Accueil Actualités Entreprise Allemagne : syndicats et partis pour un fonds d’investissement automobile

Allemagne : syndicats et partis pour un fonds d’investissement automobile

0
14
PARTAGER

Les syndicats et les partis politiques d’outre Rhin appellent à la création d’un fonds d’investissement public pour aider l’industrie automobile allemande en difficulté  à surmonter le double impact du coronavirus et la transition du secteur vers une mobilité à faibles émissions.

Soutien politique  aux fournisseurs de l’industrie automobile

Un jour avant que la chancelière Angela Merkel ne rencontre des représentants de l’industrie automobile à Berlin, Norbert Walter-Borjans, chef du parti de coalition gouvernementale SPD , a déclaré que ce dernier accorderait un soutien politique particulier aux fournisseurs de l’industrie automobile , avertissant que le secteur « est l’épine dorsale » de l’industrie  allemande et que des millions d’emplois en dépendent. « Les décideurs politiques peuvent apporter une contribution importante en s’impliquant », a-t-il soutenu selon un article du site Web d’information t-online.

Ecologistes et syndicats pour un fonds d’investissement public

Le Parti écologiste et le syndicat IG Metall ont également fait valoir qu’un fonds d’investissement public pour les fournisseurs de l’industrie automobile pourrait aider les entreprises à amortir les effets de la pandémie et à les aider à s’éloigner des voitures fonctionnant aux combustibles fossiles, rapporte la Frankfurter Allgemeine Sonntagzeitung.

« Si l’État assumait une partie des risques, les petites et moyennes entreprises pourraient gagner la force de réaliser des investissements et de réaliser des innovations », a déclaré le directeur d’ IG Metall, Jörg Hofmann , dans une interview.

La dirigeante Annalena Baerbock du Parti écologique  a déclaré que les petites et moyennes entreprises auront besoin d’aide pour gagner plus de temps dans la maîtrise de la transition. «Étant donné qu’il y a plus de 800 000 emplois dans l’industrie automobile, aucun politicien ne peut dire: je m’en fiche, ils doivent prendre soin d’eux-mêmes», a-t-elle expliqué.

Le SPD demeure contre des primes pour les moteurs thermiques

Néanmoins, Walter-Borjans a défendu la décision de son parti d’interdire les voitures à moteur thermique du régime de primes d’achat du gouvernement pour les achats de voitures, arguant que «les aides d’État doivent faciliter le passage aux systèmes de propulsion du futur».

L’industrie automobile allemande ne doit pas être laissée seule face à la crise

Le premier ministre bavarois, Markus Söder, a  déclaré quant à lui que l’industrie automobile ne devrait pas être laissée seule pour faire face aux différents défis auxquels elle est confrontée, affirmant qu’une prime d’achat pour les voitures à carburant fossile serait un outil politique approprié.

Le SPD aurait  «perdu son amour pour la voiture»

Dans un article de l’agence de presse DPA relayé par Handelsblatt, le chef du parti conservateur bavarois CSU a déclaré  pour sa part que le rejet catégorique de la prime par le SPD montrait que le parti avait «perdu son amour pour la voiture».

Il a fait valoir que les moteurs thermiques apportaient une contribution importante à l’amélioration du bilan de réduction des émissions de l’Allemagne dans le secteur des transports, et a affirmé que ces moteurs seraient nécessaires comme « un pont de transition jusqu’à ce que nous soyons complètement passés aux moteurs électriques ou autres, comme les moteurs hybrides ou à hydrogène. »

L’industrie automobile allemande perd sa place de leader économique outre Rhin

Une analyse de l’Institut économique allemand ( IW ) a révélé que l’industrie automobile allemande a commencé à perdre sa position de leader dans l’économie du pays.

En 2018  s’est achevée  une période de  dix années  en or pour les constructeurs automobiles allemands, alors que les marchés automobiles mondiaux se contractaient.

