prochaines semaines », mettant notamment en cause la décision du gouvernement britannique d’avancer à 2030 l’interdiction de la vente de nouveaux véhicules dotés de moteur thermique.

Un véhicule électrique produit sur le site ?

L’une des scénarios envisageables serait de produire une voiture électrique sur le site. Mais pour ce faire, Stellantis souhaite que le gouvernement britannique mette la main au portefeuille. Souhaitant ainsi que Londres agisse en accord avec sa volonté de bannir la vente de véhicules à essence au Royaume-Uni à partir de 2030.

Fermeture de l’usine en l’absence d’un accord satisfaisant ?

Une fermeture de l’usine est également possible en l’absence d’accord satisfaisant.
Le syndicat Unite s’est dit quant à lui prêt à « combattre toute tentative de fermer l’usine », ajoutant que « l’avenir à long terme de l’usine de Vauxhall est essentiel pour la réussite de l’économie du nord-ouest » de l’Angleterre.

« Jusqu’à 7.000 travailleurs dans la chaine d’approvisionnement comptent sur le site pour gagner leur vie », insiste Unite dans un communiqué, estimant qu’il serait « impardonnable que le gouvernement manque d’apporter toute l’assistance possible pour assurer l’avenir » de l’usine.

Notre avis, par leblogauto.com

D’après le Times, trois scénarios seraient en cours d’examen : le maintien de l’assemblage du modèle Astra dans l’usine d’Ellesmere Port, le transfert de sa production vers une autre usine tout en lançant un nouveau modèle à Ellesmere Port, ou la fermeture pure et simple du site.

Les ventes de PSA ont lourdement chuté l’an dernier (-29,3% à 1,5 million de véhicules), plombées notamment par Opel/Vauxhall. Le virage du gouvernement britannique en faveur des VE devrait lourdement peser dans la décision du maintien ou pas de l’usine de Vauxhall. Le constructeur pourrait perdre là un important débouché alors que ses exportations de modèles dotés de moteur thermique devraient être soumises à des taxes liées à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Reste peut-être à produire localement des VE ?

Sources : AFP, Stellantis, Times

 

Poster un Commentaire

29 Commentaires sur "Vauxhall: Stellantis souhaite un financement de Londres"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
C Ghosn
Invité

Financement d’une entreprise privée par le contribuable anglais ?

zeboss
Invité
Faut pas jouer la vierge effarouchée, aux USA patrie du grand libéralisme, certains types de contrat ont vocation à « subvenir » aux besoins privés via l’état : l’industrie militaire, spatiale par exemple sont les vrais exemple de financements indirects du privé par le public. Ici Stellantis comme Nissan ou Toyota met la main dans le tourniquet, et l’état UK devra mettre la main au panier, brexit or not brexit, Ellesmere Port restait une épine dans le pied de PSA, puis de Stellantis… Les Chinois font encore plus fort, la banque Centrale fournit des capitaux aux exportateurs, mais où sont les garanties… Lire la suite >>
Invité

oui mais voilà, les autorités américaines sont les premières à jurer que quand les pays européens font ça, cela prouve qu’ils font preuve de sozialisme … l’insulte ultime aux USA ! Mais eux se gardent bien de faire de même pour sauvegarder leurs industries. Et que dire quand ils ont attaqués les aides européennes pour Airbus, alors que de leurs côtés ils gavaient Boeing ?

Mwouais
Invité
Il y a évidement une opportunité à fournir des VE sur un marché de 2,5 millions de véhicules annuels quand on a des marques comme Vauxhall et Peugeot voire Citroën/(Fiat c’est quoi aujourd’hui ? 25.000 ventes/an). Spécialement quand dans sa com on s’annonce fort sur le marché VE (la réalité est plus éloignée pour Stellantis). Mais si Nothvolt, JLR/BYD et l’Alliance déploient leurs usines, la moitié du marché est fourni à minima et pourrait éjecter Stellantis qui fait le forcing / chantage financier. Les anglais moins regardant pourraient migré vers MG et autres chinois et laisser Stellantis dans ses certitudes… Lire la suite >>
Invité
La fusion était défensive mais ça n’est pas suffisant. La concurrence ne va aller qu’en s’intensifiant et toute société se doit d’anticiper. Le succès (relatif quand même) de MG n’est qu’un coup de semonce et on sait que d’autres constructeurs chinois vont arriver – et ils ne produiront ni au Royaume-Uni, ni même en Europe. Aucune raison que Stellantis soit sujet à des standards différents si les frontières anglaises sont ouvertes. Cela reste donc un problème politique et de philosophie avant tout… Coté économique / marché, je pense quand même que CT / Stellantis voient une opportunité de développer une… Lire la suite >>
Mwouais
Invité
Quel intérêt de construire des voitures à volant à droite en Angleterre ? Ça ne change pas grand chose de l’intégrer sur une chaîne de n’importe quelle entité de production ou de l’approcher des marchés japonais et australien, pakistanais ou ougandais (liste non exhaustive mais plutôt bien desservis par l’Asie plutôt que par une île enmanchée à l’Europe. A contrario, les chinois viendront construire en Europe à mon sens parce que le flux et leurs constructions d’usines de batteries sont là pour permettre une implantation réussie et choisie. Pourquoi Tesla produirait en Allemagne alors que ses usines chinoises pourraient être… Lire la suite >>
wizz
Membre

