Accueil Ecologie Alliance industrie pétrolière US / agro-carburants, contre Biden ?

Alliance industrie pétrolière US / agro-carburants, contre Biden ?

0
1
PARTAGER

L’union fait la force ! Y compris dans l’industrie pétrolière américaine ! Laquelle est même prête à s’accorder avec ses concurrents pour contrer la politique énergétique et environnementale de Joe Biden.

En vue de lutter contre le programme du nouveau Président des Etats-Unis en faveur des véhicules électriques, les majors pétrolières US souhaitent bâtir une alliance inhabituelle avec les plus importants producteurs d’agro-carburants US.

L’industrie pétrolière US veut s’allier aux producteurs d’agro-carburants

L’industrie pétrolière américaine cherche à forger une alliance avec les producteurs de maïs et de biocarburants du pays, réunis pour la plupart dans la « Farm belt » la « ceinture agricole » du Midwest américain, connue pour sa forte production céréalière et animalière. Objectif : faire pression contre la pression de l’administration Biden en faveur des véhicules électriques.

S’allier aux rivaux pour contrer Biden

Cet effort marque une tentative inhabituelle de l’industrie pétrolière de se rapprocher de ses rivaux de longue date, reflétant l’ampleur de ses préoccupations concernant les mesures radicales du président Joe Biden pour lutter contre le changement climatique et réduire les combustibles fossiles.

Alors que l’industrie pétrolière et les producteurs de biocarburants sont des concurrents naturels dans leur lutte pour occuper l’espace des réservoirs d’essence outre Atlantique, ils partagent néanmoins le même souhait d’assurer un avenir aux moteurs thermiques.

L’influence des majors pétrolières a diminué avec l’arrivée de Biden

Cet effort reflète également l’évolution rapide du paysage politique à Washington : l’influence autrefois puissante de l’industrie pétrolière a diminué depuis que Biden a remplacé Donald Trump à la présidence, mais la région de la Farm Blet – « ceinture agricole » – reste une circonscription politique vitale et puissante.

Le secteur du raffinage jouissait quant à lui d’une place à la table de l’ancien président Donald Trump, désireux de renforcer l’industrie pétrolière et gazière.

L’ère Biden qui débute désormais marque un renversement complet. Le nouveau chef de l’Etat US est entré à la Maison Blanche en promettant des mesures pour restreindre l’industrie pétrolière, de la suspension de nouvelles autorisations de forage sur les terres publiques à la mise en place de restrictions plus sévères en matière d’émissions polluantes.

Rencontres confirmées

L’American Fuel and Petrochemical Manufacturers, société regroupant les producteurs américains de carburants et de produits pétrochimiques a confirmé qu’elle avait contacté les représentants des États et nationaux des industries du maïs et des biocarburants au cours des dernières semaines pour demander un soutien à une politique qui réduirait les exigneces en matière d’émissions en carbone des carburants routiers et bloquerait les efforts visant à fournir des subventions pour les véhicules électriques.

Cette proposition serait une alternative à l’objectif clairement affiché par Joe Biden d’électrifier le parc de véhicules du pays et garantirait un marché continu pour les carburants comme l’essence et l’éthanol à base de maïs.

Autre réunion prévue en février

L’AFPM a rencontré à la mi-janvier des lobbyistes de l’industrie du maïs et des biocarburants. Certains raffineurs membres espèrent organiser une autre réunion en février pour discuter de l’avenir des carburants liquides.

«Toute cette idée » va « prendre beaucoup de temps à se concrétiser, mais nous avons fait des progrès», a déclaré Derrick Morgan, vice-président senior de l’AFPM.

Un vent contraire aux énergies fossiles

Les efforts de l’industrie pour changer le cours de la politique menée en faveur des véhicules électriques font face à d’importants vents contraires.

La Californie a annoncé une interdiction des moteurs à combustion interne d’ici 2035, d’autres États envisagent des mesures similaires et le constructeur automobile General Motors a annoncé jeudi qu’il ne produirait que des véhicules électriques d’ici 2035.

Les producteurs de biocarburants ne veulent pas être les dindons de la farce

Geoff Cooper, chef de la Renewable Fuels Association, structure de premier plan dans l’industrie des biocarburants, a confirmé que les représentants de la RFA étaient invités à participer à la réunion de février, mais a déclaré que son organisation n’avait pas encore décidé d’y assister.

«Nous ne sommes pas nés d’hier et nous n’allons pas laisser l’industrie pétrolière nous jouer du violon», a-t-il déclaré. Ajoutant : «ils ont une longue histoire de pousser des substituts et des mandataires vers le microphone pour faire leur sale boulot et cela ne nous intéresse pas.»

Si selon deux sources proches du dossier, la National Corn Growers Association (NCGA ) envisage également d’envoyer le personnel à la réunion prévue en février, son PDG, Jon Doggett, a déclaré à Reuters qu’aucune réunion de ce type n’avait été prévue. Eloignant son groupe de l’idée d’une alliance dans les oléagineux. Indiquant même n’avoir rien à voir avec des groupes de raffinage, et n’avoir engagé aucune conversation à ce sujet.

Lorsqu’on lui a demandé si l’une de ses organisations membres au niveau de l’État envisageait d’y assister, Doggett a répondu: «Nous avons des dizaines de groupes. Je ne peux pas savoir ce qu’ils prévoient tous. »

L’industrie des biocarburants ne veut pas s’opposer publiquement à Joe Biden

Selon différentes sources, l’industrie des biocarburants et du maïs est réticente à se joindre à l’industrie pétrolière sur cette question non seulement en raison de sa rivalité de longue date avec les raffineurs, mais aussi parce qu’elle ne veut pas s’opposer publiquement aux politiques énergétiques du nouveau président.

Biden s’engage à acquérir 645 000 VE

Biden s’est engagé cette semaine à acheter 645 000 voitures électriques pour le parc de véhicules du gouvernement dans le cadre d’un plan plus large visant à faire progresser la vente de véhicules électriques elle-même, à développer des infrastructures et accroître les subventions, menaçant le marché de l’essence de pertes se chiffrant à plusieurs milliards de dollars.

Les raffineurs se disent contre des règles trop strictes

L’AFPM indique que les raffineurs n’ont pas peur des véhicules électriques mais qu’ils n’aiment pas les contraintes rigides du gouvernement. «Ce qui nous pose problème, ce sont les règles strictes qui enlèvent le choix aux consommateurs, en tout ou en grande partie. Nous ne pensons pas que ce soit la bonne voie à suivre », a déclaré vice-président senior de l’AFPM.

L’industrie pétrolière pense que les émissions de carbone du carburant peuvent être réduites en exigeant une teneur en octane accrue, ce qui rend l’essence plus propre. L’éthanol constituant un booster d’octane très populaire.

Les raffineurs US obligés de mélanger biocarburants et carburants

La norme américaine sur les carburants renouvelables oblige actuellement les raffineurs à intégrer des biocarburants comme l’éthanol dans des carburants. En conséquence, la plupart de l’essence vendue aux États-Unis contient environ 10 % d’éthanol. L’industrie des biocarburants a grandement œuvré pour que ces règles perdurent.

«Il n’est pas surprenant que l’industrie pétrolière veuille tout d’un coup nous faire les yeux doux. Nous produisons des carburants à faible teneur en carbone. Ils ne le font pas », a déclaré Emily Skor, responsable du groupe de biocarburants Growth Energy.

Sources : Reuters

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Alliance industrie pétrolière US / agro-carburants, contre Biden ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
amiral_sub
Invité

debat très interessant

wpDiscuz