« Les constructeurs automobiles allemands et les petits fournisseurs sont particulièrement mis au défi par la transition vers des systèmes de propulsion différents, et la pandémie n’a fait qu’aggraver ces problèmes. « En conséquence, l’industrie automobile est confrontée à des pertes d’emplois pour la première fois depuis une décennie et tombera en tant que moteur de croissance de l’Allemagne dans un proche avenir » indique l’Institut économique allemand.

Sources : Presse allemande

 

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "Allemagne : syndicats et partis pour un fonds d’investissement automobile"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
The Stig
Invité

Il est assez amusant de voir un parti « standard », le SPD, être plus jusqu’au-boutiste et radical que le parti écologiste… ça montre en tout cas qu’il reste de l’espoir à voir certains partis écolos revenir à la raison, et être moins radicalisés. On ne peut certes plus faire de tout voiture, mais on ne peut pas non plus passer à l’interdiction pure et simple, n’en déplaise aux fanatiques extrémistes qui prennent parfois la parole !

Francois
Invité
Le SPD court auprès d’un électorat qui est parti ailleurs, chez les verts ou die Linke. Comme la plupart des partis sociaux-démocrates, comme le PS en France, il est mort, tout le monde le sait sauf lui, donc il tente de jouer la surenchère avec ce qu’il pense être ses concurrents directs. Cette stratégie de la lose, appelons un chat un chat, se heurte à deux écueils, – Si je suis écolo ou à la gauche de la gauche, « j’achète » les originaux, pas la copie qui m’a « trahi » durant des décennies. – Si je suis entre le centre (même gauche)… Lire la suite >>
zafira500
Invité

« J’ignore honnêtement quelle(s) solution(s) s’offre(nt) à la sociale démocratie »
La sociale-démocratie, ou l’art de se dire de gauche et faire une politique de droite. Pendant longtemps, ils ont courus après l’électorat centriste, voir de droite, et maintenant ils en paient le prix, l’électorat de gauche, très volatil, fuyant désormais les sociaux-démocrates comme la peste.

lataupe2B
Invité

Opel est concerné… donc indirectement PSA . Situation étrange non ?

SGL
Invité

Situation… Un peu européenne aussi !
Mais comme l’automobile est un pilier de l’économie allemande cela a plus d’échos.

SGL
Invité

« L’industrie automobile allemande perd sa place de leader économique outre Rhin »
Face à quoi ????
C’est gentil de faire des annonces percutantes… Mais il faut être complet !

Thibaut Emme
Admin

Hm il y a quoi de peu clair ou pas complet ?
En Allemagne, l’industrie auto était la locomotive de l’économie…ce n’est plus le cas.
En Allemagne, l’auto a reculé derrière l’industrie agro et l’industrie chimique (autres gros secteurs industriels Outre-Rhin).

SGL
Invité

Merci !

SGL
Invité

Nous, on s’en fout, on a notre champion de la chimie Rhône-Poulenc !
… Hein !? Ah bon ! …Et meeeerde ! :’(

SGL
Invité

C’est chouette la mondialisation… Il faut demander l’autorisation aux Chinois pour avoir un Doliprane.

zafira500
Invité

En même temps si les occidentaux n’avaient pas eu l’idée d’installer leur usines en Chine, au nom de la RENTABILITAYYY, on en serait pas là, les chinois étant loin, très loin même, d’être bêtes, en ont profité.

AXSPORT
Invité

Au nom de l’écologie aussi ……….
CO2…………

lelillois
Invité

En même temps, quand on voit la « qualité » ( T-ROC, T-CROSS, ID3, A1, Gaufre huitre, BMW X , 3, 4, 7, « classe » A, B, C, E, S , X) des dernières productions quels que soient le « konzern » dont elles émanent , rien d’étonnant. Comme disait Franck Ribéry, grand philosophe Bavarois devant l’éternel : « J’espère que la routourne, va tourner !  » Voilà, Francky, c’est fait, Tu peux aller te reposer et t’allonger .

SGL
Invité

Petit HS
Parlerons-nous des déclarations de Luca de Meo sur l’avenir de Renault !?

wpDiscuz