Accueil Constructeurs Un no-deal Brexit menace le secteur automobile de l’UE

Un no-deal Brexit menace le secteur automobile de l’UE

0
35
PARTAGER

Un no-deal Brexit – une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne sans qu’un accord de libre échange n’ait pu être établi – fait plus qu’inquiéter les constructeurs automobiles de l’UE. 23 organisations de l’industrie automobile du Vieux Continent ont uni leur voix lundi pour appeler dans un communiqué commun « l’UE et le Royaume-Uni à sécuriser sans délai un accord de libre échange ambitieux ».

Pertes de 110 milliards d’euros d’ici à 2025 en cas de no deal Brexit

L’industrie automobile européenne a averti qu’un échec des négociations sur un accord post-Brexit entre l’UE et le Royaume-Uni infligerait une chute des échanges commerciaux de 110 milliards d’euros d’aujourd’hui à 2025.

L’absence d’accord entraînerait l’introduction de droits de douane, ce qui augmenterait le prix des véhicules et provoquerait une baisse de la demande qui pourrait se traduire par une perte de production de trois millions de véhicules au cours des cinq prochaines années, avec des pertes de 57,7 milliards d’euros pour les usines dans l’UE et de 52,8 milliards d’euros pour celles au Royaume-Uni, indiquent les 23 associations.
Une situation d’autant moins soutenable à leurs yeux que le secteur est d’ores et déjà gravement impacté par la crise sanitaire. La pandémie engendrée par le coronavirus ayant entraîné pour sa part 100 milliards d’euros de perte de production.

Vives tensions entre Londres et Bruxelles

Cet appel intervient à l’issue d’une semaine de vives tensions entre Londres et Bruxelles, lesquelles font craindre d’aboutir à un échec des négociations. La fin de la période de transition du Brexit fixée au 31 décembre prochain …. n’est que dans quinze semaines.

Menaces pour l’emploi

Les signataires estiment que la menace pour l’emploi est grande, alors que le secteur représente au total 14,6 millions d’emplois britanniques et européens, soit un emploi sur 15 dans la région.

« Les économies et les emplois des deux côtés de la Manche sont sous la menace d’un deuxième coup dévastateur sous la forme d’une absence d’accord », préviennent-ils.

L’appel est signé par l’association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA), l’association européenne des fournisseurs européens (CLEPA) et 21 organisations nationales, dont l’association des constructeurs britanniques (SMMT), le Comité des Constructeurs Français d’Automobiles (CCFA), la Plateforme automobile (PFA) et la Fédération de l’industrie automobile allemande (VDA).

Des taxes supérieures aux marges en absence d’accord

Faute d’accord commercial, l’UE et le Royaume-Uni seraient contraints de commercer selon les règles de l’OMC, lesquelles prévoient des taxes douanières de 10 % sur les voitures, et pouvant s’élever jusqu’à 22% sur les fourgons et camions.
« De telles taxes, bien plus élevées que les petites marges de la plupart des constructeurs, devraient très certainement être répercutées sur les consommateurs, rendant les véhicules plus chers, réduisant le choix et affectant la demande », estiment les organisations signataires, dans leur communiqué.

L’industrie automobile britannique moteur de l’économie du Royaume-Uni

L’industrie automobile britannique est une partie vitale de l’économie du pays avec un chiffre d’affaires de plus de 82 milliards de livres sterling  (88,7 milliards d’euros) et une valeur ajoutée de 18,6 milliards de livres sterling (20,14 milliards d’euros).
Avec quelque 168000 personnes employées directement dans la fabrication et plus de 823000 dans l’ensemble de l’industrie automobile, elle représente 14,4% du total des exportations britanniques de marchandises, d’une valeur de 44 milliards de livres sterling (47,63 milliards d’euros), et investit 3,75 milliards de livres sterling  (4,06 milliards d’euros) chaque année dans la R&D.

Plus de 30 constructeurs construisent plus de 70 modèles de véhicules au Royaume-Uni, soutenus par 2 500 équipementiers et certains ingénieurs parmi les plus qualifiés au monde.
Plus de 1,3 million de voitures, 78270 véhicules utilitaires et 2,5 millions de moteurs ont été assemblés au Royaume-Uni en 2019. 8 t voitures sur 10 produites au Royaume-Uni sont exportées à l’étranger vers 160 marchés différents dans le monde.

Notre avis, par leblogauto.com

Le Groupe PSA ne pourrait exporter des voitures au Royaume-Uni et investir dans des usines locales que si le gouvernement britannique contribuait à compenser les éventuels tarifs douaniers imposés après la sortie du pays de l’Union européenne, avait déclaré en mars dernier le patron du constructeur Carlos Tavares.

Les incertitudes liées à un éventuel accord ont déjà conduit le groupe automobile, propriétaire de la marque Vauxhall, à stopper les investissements en Grande-Bretagne. « Nous serons impatients d’investir à Ellesmere Port si c’est justifié commercialement », avait déclaré Carlos Tavares le 3 mars dernier, évoquant l’usine de PSA dans le nord-ouest de l’Angleterre, qui construit l’Opel/Vauxhall Astra.

Pour rappel, en 2019, PSA a affiché une marge opérationnelle de 8,5%, malgré une forte baisse de ses volumes. Le groupe mise désormais sur des ventes plus rentables et un strict contrôle de ses coûts.

Le groupe automobile a réalisé un véritable travail sur le tarif des modèles des marques Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall, avec pour objectif le développement des « ventes rentables ». Le succès de ses SUV, modèles réputés pour offrir des marges conséquentes lui aura notamment permis d’atteindre de telles performances. Des taxes douanières au taux prohibitif entraîneraient une remise à plat de toute sa stratégie industrielle.

