Accueil Constructeurs Véhicules utilitaires : la demande devrait encore baisser en 2021

Véhicules utilitaires : la demande devrait encore baisser en 2021

0
10
PARTAGER

Selon IHS Markit, la demande mondiale de véhicules utilitaires devrait encore baisser en 2021. La tendance devrait toutefois varier selon le type d’équipement et les régions concernées.

Nouvelle baisse prévue pour bus et camions de plus de 6 tonnes

Après avoir subi une baisse prévue de 10,6% de la demande de véhicules utilitaires neufs au cours de l’année 2020 – suite aux impacts de la pandémie sur l’économie – le marché mondial des nouveaux camions et bus de plus de 6 tonnes de poids brut de véhicule pourrait connaître une nouvelle baisse de plus de 9 % en 2021, estime IHS Markit.

Cela ramènerait la demande à 2,9 millions de véhicules neufs, contre 3,2 millions prévus en 2020, pour atteindre le niveau le plus bas au niveau mondial depuis 2016.

Le principal moteur de ces chiffres est la faiblesse attendue du segment des poids lourds dans le monde, représentant environ les deux tiers de la demande mondiale de véhicules utilitaires au-dessus de 6 tonnes.

Ce segment devrait perdre de son élan alors qu’en Chine continentale, le marché se normalise après des taux de vente records enregistrés jusqu’à la mi-2020. L’évolution de la demande demande de poids lourds enregistrée hors de Chine devrait être trop faible pour compenser le dérapage anticipé dans l’Empire du Milieu.

La demande en bus et camions de moyenne capacité devrait croître

En parallèle, la demande mondiale d’autobus et de camions de moyenne capacité devrait augmenter en 2021, dans presque toutes les grandes régions du monde, à mesure que la demande de services de transport se renforce et que la pandémie commence à diminuer.

Les augmentations mondiales de la demande de camions et d’autobus de moyenne capacité sont estimées à 9% en 2021 et 19% en 2022.

Outre le cours incertain de la pandémie elle-même, la Chine continentale offre certains des plus grands risques et opportunités en terme de prévisions à l’échelle mondiale.

La Chine continentale à elle seule devrait connaître une baisse de 37% en glissement annuel de la demande de nouveaux camions lourds en 2021, après avoir apparemment contré la tendance en 2020 et enregistré une augmentation des ventes estimée à 21% en valeur glissante annuelle, une performance due en grande partie aux mesures de relance gouvernementales.

En revanche, toutes les autres régions situées en dehors de la Chine réunies ont connu un plongeon en 2020 et devraient réaliser des augmentations de la demande pour les charges lourdes en 2021, d’environ 14% par an.

Chine : trop de relance pourrait tuer la relance

Ces hypothèses prudentes sur les opportunités de relance sous-tendent la vision baissière de 2021 en ce qui concerne la Chine continentale. Le gouvernement a appliqué une variété de mesures temporaires directes et indirectes pour augmenter la demande de camions en 2020.

Mais  bien que la politique de relance du gouvernement de Chine continentale et de protection de l’environnement a été beaucoup plus forte que prévue  au troisième trimestre de 2020, IHS Markit continue de penser que l’effet de la politique de « stimulation » des ventes de camions deviendra beaucoup plus faible au cours de prochains mois et que le de véhicules actuellement élevé pourrait devenir un facteur négatif pour freiner la demande de camions.

Chine : un parc de véhicules relativement jeune, qu’il n’est plus « nécessaire » de remplacer

Au final, en Chine, le parc de véhicules utilitaires est désormais conséquent et relativement jeune. Les mesures de relance axées sur l’âge et la technologie des véhicules ont déjà forcé la mise hors service de nombreux camions pré-2015 répondant à la norme d’émissions diesel NSIII.

Toutes choses égales par ailleurs, ces circonstances constitueront un frein à la poursuite des mêmes politiques qui ont stimulé la nouvelle demande en Chine continentale jusqu’à présent.

Prévisions de reprise pour 2021 inférieures aux niveaux précédents hors de Chine

Par rapport à 2019, les prévisions de reprise pour 2021 dans les différentes zones situées en dehors de Chine sont inférieures aux niveaux précédents.

