Accueil Electriques Accord LG / Indonésie dans les batteries pour VE, avant Tesla ...

Accord LG / Indonésie dans les batteries pour VE, avant Tesla ?

0
0
PARTAGER

L’Indonésie a annoncé mercredi avoir signé un accord de 9,8 milliards de dollars (10,8 milliards d’euros) avec le groupe sud-coréen LG. Objectif : produire des batteries au lithium destinées aux véhicules électriques.

Accord entre LG et l’Indonésie

L’accord entre LG et l’Indonésie a été signé à la mi-décembre. Le projet sera opérationnel en février 2021. Il comprend l’implantation d’une mine et d’une fonderie dans l’archipel des Moluques(Est), a expliqué le président du Conseil de coordination des investissements (BKPM) de l’Indonésie, Bahlil Lahadalia.

L’Indonésie : premier producteur mondial de nickel

L’Indonésie souhaite en parallèle tirer partie de ses importantes ressources en nickel, minerai nécessaire rentrant dans le processus de production des batteries au lithium. Le pays en est le premier producteur mondial.

L’Indonésie ambitionne de devenir un centre international pour les batteries

Le pays ambitionne de devenir un centre international pour cette technologie qui a le vent en poupe à l’heure actuelle, à la faveur de la transition vers ces énergies nouvelles.

LG « détient le marché et la technologie. Mais l’Indonésie a des réserves extraordinaires de matières premières », a tenu à préciser Bahlil Lahadalia. « Si nous combinons les deux, je crois que cet investissement fera de nous l’un des principaux acteurs mondiaux » a-t-il ajouté.

L’Indonésie veut attirer Tesla

D’autres groupes étrangers, tel le Chinois Tsingshan Holding Group, investissent en Indonésie dans des usines de fabrication de batteries utilisant du nickel.

Tesla pourrait également être intéressé par un investissement dans ce secteur économique indonésien.

En novembre dernier, le président indonésien Joko Widodo avait indiqué qu’une équipe de haut niveau dirigée par le ministre coordinateur des affaires maritimes et de l’investissement, Luhut Pandjaitan allait rencontrer des dirigeants de Tesla dans le cadre d’un déplacement aux Etats-Unis et au Japon. Objectif : promouvoir une nouvelle loi dite “Omnibus” qui vise à créer des emplois et à faciliter les investissements en Indonésie.

Refusant de commenter spécifiquement la réunion prévue avec le constructeur américain, le Président indonésien avait toutefois déclaré qu’il y avait de fortes probabilités que les entreprises veuillent investir dans le process d’extraction du nickel en vue de réduire leurs coûts.

Tesla : contrat géant sous réserve du respect de l’environnement

Le Directeur Général de Tesla, Elon Musk, avait déclaré pour sa part qu’il prévoyait de proposer un «contrat géant » défini pour « une longue période» du moment que le nickel était extrait «de manière efficace et respectueuse de l’environnement».

Des propos qui font référence à la nouvelle loi indonésienne sur la création d’emplois, critiquée pour avoir assoupli les normes environnementales.

Selon Luhut Pandjaitan, l’Indonésie pourrait rendre la chaîne d’approvisionnement des batteries respectueuse de l’environnement dans sept à huit ans en alimentant les fonderies avec des sources d’énergie renouvelables, afin qu’elles puissent vendre des batteries vertes pour les voitures sur le marché européen d’ici 2030.

Création d’emplois contre respect de l’environnement

Jokowi a déclaré à plusieurs reprises que la loi sur la création d’emplois était essentielle pour réduire les formalités administratives, stimuler les investissements et renforcer la compétitivité du marché du travail.

Malgré les protestations de la part des syndicats, des étudiants et des écologistes, la nouvelle législation a été accueillie positivement par les marchés.

L’Indonésie a eu du mal à attirer les investissements étrangers au même rythme que certains de ses voisins. Selon le Président indonésien, le nouveau texte devrait être l’un des principaux catalyseurs permettant de stimuler la croissance économique du pays en 2021.

La plus grande économie d’Asie du Sud-Est a subi sa première récession en plus de deux décennies en 2020 en raison de l’impact économique et financier de la pandémie due au coronavirus, des millions de personnes ayant perdu leur emploi.

Indonésie : 5eme plus gros émetteurs de gaz à effet de serre

L’Indonésie est l’un des plus gros émetteurs de gaz à effet de serre dans le monde, détenant la cinquième place au « palmarès ». L’une des causes principales est la déforestation sauvage pratiquée en faveur des cultures telles que celles des palmiers à huile. En 2015, Le pays s’est engagé à réduire ses émissions de dioxyde de carbone (CO2) de 29 % d’ici 2030 en protégeant ses forêts, et en développant les capacités du secteur de l’énergie durable.

Notre avis, par leblogauto.com

En avril 2019 déjà, soit bien avant que ne survienne la crise du Covid-19, l’Indonésie avait laissé entendre qu’elle souhaitait attirer sur son territoire les constructeurs tels que Volvo et Renault afin qu’ils investissent dans le secteur des véhicules électriques. Le pays estimant alors que d’ici 2030 ce type de motorisation devrait représenter un quart de sa production totale. 
Le gouvernement indonésien avait demandé aux deux groupes automobiles d’envisager la construction d’usines ou d’unités d’assemblage sur le plus grand marché automobile d’Asie du Sud-Est. Selon lui, la production automobile totale du pays devrait plus que doubler d’ici 10 ans, pour atteindre 3 millions d’unités d’ici 2030, dont 730 000 véhicules électriques.

Le président Joko Widodo avait alors promis que des incitations fiscales seraient mises en œuvre pour attirer les investissements étrangers dans les véhicules électriques, tout en rendant coûteuse la possession d’automobiles nécessitant de recourir aux énergies fossiles. Objectif : permettre à l’Indonésie d’économiser 798 milliards de roupies (56 milliards de dollars) en réduisant sa dépendance énergétique et ses importations de pétrole brut.

Alors que Hyundai et Volkswagen avaient manifesté leur intérêt pour fabriquer sur place des véhicules électriques, un consortium de sociétés chinoises et indonésiennes construit déjà une usine de batteries, avait quant à lui déclaré la ministre de l’Industrie, Airlangga Hartato. Faisant jouer la concurrence tout en précisant qu’une production locale de batteries – le nerf de la guerre dans le domaine des véhicules électriques – leur offrait un approvisionnement sécurisé.

Sources :  Reuters, Bloomberg, AFP

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz