Accueil Actualité Tesla prêt à rester dans la course après son ascension météorique en...

Tesla prêt à rester dans la course après son ascension météorique en 2020

0
36
PARTAGER

Après une envolée insolente en Bourse et des livraisons records en 2020, Tesla est en position de force pour une nouvelle année de croissance soutenue même si l’adoption massive de véhicules électriques par les conducteurs n’est pas encore à portée de main. »Avoir réussi à faire grimper les ventes de 36% en 2020, quand tous les grands constructeurs voyaient leurs chiffres baisser (à cause de la pandémie), est impressionnant », remarque Karl Brauer du site spécialisé Iseecars.

L’effet sur les marchés a été colossal: le titre Tesla s’est apprécié de 743% en douze mois de sorte que le groupe vaut désormais environ 700 milliards de dollars à Wall Street, à moins de 70 milliards de Facebook. Tesla est entré en décembre au sein du prestigieux indice S&P 500 après être parvenu à gagner de l’argent pendant cinq trimestres consécutifs. Mais la confiance des marchés est sans commune mesure avec les ventes du groupe, qui n’a écoulé que 499.550 voitures sur l’année 2020, bien loin des géants du secteur comme Volkswagen et ses 11 millions de véhicules vendus en 2019. Les signaux positifs s’accumulent néanmoins pour le groupe dirigé par Elon Musk.

Si le constructeur a parfois eu du mal à fabriquer des voitures à grande échelle, il a appris de ses erreurs, assurent plusieurs spécialistes. Après avoir rapidement mis sur pied une usine en Chine, Tesla s’attelle à la construction de nouveaux sites près de Berlin et au Texas. Dans le même temps, sous la férule de son charismatique patron, Tesla continue à fonctionner « presque comme une start-up », souligne Garrett Nelson, analyste du cabinet CFRA: la société n’a pas à gérer de syndicat ou de multiples sites de production et l’échelle de décision est simple, ce qui évite des lourdeurs et lui fait gagner du temps.

« Vu le succès de l’entreprise, il n ‘y a pas de raison qu’Elon Musk ne puisse pas continuer à gérer son entreprise comme il l’entend et à tenir tête aux forces extérieures », estime M. Brauer. Après une âpre bataille avec les autorités californiennes qui avaient forcé l’usine de Tesla à fermer au printemps, M. Musk a par exemple obtenu en novembre que ses employés y soient considérés comme des travailleurs essentiels.Tesla est par ailleurs bien positionné sur plusieurs segments clés du secteur automobile. Avec un pick-up (camionnette à plateau) et un semi-remorque en cours de développement, le groupe prend ses marques sur le marché des véhicules électriques de transport. Grâce à sa nouvelle usine à Shanghaï, Tesla est bien implanté en Chine, qui pourrait selon le cabinet Deloitte représenter 49% du marché des véhicules électriques en 2030.

– Promesses –

Le constructeur avance aussi dans la conduite autonome: son nouveau système de conduite autonome présenté à l’automne « présente encore quelques défauts, comme le fait d’avoir du mal à reconnaitre les zones de chantier, mais ils se rapprochent du but », juge M. Nelson.

Elon Musk continue par ailleurs de faire des promesses. Tesla s’est notamment engagé à proposer un véhicule électrique à 25.000 dollars d’ici trois ans et à produire 20 millions de véhicules par an d’ici 2030.

Il faut actuellement au moins 37.990 dollars aux Etats-Unis pour le modèle le moins cher du constructeur, qui doit aussi convaincre les consommateurs. Selon l’agence internationale de l’Energie, les voitures électriques ne représentaient que 2,6% des ventes mondiales et 1% du parc en 2019.

Mais le potentiel est là selon Deloitte, qui prévoit que les ventes de véhicules électriques passeront de 2,5 millions en 2020, à 11,2 millions en 2025 et 31,1 millions en 2030, ce qui représenterait alors 32% du marché.

Tesla va toutefois devoir rapidement faire face à une réelle concurrence, avec la montée en puissance de jeunes pousses, comme Lucid ou Rivian et des constructeurs traditionnels qui ont récemment accéléré leurs investissements sur le segment des véhicules électriques.

L’avenir du groupe est aussi fortement lié à M. Musk, qui a tout intérêt à entretenir son succès puisqu’il en détient encore près de 18% mais est aussi accaparé par ses autres sociétés, notamment les fusées SpaceX.

Mais sa performance en 2020 est loin de justifier son ascension météorique en Bourse, selon les experts de JPMorgan: son action, anticipent-ils, devrait valoir 105 dollars fin 2021, contre 705 dollars fin 2020.

David Christian Koskas avec AFP

 

Poster un Commentaire

36 Commentaires sur "Tesla prêt à rester dans la course après son ascension météorique en 2020"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
amiral_sub
Invité

25.000$ une tesla. Ca va faire mal à la (pseudo) concurrence!

panama
Invité

@amiral_sub : bof.

