Accueil Actualités Entreprise Départ d’Europe de Mitsubishi : demi-tour imminent ?

Départ d’Europe de Mitsubishi : demi-tour imminent ?

0
29
PARTAGER

Quand Mitsubishi a annoncé son départ du marché Européen, beaucoup ont trouvé cela dommage. Rassurez-vous, ce départ pourrait être annulé finalement, ou pas.

Depuis l’annonce du départ du « vieux continent » par la marque aux diamants, il y a de l’eau qui a coulé sous les ponts, et surtout, l’Alliance a commencé à se réorganiser. Résultat, le départ de Mitsubishi pourrait ne plus être à l’ordre du jour si on en croit le Financial Times qui rapporte des propos de personnes ayant assisté à une réunion de l’Alliance.

Dans cette réunion, il y a eu un accord sur la production par Renault de véhicules Mitsubishi en France. Cet accord doit être regardé formellement ce jeudi par Mitsubishi qui pourrait alors reconsidérer son départ du marché Européen. Avec des véhicules assemblés sur place, la donne financière change.

Non confirmé

Cependant, pour l’instant, officiellement, Mitsubishi a toujours l’intention de partir de fait de l’Europe en ne renouvelant pas certains véhicules. Le réseau de distribution a d’ailleurs commencé à se réorganiser avec des fermetures de concessions et d’autres se transformant en simple garages pour l’entretien et la réparation des modèles déjà sur la route.

Surtout, cette offre de produire des Mitsubishi en France serait finalement mal perçue au sein de l’Alliance, par les partenaires nippons de Renault. En effet, en rapatriant une production sur le sol Français, Renault assurerait certains volumes qu’il compte enlever par ailleurs.

Ce qui pourrait être vu comme une main tendue et une opportunité industrielle serait donc vu comme de l’opportunisme et une façon pour Renault de se valoriser vis à vis de son actionnaire étatique français.

Notre avis par leblogauto.com

Quel crédit accorder à un tel revirement de position ? Cela semble arriver bien tard et le réseau de distribution est désormais sur les rails de la « disparition ». Un changement maintenant demanderait à recréer une partie du réseau, sans doute échaudé par ces zigs-zags.

Luca de Meo lui-même avait tendu la perche à des assemblages de véhicules Nissan ou Mitsubishi dans les usines Renault en indiquant que Renault avait de la place dans ses usines, et déjà les plateformes… Ces véhicules seront-ils des Nissan ? Des Mitsubishi ? Ou des « rien du tout » ?

En effet, Nissan ne serait pas enclin à avoir plus de véhicules produits par des usines Renault. Le constructeur japonais réduit la voilure dans ses propres usines en Europe et visiblement, voit d’un mauvais œil le fait de dépendre encore plus des usines Renault et donc du constructeur. Les tensions au sein de l’Alliance sont toujours existantes et les susceptibilités toujours à vif visiblement.

Poster un Commentaire

29 Commentaires sur "Départ d’Europe de Mitsubishi : demi-tour imminent ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
kevin Van der Linden
Invité

Il serait peut être temps que cette alliance travaille comme un vrai groupe.

Ça fait 20 ans et il y a énormément de synergie a faire depuis le temps. Surtout que faire ça bha ça va dans le sens du leader follower

Et puis nissan se plaint de cette dépendance mais Renault sur d’autres matières est dépendant de nissan et cela également dans d’autres zones géographiques

amiral_sub
Invité

il n’y a pas eu beaucoup de synergies : toujours 2 entreprises très differentes

zeboss
Invité

Les Japonais ont accepté d’être sauvés par Renault..
Depuis ils ne veulent plus que leur indépendance..
le chien mord la main de son sauveur..
et Mitsu a refusé un rachat par PSA en se vendant très très cher (pour ce que ça valait déjà à l’époque..

koko
Invité

Il faudrait aussi penser à mutualiser les réseaux de distribution.
En France, il faut parfois faire de nombreux km pour trouver une concession Mitsu.

Dom
Invité

Mitsubishi fabrique plus de voiture hors de Japon que dans ses usines Japonaises.
aux USA, c’est Amazon….
https://www.amazon.com/adlp/mitsubishioutlander

Jean-Pierre
Invité

Faut pas confondre production et promotion d’un jour sur Amazon Live.

Dom
Invité
Karuk
Invité

Il faudrait savoir ce qu’on veut , est ce qu’ils veulent avancé à trois ou en ordre dispersé. En Europe il y a des usines Nissan et Renault sous exploiter, pourquoi Mitsubishi ne profite pas de l’alliance de fabriquer leurs propres véhicules qui partagerons les même plates formes et technologies pour faire des économies , c’est une question de bon sens .

SAM
Invité
Nissan est dépendant de Mistubishi pour ses kei cars. Ils sont quand même entrés dans le capital des trois diamants pour échapper à un rachat de Renault. Carlos père temporisant en disant que Renault présiderait au destin de Mistubishi du point de vue technique. En fait c’est tout le problème, c’est Nissan l’actionnaire et on attend de Renault qu’il aide au développement du japonais sur les petits modèles. Après le nouveau Outlander qui est un Rogue/Koleos rhabillé, le prochain Pajero sera sûrement sur la base du nouveau Pathfinder et le nouveau Frontier semble tracer un sillon pour le nouveau Pick-up… Lire la suite >>
Rickyspansih
Invité

Quel bordel ce groupe ! Enfin, soi-disant groupe… on dirait plus des marques distinctes concurrentes réunies par défaut, qu’un ensemble avec des synergies. Bon courage à De Meo.

amiral_sub
Invité

oui c’est plus une alliance capitalistique qu’industrielle…. Quand on pense qu’ils ont développé la zoe et la leaf en parallèle sans aucun partage ni aucune solution technique commune….

robert
Invité

il n’a jamais été dit que c’est un « GROUPE »…. c’est une ALLIANCE …
Carlos Ghosn voulait en faire un GROUPE c’ets une des raisons de ses ennuis…
Ce sont les journalistes et les soi-disants experts qui parle souvent du groupe renaul-Nissan … c est l’Alliance Renault Nissan Mitsubishi voir site internet de RENAULT

Jdg
Invité

Plutôt alliance Renault Nissan.
Mitsubishi a été racheté par Nissan ça appartient à Nissan , comme Dacia appartient à Renault

wpDiscuz