Accueil Extreme E Extreme E : Hamilton se lance dans le 4×4 électrique

Extreme E : Hamilton se lance dans le 4×4 électrique

0
19
PARTAGER

Lewis Hamilton rejoint Jean-Eric Vergne et Adrian Newey (Veloce) dans la nouvelle compétition de 4×4 électriques : l’Extreme-E.

L’Extreme-E continue donc d’attirer du « beau linge » alors qu’elle n’est même pas encore lancée. On citera pèle-mêle : Chip Ganassi Racing, Andretti United, Abt ou HWA, Techeetah, QEV Technologies, ou encore Veloce Racing (écurie de JEV et Newey). Des noms que l’on retrouve dans différentes compétitions dont la Formule E. D’ailleurs, on peut parier que si ABT et HWA en sont, c’est pour défricher le terrain pour Audi Sport et Mercedes.

L’équipe de Lewis Hamilton porte un nom en clin d’oeil à la fois à son numéro ainsi qu’au symbole de la série et au type de véhicules : X44. 44 comme le numéro qu’arbore Lewis sur sa monoplace, X comme le X Prix (le nom des courses) et un logo qui donne plutôt 4X4 que X44. Cela se prononce « Ex forty four ».

L’Extreme-E a décidé de faire du « name droping » (*) pour faire connaître sa nouvelle compétition de 4×4 électriques. Hamilton comme les autres ne sera pas derrière le volant ni ne sera impliqué dans la structure au jour le jour. Mais, il apporte officiellement « son expérience de sa carrière en sport motorisé pour aider à guider la création d’une équipe impliquée et compétitive » (sic.).

L’Extreme E en ligne avec sa philosophie de vie

« Extreme E est une nouvelle initiative de développement durable passionnante, et c’est une excellente occasion de s’impliquer dès le départ en tant que fondateur de l’équipe. Bien sûr, mes ambitions et mes engagements avec Mercedes en Formule 1 signifient que je ne serai pas impliqué opérationnellement dans X44, mais je suis ravi de jouer un rôle différent dans cette nouvelle série, qui porte ma vision pour un monde plus durable et équitable.

Extreme E m’a vraiment séduit en raison de son orientation environnementale. Chacun de nous a le pouvoir de faire une différence, et cela signifie tellement pour moi que je peux utiliser mon amour de la course, ainsi que mon amour pour notre planète, pour avoir un effet positif.

Non seulement nous visiterons des endroits éloignés faisant face à la première ligne de la crise climatique, mais nous travaillerons également en étroite collaboration avec ces sites et les principaux experts du climat pour partager nos connaissances et laisser un héritage positif dans chaque endroit qui va bien au-delà de la piste de course.

En tant que fondateur de X44, j’ai hâte de bâtir mon équipe autour de valeurs importantes telles que la durabilité et l’égalité. Aucun de nous n’est parfait et nous avons tous des améliorations à apporter, mais je suis ravi d’utiliser notre plateforme pour mettre en évidence les problèmes les plus graves auxquels notre planète est confrontée et les solutions auxquelles nous pouvons tous faire partie » déclare Lewis Hamilton.

Sur le modèle de la Formule E

Pour justifier le côté « écolo » de ces courses de 4×4 qui se dérouleront dans l’Arctique, les déserts, la forêt équatoriale, des glaciers, etc., Extreme-E explique que les courses s’accompagneront d’un comité scientifique composé d’experts du climat. Il y aura aussi des « missions » locales pour aider les régions traversées (un peu comme le Dakar à l’origine ou l’Africa Eco Race encore aujourd’hui). Et les courses se dérouleront sans spectateurs.

« Ben oui », ce sont les vilains spectateurs qui se déplacent qui polluent, pas la course et sa logistique énorme. C’est bien connu. Bon, cela permettra aussi à Extreme-E de ne pas se préoccuper d’une prochaine pandémie en roulant tout le temps à huis-clos en somme. Mais en regardant les flux internet qui retransmettront les courses, ne pollue-t-on pas ?

Vous l’aurez compris, derrière Extreme E il y a Alejandro Agag, le fondateur de la Formule E. L’homme d’affaire Espagnol sait qu’il y a des places libres pour de nouveaux championnats. L’Extreme E va suivre les pas de la Formule E : véhicule identique pour tout le monde pour commencer (le ODYSSEY 21 que l’on a découvert en 2019), médiatisation via les réseaux sociaux, noms connus et reconnus dans le sport auto que ce soit en écurie ou en pilotes (comme Sébastien Ogier), et un discours « durable » qui intéresse fortement les constructeurs automobiles. Les équipages devront être mixtes.

