Accueil Ferrari Ferrari Portofino M (2020) : la mécanique d’abord

Ferrari Portofino M (2020) : la mécanique d’abord

0
5
PARTAGER
Portofino

Les véhicules camouflés avaient vendu la mèche, la Ferrari Portofino, lancée en 2017, revient dans une version évoluée signée « M ».

Si le M signifie « Motorsport » chez BMW, il est synonyme à Maranello de « Modificata », qui est tout de même plus évocateur qu’un simple restylage. Le M a déjà été utilisé sur les 575M Maranello, la 456M GT ou encore la 512M.

Sportivité accentuée

La Portofino M affiche selon Ferrari un tempérament plus sportif, qui se matérialise d’abord dans sa mécanique. Le V8 turbo 3.8 litres gagne 20 chevaux, avec désormais 620 canassons, à 7500 trs/min, soit la même puissance que la Roma. Ce gain a été obtenu grâce à de nouveaux profils de came, une optimisation du remplissage de la chambre de combustion et une augmentation des révolutions maximales par minute de la turbine de l’ordre de 5 000 trs/min.

Les optimisations mécaniques ne s’arrêtent pas là, puisque la Portofino M troque désormais son ancienne boîte séquentielle à 7 rapports avec une boîte automatique double embrayage à 8 rapports, dont les rapports de démultiplication sont cependant plus longs que ceux de la SF90 Stradale. Conjugué au Variable Boost Management (qui augmente le couple délivré en fonction de l’accélération), à un module d’embrayage plus compact mais 35% plus efficace, à une gestion de couple plus souple dans les phases de conduite urbaine et à l’adoption d’un filtre à particules essence, la Portofino M réduit ses émissions polluantes. Les données ne sont pas encore disponibles, l’homologation étant en cours.

Du côté des performances, les progrès sont infimes puisqu’elle abat le 0 à 100 Km/h en 3″45 contre 3″5 auparavant, tandis que la vitesse de pointe reste fixée à 320 Km/h. Néanmoins, une nouvelle ligne d’échappements a été développée, avec la suppression des silencieux (qui réduisent ainsi la contre-pression) et des soupapes de dérivation maintenant de forme ovale, le tout pour un bruit plus évocateur.

La Portofino bénéficie toujours du Ferrari Dynamic Enhancer (FDE), un système de contrôle de la dynamique latérale. Sur la Ferrari Portofino M, il n’est disponible que lorsque le Manettino est en mode Race. Un autre facteur notable est la pression plus modulable sur la pédale de frein qui, combinée à une réduction de la course d’environ 10%, offre une réactivité plus précise et instantanée aux entrées lors du freinage. Tout est donc pensé pour une prise en mains plus accessible, en élargissant encore les plages de réglage avec l’introduction de la position Race. Le Manettino propose en effet les cinq positions, une première sur une GT Ferrari découvrable.

Pas de révolution de style

A l’image de la F8 Tributo, qui ne chamboulait pas le look de la 488 GTB, le style évolue peu. On note toutefois, au nouveau du bouclier, des prises d’air plus larges et agressives, au dessin plus tendu, ainsi qu’une échancrure aérodynamique supplémentaire au sommet du pare-choc en amont du passage de roue, qui s’intègre dans le prolongement des ouvertures aérodynamiques sur les flancs. A l’arrière, la modification de la ligne d’échappements rend la partie basse de la poupe plus compacte, tout atour du diffuseur qui s’intègre mieux au pare-chocs. Enfin, au niveau des jantes, la finition en taille diamantée donne plus de relief et accentue le dynamisme de l’ensemble.

L’intérieur évolue peu aussi, car les ingénieurs se sont focalisés sur le confort. Les sièges emploient une structure innovante en magnésium, avec un profil de dossier ultra-compact qui libère de l’espace pour les occupants arrière, même si le Portifino conserve d’abord une philosophie 2+2. Une ventilation à trois niveaux pour l’assise et le dossier est également disponible, ainsi que le cache-cou très populaire pour une utilisation en hiver. Ce dernier offre un choix de trois niveaux de chaleur et le système adapte en permanence la vitesse du flux d’air chaud provenant de l’appui-tête pour s’assurer qu’il est proportionnel à la vitesse de la voiture, à la température extérieure et à la position du toit rétractable.

A propos de la technologie embarquée, la Portofino propose désormais en option un large choix de systèmes avancés d’assistance à la conduite (ADAS) dont le Régulateur de vitesse adaptatif avec fonction Stop & Go pour la conduite dans la circulation, le Système de freinage d’urgence prédictif , la Surveillance des angles morts, la Reconnaissance des panneaux de signalisation ou encore l’Alerte de circulation transversale arrière , qui avertit le conducteur des obstacles en mouvement cachés dans l’angle mort arrière de la voiture, lors de la marche arrière.

Modèle d’entrée de gamme, façon de parler, dans l’univers Ferrari, la Portofino s’affiche actuellement aux alentours des 195.000 euros mais pourrait bien franchir la barre des 200.000 avec cette « modification ».

Source : Ferrari

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Ferrari Portofino M (2020) : la mécanique d’abord"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
AXSPORT
Invité

Sympatoche

👍

michouizi
Invité

Oui mais on va tous mourir alors a quoi bon.

zafira500
Invité

Pour se faire plaisir ? 😉

RICO
Invité

Elle est très belle , mais elle n’a pas la finesse et l’élégance d’une ROMA.

Pneus St-Hubert
Invité

Portofino est une version affinée de la california T qui était devenue la première Ferrari.

wpDiscuz