Accueil Constructeurs MPM Motors : c’est la fin de l’aventure

MPM Motors : c’est la fin de l’aventure

0
20
PARTAGER

MPM Motors va mettre la clé sous la porte. Le constructeur n’aura pas eu le temps de dévoiler son SUV, le Vultur, pour tenter de se sauver.

Officiellement créée en septembre 2015, la société MPM Motors vit ses derniers jours après deux années très difficiles. La société fondée par Oleg et Igor Paramonov (M. Paramonov Manufacturing Motors) a décidé de communiquer sur la fin de l’aventure.

« Après une descente aux enfers de 2 ans, sans aucune aide de l’état ou des autorités politiques et administratives locales, nous ne sommes malheureusement plus en mesure de survivre » déclare le responsable de la communication sur un long post Facebook. Surtout, on apprend que MPM a développé « à 95% » un SUV qui devait passer à la phase de prototypage.

MPM avait pourtant des ambitions avec une nouvelle berline avec une déclinaison break de chasse, une citadine électrique, etc. Ces études pourraient être récupérées par d’autres sociétés.

Pour les rares propriétaires des MPM PS160 ou Erelis, désormais, il va falloir aller voir du côté des pièces détachées qui seront mises en vente. Pour les moteurs, les premières versions étaient pourvues d’un bloc Mitsubishi, et depuis 2018 d’un bloc PSA. De ce côté cela devrait donc bien se passer.

A propos de MPM Motors

MPM est né de la volonté des deux frères Français d’origine Russes. Leur idée était de produire en France un clone de la TagAZ Aquila. L’Aquila dans son pays d’origine ne s’était pas vendue et TagAZ (propriété de M. Y. Paramonov, le père des deux frères) a fait faillite en 2014. Devenue MPM PS160, l’Aquila connait des débuts difficiles avec des soucis de jeunesses, de gros défauts de finition et un rapport qualité/prix pas favorable.

Améliorée au fur et à mesure de sa carrière, celle qui est devenue la MPM Erelis ne convainc quand même pas. Pour autant, MPM voyait plus loin avec plusieurs projets à l’étude.

Notre avis, par leblogauto.com

La fin d’une aventure entrepreneuriale, qui plus est dans l’automobile, est toujours triste. Ici, MPM a pêché sans doute par excès d’optimisme. Excès d’optimisme dans le développement et la mise en production d’une voiture artisanale. Excès d’optimisme également dans l’accueil que lui ont réservé les Français. Les soucis de fiabilité, et l’année 2020 touchée par la Covid-19 n’ont pas aidé.

Il est évidemment trop tard pour refaire le match. Mais, qu’aurait pu faire MPM Motors pour éviter d’en arriver là ? Prendre le virage de l’électrique plus vite ? D’autres comme MIA s’y sont cassé les dents et les finances. Sortir le SUV plus tôt ? Un véhicule ne se développe pas en 6 mois, surtout quand les finances sont limitées.

Alors forcément voué à l’échec l’expérience MPM Motors ? Sans doute. Mais, cela ne signifie pas que toutes les tentatives de constructeurs « artisanaux » en France sont vouées à échouer. En effet, il y a des créneaux – luxe, ultra-sportif, etc. – qui peuvent accueillir des véhicules au prix forcément plus élevé que ceux d’un généraliste.

Illustration : MPM Motors

Poster un Commentaire

20 Commentaires sur "MPM Motors : c’est la fin de l’aventure"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
r.burns
Invité

C’est triste mais c’était une belle entreprise. On peut toujours gloser sur le pourquoi du comment, c’est ceux qui regardent qui critiquent, ceux qui font ne regrettent jamais rien.

Mwouais
Invité

À un moment c’est pas Calimeroland et vendre l’impossible qualité, on le paye, non ?

Regrettable, oui.
Coupable, oui.

MINI_Stig
Invité
L’idée n’était pas mauvaise, mais la finition avait objectivement de quoi faire fuir n’importe quel client potentiel. Une voiture sans permis est bien mieux finie aujourd’hui. Souvenir aussi d’un modèle exposé à Montlhéry avec un gros trou dans le bas de caisse latéral… quelqu’un qui avait dû mettre un coup de pied dedans (ce qui n’est vraiment pas malin dans ce cas…), mais ça avait tout de même l’air très fragile. Des détails simples de qualité perçue auraient pu aussi être mieux pensés pour masquer la misère (ne pas systématiquement mettre les cadres de vitre en noir, comme s’ils avaient… Lire la suite >>
Commandant Tour
Invité

Une aventure qui mérite d être saluée mais dont l issue était malheureusement prévisible des le début tant l auto proposée était obsolète… Les normes actuelles et à venir vont malheureusement tuer toutes les futures tentatives modestes (celles n ont soutenues par la spéculation boursière ou adossées à de grands groupes)

Francois
Invité

Le soucis majeur de MPM Motors ? Passionné d’autos comme tout le monde ici, je découvre pourtant ce constructeur aujourd’hui alors le grand public qui achète une voiture comme un produit de consommation courante…Autre point, parmi les rares personnes qui connaissaient MPM, combien d’entre elles étaient prêtes à sortir le carnet de chèques pour s’offrir une PS160 ou une Erelis ? Bref, l’issue n’est guère étonnante.

seb
Invité

Je serais surpris qu’il n’y ait jamais eu d’article sur MPM ici (je crois me souvenir d’un article au moment du passage du bloc Mitsubishi au bloc PSA) et ils sont également passé sur Top Gear France l’année dernière sur un comparatif avec le Secma F16 et la Smartlinette qui avait comme thème les sportives française à moins de 20 000€

RobV
Invité

Regrettable en effet : chaque disparition d’un artisan est une perte pour le patrimoine industriel français. Ensuite bien sûr il y a eu des erreurs de stratégie mais la législation toujours plus draconienne et mouvante ainsi que le contexte de crise sanitaire (et par ricochet économique) ont accéléré la descente vers l’inéluctable.

Mwouais
Invité
Est-ce vraiment une perte pour le patrimoine industriel français ? C’est regrettable cette fin d’aventure pour les gens qui s’y sont investis mais comme le dit Thibaut, c’était inéluctable avec le placement produit et la finition de l’objet. Si demain quelqu’un lance une entreprise sans logique commerciale derrière, faut-il finalement le saluer ou regretter que la fin de l’aventure fera des victimes, travailleurs ou clients. Qu’ils relancent une activité sur une base Zoé ou autre avec un air de coupé et une autre finition et peut-être parviendront ils à à leurs fiins. Snecma est beaucoup mieux placé et pèche uniquement… Lire la suite >>
wpDiscuz