Le partenaire technique de la série est toujours Spark Racing Technology comme la Formule E des débuts, et une partie de la Formule E Gen 2 et 3. La batterie sera signée aussi Williams Advanced Engineering et les pneus seront des Continental. 0 à 100 km/h possible en 4,5 secondes, mais le but sera surtout de crapahuter hors piste.

Découvrir l’Extreme E

Notre avis, par leblogauto.com

Un nouveau championnat de sport auto, nous sommes pour. Ici, le discours peut paraître schizophrène puisque l’on parle de développement durable, de sauver la planète, etc tout en allant polluer à droite à gauche. Si les véhicules sont électriques et « font écolos », il ne faut oublier que tout le « barnum » du championnat se déplacera majoritairement en avion.

Pour le moment, la saison #01 soit débuter à Dakar au Sénégal sur les rives du Lac Rose les 23 et 24 janvier 2021. L’Africa Eco Race sera à peine arrivée le 17 janvier. Un début qui ne doit évidemment rien au hasard puisque cela évoque les grands rallyes-raids « classiques ». La deuxième manche en Arabie Saoudite suivra (de plusieurs semaines) le Dakar, avant de partir au Népal, au Groenland, puis de finir au Brésil.

Reste à voir le résultat…

(*) le « name droping » consiste à distiller des noms ronflants dans la communication pour montrer l’énorme intérêt de la discipline ou du produit. Ici, Hamilton rejoint Ogier, Chadwick, Bakkerud, Da Costa, Legge, Di Grassi, Ahlin-Kottulinsky, Piquet Jr., Senna, Bird, De Silvestro, les frères Hansen, et plein de pilotes de Formule E. Un panel de pilotes qui ne seront pas tous au départ…mais les noms « font bien ».

Poster un Commentaire

19 Commentaires sur "Extreme E : Hamilton se lance dans le 4×4 électrique"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Malco
Invité

Nouvelle compétion auto: je suis pour.
Voitures élec = fun & perf: je suis pour.
Name dropping: vous nous prenez pour des crétins.
Course écolo: vous nous prenez pour des crétins.

S’ils pouvaient s’abstenir d’essayer de nous faire croire qu’ils vont sauver la planète en organisant un Dakar au pôle nord avec Hamilton, ce serait bien…

Commandant Tour
Invité

44 est surtout l’indicatif pour appeler le UK, clin d’œil de Lewis a son pays

Membre

C’est beau la comm

Nicolas
Invité

Le sport auto le plus écologique….c’est Gran Turismo !

SGL
Invité

Avec les datacenter qui polluent plus que toute l’aviation…et qui n’existaient pas encore il y a 25 ans !
… j’en doute fortement !

SGL
Invité

Et cela ne fait pas progresser les technologies qui peuvent être utiles plus tard.
Au risque d’être provocant, la compétition est bonne pour l’écologie !

Miké
Invité

Gran turismo 2, patate, le seul, l’unique.

SGL
Invité

Bon bon OK pour celui-là. …pas en ligne 😉

Emmanuel
Invité

Je ne suis pas d’accord @Nicolas, c’était quand j’étais gamin et qu’avec mes copains de primaire nous organisions des courses avec des voitures majorettes et des billes !
ça c’était écolo, pas de générateur au gazoil pour charger les batteries de 4×4 VE, pas de kérosène pour les avions et les hélicos, pas de gazoil pour les camions des accompagnateurs …

gigi4lm
Invité

Le transport du fabricant au détaillant
La fabrication de la monnaie pour les acheter.
😊
Vivre c’est polluer.

Mwouais
Invité
Vivre est vivre et non polluer : c’est utiliser des ressources qui retournent in fine à un état décomposé. Rien ne se crée… Mais on peut aussi supprimer les animaux de compagnie qui sont autant une pollution artificielle puisque non sauvage. Ça fera de la place 30.000.000 d’amis en moins pour 67 millions d’humains. Et cela permet en contrepartie de mettre des batteries dans des voitures et scalextriquer sur les dunes au Touquet. J’aime assez le concept mais cela reste étrange autant de masse qui fait des jumps dans un silence relatif. C’est peut-être même une sorte de poésie, un… Lire la suite >>
gigi4lm
Invité

« Vivre est vivre et non polluer : c’est utiliser des ressources qui retournent in fine à un état décomposé »
Vu sous cet angle la pollution n’existe pas. Même le pire des plastiques finira par se décomposer au bout « d »un certain temps ».

Mwouais
Invité

Ben oui 😉

Mwouais
Invité

J’adore les slogans et celui sur la course pour la planète est rigolote.

Enfin, puisque toutes les causes sont rassemblées, la femme n’a pas été oubliée. Reste la cause du pangolin à défendre.

Mais pourquoi écrivent ils SUV ? (Utility, vraiment ?)
SPV : Sport Plaisure Véhicule,
SOS : Sport Outback Solution
….

wpDiscuz