mwouais
Stellantis fait du chantage, mais les autres le font aussi. Tout le monde essaie d’en tirer un max de la situation

Nissan par exemple…
https://www.usinenouvelle.com/article/le-gouvernement-britannique-avait-offert-a-nissan-des-garanties-sur-le-brexit-et-une-aide.N802235

Bref, oui, il y a d’autres acteurs que PSA. Mais à toutes choses égales par ailleurs, entre un pays qui n’offre rien et un autre qui met quelques centaines de millions sur la table, pourquoi cracher dans le chéquier….

Mwouais
Invité

Évidemment que tous le font. C’est de bonne guerre.

Mais le faire avec des anglais pour une usine de 1000 personnes ? J’y crois guère et veux y voir un moyen de fermer sans en avoir trop sur la conscience.

versdemain
Invité

De mémoire Nissan a deux différences importante sur Stellantis.

1. Nissan c’est engagé fortement sur les voitures pure électrique ou sur l’électrique avec prolongateur d’autonomie e-power. Parfaitement en phase avec le plan de UK sur les VE.

2. L’usine de Nissan serait très grosse plus de 6000 personnes.

Donc plus facile d’avoir des subventions pour protéger l’emploi

wizz
Membre
verdemain pas forcement le poker menteur, ça se joue à tous les niveaux Nissan Sunderland est une très grande usine, et est importante pour Nissan. Too big to fail, mais aussi Too expensive (trop cher) pour être délocalisé En Espagne, les modèles produits par Nissan ne rencontrent pas le succès. On peut envisager une fermeture pure et simple, ou négocier des subventions pour y produire autre chose. Mais à Sunderland, ce sont des modèles à succès, à gros volume. Et c’est une usine performante, productive, bien rentable. Ce sera couteux et risqué pour Nissan de délocaliser cette production vers ailleurs.… Lire la suite >>
Bizaro
Invité

Le consommateur Britannique est assez ouvert à la concurrence. Ça ne les gênera pas d’aller voir ailleurs quitte à finir l’assemblage dans leur anciennes usines de produits importés de Chine.
Des sites industriels qui ferment les uns après les autres cela fait 60ans qu’ils le subissent.

AFLC7
Invité

Une entreprise Anglo Saxone se gênerait elle pour fermer une usine en France pour un prétendu « manque de rentabilité » ? Alors faisons pareil…

Luc
Invité

100% d’accord. Ils ont quitté l’UE, ils n’ont donc plus besoin de nous. Dejà, la place boursière de la City est détrônée par Amsterdam, tout part en cacahuètes….

wizz
Membre

tout part en marmelade, voyons….

Mwouais
Invité

Va falloir investir dans les cacahouètes qu’on lit souvent par ici.

CISSE
Invité

On en reparle dans quelques années ?
Ils ont sûrement bien fait de partir, ils se portent mieux que la France et l’UE. Le bon sens voudrait qu’on les imite.

Mwouais
Invité

@AFLC7 : la différence culturelle est que l’état anglais s’en fiche royalement (bon, il fera quand même sa vierge effarouchée pour l’image) car 7.000 travailleurs, ça ne décoiffe pas un seul cheveu de Boris.

polo
Invité

Pourtant Ineos a repris l’usine Smart.

Mwouais
Invité

@polo, on en reparle quand une Ineos en sort ?

marty
Invité

Ineos (chimie) fait de la pub à la TV pour son gel alcoolique avec la F1 d’ Hamilton en toile de fond

robert
Invité

AFLC7 le gugus de service ; laisse faire les grands , ces financiers n’ont pas de pays , tes histoires de pays c du pipeau .

georges
Invité

C’est aussi une conséquence du Brexit, ça certains semblent trop facilement l’oublier ou le minorer.
Ils ne vont pas garder une usine non rentable en parti à cause du vote des employés.

wizz
Membre

ils feraient mieux….mais ne l’ont pas fait, avaient négocié jusqu’au bout pour garder contact avec le reste du continent.

ils auraient pu partir, ne rien négocier, et se contenter du simple basique accord de l’OMC, mais ils ne l’ont pas fait ainsi….

wpDiscuz