Sources : AFP, CCFA, ACEA

Poster un Commentaire

35 Commentaires sur "Un no-deal Brexit menace le secteur automobile de l’UE"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
versdemain
Invité
En gros le royaume unis doit être le troisième (ou deuxième) plus gros marché automobile de l’Europe géographique. Ils sont donc clairement en situation de force pour obliger les allemands à faire des concessions s’il veulent continuer à vendre aux UK. Cela va ferrailler dur et puis EU va faire un compromis, elle n’a pas le choix depuis que les Anglais sont redevenu un pays souverain gouverner pour leur population et plus pour les banques. Et si EU veut pas, alors il reste plus de 100 pays dans le monde dont nombreux fabriquent des voitures. D’ailleurs UK viendrait de signer… Lire la suite >>
georges
Invité

Superbe analyse, seulement un peu orienté pro autre coté de la mer du Nord.
Il n’y a plus de marque vraiment anglaise, et rien qui n’utilise pas des composants venant d’Europe.
Les anglais pensent qu’ils sont toujours à la tête d’un empire, sauf qu’ils ne plus rien et tout sauf en position de force.

retrouvé le retour
Invité

SUPERBE !!

SGL
Invité

C’est génial pour les Chinois, encore un pays plus faible qu’avant à leur merci.
66 millions d’habitants qui seront encore plus dépendants de leurs produits manufacturés.

SGL
Invité

Enfin, Trump ne doit pas être mécontent aussi…
Mais les produits américains sont moins adaptés au RU.

retrouvé le retour
Invité

Et Gibraltar alors que faire de cette colonie en Europe, il faut certainement faire comme les Chinois a Hong Kong !! Degagez ici cest lEurope !! Une bonne grosse Europe bien armee !!

Jdg
Invité

Pays souverain gouverné par le peuple lol faut etre naïf. Et puis l’UE gouverne pas grand chose , chaque pays fait ce qu’il veut et c’est bien là le pb de l’UE d’ailleurs.
Pour info les banques ne gouvernent jamais c’est tjs le peuple qui dicte aux politiques. C’est pour ça qu’on voit des lois débiles être créées, pour calmer le peuple ou le satisfaire. C’est le principe d’une démocratie

Thomas
Invité

Dans ce cas PSA et FCA ne seraient pas bloqués par l’Europe pour fusionner, si cette dernière était si « laxiste » 🙄

amiral_sub
Invité

versdemain a une vision très particulière de l’UK et des banques…

Monsieur PATRICE KANTOR
Invité

Bof ….. C’est tellement cool le Brexit … que c’est un long feuilleton. Apres, la GB non gouverné par les banques.. Doux reve car la GB deviendra peut être un pays encore plus libéral qu’avant ….

CDA
Membre

Tu avances « versdemain » avec de belles œillères ^^

Luc
Invité

L’avis du blogauto sur le brexit, c’est la situation de PSA…. Très bien, mais les autres?

bzep
Invité

Côté français il semble que ce soit PSA qui serait le plus touché en cas de non accord.

twruit
Invité

oui, mais c’est peu comparé aux allemands, qui auraient beaucoup plus à craindre, les bmw ,audi et mercedes sont immatriculées en masse la bas ,comme avantage salarial. un peu comme en allemagne.un non accord, affaiblirait beaucoup l’allemagne, donc comme d’habitude l’allemagne( quand ça l’arrange) va mettre tout son poids et accord il y aura

Klogul
Invité

l avantage salariale n existe plus depuis les annees 80/90 en angleterre.
Les anglais sont justes fan des voitures germanique.

Il est clair que pour l allemagne ca serait un coup dur mais pour le reste de l europe pas trop par contre ceux qui vont subir severe c est les anglais pendant au moins 5 ans (tout depend des accords qu ils signeront).

Mais il ne fzllait pas rever l eu et ca plethore de fonctionnaire surpaye n allaient pas les laisser partirement tranquillement…

retrouvé le retour
Invité

Personne ne sera touché par une histoire de bagnoles avec la pagaille semée par les US aux Frontieres de l’Europe les Anglais risquent tout ! Le Brexit est une bénédiction !

retrouvé le retour
Invité

Qui c’est qui veut des conduites a gauche !!! Qui c’est qui veut des conduites a gauche !!! Qui c’est qui veut des conduites a gauche !!! Qui c’est qui veut des conduites a gauche !!! Qui c’est qui veut des conduites a gauche !!! Qui c’est qui veut des conduites a gauche !!! Les Suédois pour faie vintage 😉

Amazon
Invité
les anglais continueront à acheter des voitures européennes, allemandes françaises, italiennes, tcheques, espagnoles, suedoises. il y a de vrai fans des sportives Renault (twingo/clio/megane ont une grosse côte d’amour là-bas), des fans de citroen, de peugeot. je ne crois pas un instant qu’ils se contenteront des voitures chinoises, malaises ou indiennes. les constructeurs europeens vont devoir fermer leurs usines au UK si elles produisent pour l’Europe, ou alors diriger la production vers le reste du monde? les groupes automobiles font de la communication/lobbying pour leur intérêt, d’ou le discours de Tavares qui s’adresse Au UK et à l’Europe Quand au… Lire la suite >>
ddd
Invité

Bientôt des Nissan Made by Renault ?

Nithael70
Invité

Ca existe dejà, la micra…

Jdg
Invité

Blabla bla l’UE a déjà reporté deux fois le délai à un moment faut mettre la GB au dos du mur pour qu’elle arrête de faire chier.
Le risque c’est surtout pour elle faut pas exagérer.

georges
Invité

C’est la GB qui avait la main sur les délais et elle l’a toujours.

wpDiscuz