Malgré une bonne disponibilité du crédit, une solide rentabilité de l’industrie du camion ur certains marchés et une forte confiance des entreprises dans de nombreux pays, au moins quatre facteurs connexes empêcheront une reprise complète à court terme : l’évolution continue de la pandémie, le report  de la reprise de la demande de services de transport terrestre et d’entreposage, un rythme du rebond des dépenses en biens d’équipement (investissement) très progressif  et un chômage toujours élevé.

Sources : IHS Markit

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Véhicules utilitaires : la demande devrait encore baisser en 2021"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
J.T.
Invité

Vu que nous ne sommes pas prêts d’atteindre les objectifs de réduction de CO2 de la COP 21, ne serait-il pas plus urgent de faire un ré »trofit hybride à bas coût sur les petits utilitaires actuels ?
En les équipant d’un rétrofit additionnel à l’arrière pour ceux à traction thermique AV, ce qui permettrait de faire frein sans usure, et recharge de batterie (mise à plat dans le coffre) avec effet 4×4 pour les ruraux, traversées des villes plus propres, travail accru pour les garagistes, plus d’emploi (qui manque en masse).

totoro
Invité

sur de la très grande série y’a peut être une possibilité, mais visiblement c’est couteux en matos homologué et gourmand en main d’oeuvre … au final c’est super cher.
Et investir 5/7k€ sur un véhicule déjà « fatigué » , peu de gens vont le faire

Bizaro
Invité

Oui en plus il faut ajouter que durant l’opération de revalorisation c’est potentiellement une immobilisation longue du véhicule, 2 jours au minimum.

Bizaro
Invité

La revalorisation des véhicules cela marche fort dans certains pays d’Afrique et à Cuba.
Et c’est surtout du à la quasi absence de marché du neuf. Dans le premier cas pays trop pauvres et le second sous embargo. Dans les deux cas il faut une voiture de base solide.

Avec certains utilitaires c’est le mobilier, les sièges, et des organes de liaison au sol qui lâchent avant la motorisation.

Bizaro
Invité

Mais une revalo en France, c’est aussi de l’administratif à gérer, des aides possibles, mais dans des centres agréés, avec une étude préliminaire de chaque solutions, donc pas disponibles partout et pour tout.

Mais des vielles fourgonnettes à motorisations modernes qui sillonnent une ville cela peut avoir son charme. Peut être pas avec un Renault Trafic mais une Estafette.

wizz
Membre
oui JT Mais ce n’est pas aussi simple. Et pas sûr que tous accepteraient les inconvénients liés -plus d’emplois, c’est bien. Mais comme il faut les payer, alors cela voudrait dire une facture plus salée pour le client -la batterie à plat dans le coffre. Et il faudra la renforcer, puisqu’on mettra des objets dans le coffre, des objets plus ou moins lourds. Et si sous le coffre, le problème est que le chassis a été optimisé pour y caser le réservoir d’essence, l’échappement ou encore le train roulant -les ruraux sont ils dans des régions si reculées au point… Lire la suite >>
Dom
Invité

Une copie BYD T3 du Nissan NV200 ….
Sur un parking Conforama ( qui est début 2020 Sud Africain, fin 2020 Autrichien ….)
Et il y a des gens qui font des prévisions ?

SGL
Invité

Il faudra surtout…et enfin les diesels utilitaires en ville… Où faire une exception pour les PHEV diesel.
Ça aura double effet positif !

spagagné
Invité

quand je vois les « reliques » camionnettes des gus qui viennent vendre au marchéS à Marseille, spa gagné

labradaauto
Invité

Dans la camionnette : l’important c’est le jus à tirer de la marchandise baladée. S’il y a du jus et « qu’on’ ait un besoin urgent et obligatoire de changer de camionnette…on étudiera le choix à opter. Janvier 2021: est- ce qu’il s’agit de remplacer le vieux ? : ça dépend de ce qu’on nous propose et de la garantie de pouvoir travailler, payer.

wpDiscuz