Klogul
Invité

+1 ils seront en retard sur le marche des voitures accessible soit la ou il y a plus de potentiel de vente…

ema_
Invité
Apple, Tesla et Dyson ont en commun d’avoir créé un marché, en partant du haut de gamme, avec des produits chers et désirables. Ils ne sont pas les inventeurs de ces produits (ni du smartphone, ni du baladeur numérique, ni de la voiture électrique) mais leur vision produit / marketing leur permet de révolutionner un secteur. Leur positionnement prix et leur image premium (les 2 sont liés) doivent permettre de faire des marges suffisantes pour assurer la pérennité de l’entreprise. La concurrence arrive par le bas, mais avec des marges faibles, mais ils restent la référence sur le haut du… Lire la suite >>
versdemain
Invité

@ema_
Il y a une grosse différence entre Apple qui fait essentiellement son business grace à la vente de logiciel et abonnement mensuel d’un coté
et Tesla qui lui doit vendre toujours plus de hardware dans un monde ou tous les autres seront bientôt faire la même chose.

Voir les smartphones ou apple représente de moins en moins de volume hardware comparé aux smartphones android.

amazon
Invité

aujourd’hui Tesla n’a pas un positionnement prix premium? Plutôt généraliste.
une ID3 et une TM3 avec la même taille de batterie sont à peu prêt au même prix.
c’est juste qu’il n’y a rien en face pour comparer: la TM3 performance, c’est la moitié du prix qu’une BAM à perf équivalente.

idem sur la finition, c’est correct sans plus  » à l’américaine ».

amiral_sub
Invité

@panama: une compacte de 300 ch, 400 km d’autonomie, accès aux superchargeurs, autopilot bof? comprends pas tout moi…

panama
Invité

La réussite de Tesla s’est faite sur le même principe que celui d’Apple avec l’iPhone : proposer un produit réellement innovant en fermant son utilisation.
Tesla a vendu beaucoup de voitures c’est vrai mais maintenant il faut convaincre tous ceux qui ont une voiture thermique et qui ne sont pas des geeks. Pas gagné d’avance !
Perso l’absence totale de concessionnaire – il y a 12 « Tesla Stores » en France c’est carrément rédhibitoire.

amazon
Invité

oui j’avais la même réflexion mais j’ai décidé de passer quand même sur une TM3LR. j’habite à 1:30 du Tesla Store le plus proche, mais vu que l’entretien peut être fait à domicile et qu’il est pratiquement nul, je pense que le risque est faible.
Maintenant je ne sais pas quoi penser du risque de panne sévère, de la dispo des pièces chez les carrossiers: à prendre avec une assurance prêt de véhicule!

amiral_sub
Invité

ça ne gène pas les porschistes

panama
Invité

@amiral_sub : faut arrêter les Porschistes ont des concessions proches de l’endroit où ils habitent.

amiral_sub
Invité

c’est à peu près pareil. Il n’y a pas de révisions sur les tesla donc l’ancien reflexe n’a plus de raisons d’etre

Arthur
Invité

Le génie de Tesla ce n’est aussi pas que dans le software, les batteries ou le marketing, c’est surtout l’ingénierie de production.
Fortement robotisé et simplifiée (ex avec la moulure alu en une pièce du châssis du model Y) ils ont 15 ans d’avance sur tout le monde.

Fonzie
Invité
Rien à voir, mais « ascension météorique » me semble assez antinomique. Un peu comme monter en bas. Sinon, oui Tesla fait progresser le marché et est un perturbateur positif qui oblige les acteurs historiques à sortir de leurs habitudes. En cela c’est déjà un immense succès. Et les mauvaises langues gloseront toujours sur 2-3 défaits possible en finition, mais il serait de mauvaise fois de ne pas saluer les performances techniques. Ensuite, je me dit qu’il faudrait peut-être faire des moteurs moins puissants mais avec les meme batteries. Ainsi, des autonomies de 800km seraient possibles, non? Avec mon 0 à 100… Lire la suite >>
amiral_sub
Invité

Fonzie: en electrique, la puissance n’influe pas sur la consommation, ou si peu. Une tesla de 150ch aurait à peu près la meme autonomie qu’une tesla de 450 chevaux. De plus elles ont 2 moteurs de 2 technos différentes pour l’efficience (moteur à aimant permanent et moteur asynchrone à rotor bobiné)

Malco
Invité

Si ma compréhension est bonne, le facteur limitant la puissance est lié à la (dé)charge de la batterie. Une plus grosse batterie autorise donc de plus fortes puissances, ainsi qu’une plus grande autonomie.

+1 pour l’ascension météori(ti)que :-D. On sent que l’auteur a une idée de comment cela va finir…

starter
Invité

limiter la puissance n’augmentera pas l’autonomie car ce qui est vendu aujourd’hui est du marketing.
On lit sur la fiche technique, 300cv et 500km d’autonomie, mais si on utilise 300cv, l’autonomie est dérisoire, les 500km, c’est un oeuf sous le pied, donc bien en dessous de 150cv délivrés.

mich
Invité

On sera bientot tous mort, a quoi bon.

amiral_sub
Invité

on peut se dire ça pour tout

mich
Invité

C’est pour ca, rien ne sert de bosser. Home office, mon chat qui bouge la souris, et un bon programme netflix. Et un boulard en fin de soiree, en attendant la fin du monde prevue pour le printemps.

wpDiscuz