Accueil Actualité On a lu « J’ai pas tapé! » d’Anne-Chantal Pauwels

On a lu « J’ai pas tapé! » d’Anne-Chantal Pauwels

0
3
PARTAGER

L’ancienne copilote de François Delecour en rallye vient tout juste de sortir un nouveau livre retraçant l’ascension passionnante et passionnée du duo jusqu’au championnat du monde. Un ouvrage qui mérite le détour (et non le travers…)!


François Delecour et Anne-Chantal Pauwels. Un duo devenu mythique pour beaucoup suite à cette fameuse phrase, répétée en boucle par le pilote en larmes à l’arrivée de la dernière spéciale du Monte-Carlo 1991, trahi par sa Ford Sierra Cosworth alors qu’il avait course gagnée. Toutefois, il serait réducteur de réduire ce couple à cette simple image. Et si par la suite la carrière de François en championnat du monde des rallyes s’est construite principalement avec Daniel Grataloup aux notes, c’est bien avec Anne-Chantal à ses côtés que le casselois a gravi progressivement les échelons jusqu’au sommet de la discipline.

Des pavés glissants du Nord aux spéciales enneigées du Monte-Carlo

François et Anne-Chantal, c’est une histoire ou plutôt une saga qui a débuté dans la ville de Cassel, et plus précisément sur les bancs d’une auto-école où les deux jeunes gens se sont rencontrés. Les premiers exploits d’Anne-Chantal et de François, c’est sur les pavés détrempés de la région qu’ils ont lieu à bord d’une Autobianchi A112 Abarth (après avoir emprunté la 104 ZS de la mère de François…). D’entraînements « sauvages » se terminant bien souvent en chassés croisés avec la maréchaussée locale, le binôme passe ensuite sur une Samba avec laquelle il réalise un premier coup d’éclat lors de l’édition 1984 du rallye Monte-Carlo. S’ensuivent les années coupe 205 GTI en 1985 et 1986 avec en point d’orgue le titre d’espoir décerné en fin d’année 86 à François par la revue Echappement, puis la période officielle en championnat de France sur la 205 Groupe A du GCAP (le Groupement des Concessionnaires Automobiles Peugeot) suivie d’une saison 1988 moins complète, mais cette fois à bord d’une BMW M3 E30. Entretemps, il est aussi question d’une certaine Porsche 911, mais nous n’en dirons pas plus ici…

Après une séparation l’année suivante où François se voit imposer Christian Tilber en tant que copilote lors du passage à la Peugeot 309, et où Anne-Chantal concrétise un rêve en passant son brevet de pilote d’hélicoptère, le duo se reforme lorsque Delecour est embauché par Ford pour les débuts de la Sierra Cosworth en mondial et rappelle sa complice. La suite, et notamment ce fameux Monte-carlo 1991, est connue et Anne-Chantal finira par raccrocher le casque après le San Remo avant d’entamer une nouvelle carrière qui passe entre autres par les hélicoptères, mais aussi par le circuit d’Abbeville et par une carrière de journaliste (entre autres dans Sub Mag, revue dédiée aux Subaru et publiée à l’époque par les éditions Stevens qui éditait également le magazine Compte-Tours).

Le rallye comme passion, comme moteur

Outre le parcours des deux complices en lui-même, « J’ai pas tapé ! » contient une dose importante d’anecdotes en tous genres qui raviront les fans de rallye. Une fois la dernière page lue, on retiendra notamment qu’il vaut mieux éviter d’être pris en stop par François Delecour sans être prévenu auparavant que le trajet se révélera tout sauf tranquille… Et l’on en apprend encore plus sur le trajet semé d’embûches d’Anne-Chantal et François jusqu’aux sommets, une ascension qui s’est en effet révélée tout sauf tranquille, avec son lot de galère et de (longues) périodes de vaches maigres, mais aussi de moments savoureux et de bons souvenirs.

Une ascension ponctuée également de rencontres souvent salvatrices, que ce soit avec des mécanos, des concessionnaires, des avocats ou encore d’autres pilotes. Une fois qu’on a commencé la lecture, il est difficile de s’arrêter ! Bien écrit, très riche en anecdotes, photographies d’époque et d’illustrations/dessins tout au long de ses 114 pages, « J’ai pas tapé ! » ravira les afficionados du rallye, et plus particulièrement ceux du duo François Anne-Chantal.

En bonus avec l’ouvrage ; le Rallye de Cassel édition 2020

En plus de l’ouvrage, un petit cadeau supplémentaire est fourni au lecteur. Il s’agit d’un jeu de plateau dont le théâtre est le lieu des premiers exploits d’Anne-Chantal et de François. Petit regret ; pour pouvoir jouer, il faut découper dé et pions de jeu imprimés sur le rabat du livre. Embêtant quand on souhaite conserver ce dernier en parfait état… Ou alibi pour en commander un deuxième exemplaire, qui sait ?

« J’ai pas tapé ! » est disponible depuis quelques jours sur le site internet d’Anne-Chantal Pauwels à cette adresse, au tarif de 28 euros.

Illustrations : Le Blog Auto

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "On a lu « J’ai pas tapé! » d’Anne-Chantal Pauwels"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
georges
Invité

Enfin pour le jeux, on peut scanner (ET imprimer) le rabat de la couverture.

salociN
Invité
Jacques Lafresiere
Invité

il est excellent ce livre , merci a Anne Chantal Pauwils

wpDiscuz