Accueil Livre On a lu : Lamborghini, les monstres sacrés à moteur V12

On a lu : Lamborghini, les monstres sacrés à moteur V12

0
3
PARTAGER
Lamborghini

Serge Bellu, journaliste bien connu du monde de la presse et de l’édition automobile, publie un nouvel ouvrage dédié au taureau Lamborghini.

Un taureau face au cheval

Le V12 est considéré comme l’architecture mécanique la plus noble, la quintessence de l’art des motoristes. Symbole de puissance, de sportivité, de prestige et de mélodies envoutantes, il fait partie de l’ADN de certaines marques mythiques, un Graal que tout motoriste rêvait de concevoir. C’est bien évidemment le cas pour Ferrari. Rappelons que la Scuderia avait menacé de quitter la F1 courant 1986, alors que la future règlementation moteur prévoyant le retour aux moteurs atmosphériques avait envisagé dans un premier temps de limiter les moteurs de F1 à 8 cylindres.

Pour Lamborghini aussi, le V12 est un totem. Serge Bellu revient rapidement en introduction sur les origines du constructeur de Santa’Agata Bolognese, qui est naît d’un défi, celui de Ferrucio Lamborghini, déterminé à laver l’affront infligé par Ferrari, dont il était client, et qui lui aurait rétorqué, un jour qu’il se plaignait de soucis sur sa GT, qu’il n’était bon qu’à conduire des tracteurs (l’activité industrielle d’origine de Lamborghini).

Lamborghini s’entoure des meilleurs pour construire sa GT, une tueuse de Ferrari. Gianpiero Dallara oeuvre au châssis tandis que Giotto Bizzarrini, l’un des papas de la 250 GTO, entré en dissidence en 1961 de Ferrari, est chargé de concevoir l’âme mécanique, un V12 de 3.5 litres appelé à rester dans les annales. Mais après la 350 GT qui fait office de coup d’essai, le coup de maître vient d’emblée avec la mythique Miura, qui lance ainsi cette lignée de supercars V12, poursuivie ensuite par la stupéfiante Countach, la furieuse Diablo, l’affutée Murcielago et la rageuse Aventador. Le panthéon Lamborghini

L’ouvrage se concentre ainsi sur les icônes V12 et leurs multiples versions (S, SV, SVR, Roadster, etc), Lamborghini ayant poussé à son paroxysme avec l’Aventador le concept des modèles rares, produits à quelques exemplaires et tous plus audacieux ou excentriques les uns que les autres: Veneno, Centenario, Sian et l’Essenza V12, la dernière née uniquement dévolue à la piste.

Chaque modèle de la lignée, de la Miura à l’Aventador, est aussi mis en comparaison avec les rivales de leur époque. Le dernier chapitre montre d’ailleurs à quel point l’univers des supercars s’est démultiplié avec l’essor de l’électrification, moins pointue à maîtriser que l’art du V12. Ce joyau va-t-il perdurer ? Ferrari y tient et développe de nouvelles technologies, notamment sur la combustion, pour que le noble V12 résiste aux assauts de écologiquement correct. Lamborghini fait aussi partie des « derniers des Mohicans », contre vents et marées.

Accompagné de plus de 150 photographies et de fiches techniques, cet ouvrage édité par Glénat satisfera les amateurs de voitures d’exception. Au prix de 35 euros.

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "On a lu : Lamborghini, les monstres sacrés à moteur V12"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
AXSPORT
Invité

Il manque le son !!!
😉

Mwouais
Invité

@AX : je n’apprécie pas trop le phrasé du Bellu (jr) ampoulé et pédant. Ses goûts sont les siens qu’il entend universels.

Sans l’avoir lu, j’imagine ce livre comme un recueil de photos glacées plus qu’un ouvrage de grand intérêt ou de référence. Un livre alimentaire quoi.

Ah, le son des V12 : oui évidemment !
Et certains de préférer l’efficacité du synthé électronique à l’écoute des grandes orgues dans leur environnement. Ne peut on avoir les 2 ?

michel2
Invité

Il manque euromillion.

wpDiscuz