Accueil Hydrogène Siemens va fournir de l’hydrogène en Chine pour les JO d’hiver 2022

Siemens va fournir de l’hydrogène en Chine pour les JO d’hiver 2022

0
0
PARTAGER

Siemens Energy a annoncé mercredi avoir été choisi pour fournir un système de production d’hydrogène dans le cadre d’un projet d’électricité verte lancé dans le district de Yanqing, au nord-ouest de Pékin. System et China Power ont signé un accord en vue de concrétiser leur collaboration sur le dossier.

Livraison d’une station de ravitaillement en hydrogène Siemens en Chine

Dans un communiqué, le groupe industriel allemand Siemens indique que sa filiale énergétique a conclu un accord avec l’électricien chinois China Power en vue de la livraison d’une station de ravitaillement en hydrogène.

L’électrolyseur de 1 MW est le premier du genre à être construit par Siemens Energy en Chine et sera livré en mai 2021.

L’usine produira le gaz propre pour une station-service dans le district de Yanqing à Pékin, qui est l’une des trois principales zones de compétition pour un événement sportif majeur de 2022 : les Jeux Olympiques d’hiver, qui se tiendront donc en Chine.

Cela contribuera à garantir l’approvisionnement en hydrogène pour les transports publics pendant et après l’événement, a déclaré Siemens Energy.

Protocole d’accord Siemens / State Power Investment Corporation

En septembre 2019, Siemens a signé un protocole d’accord sur la «coopération dans le développement de l’hydrogène vert et son utilisation globale» avec State Power Investment Corporation Limited (SPIC), le principal actionnaire de China Power.
Les deux parties prévoient également d’étendre davantage leur coopération sur des projets d’hydrogène vert.

Pour une décarbonisation des systèmes énergétiques

Selon Christian Bruch, PDG de Siemens Energy, la « décarbonisation des systèmes énergétiques est un défi auquel chaque pays doit faire face ». Il estime dans un tel contexte que Siemens Energy est l’entreprise qui peut fournir à ses clients un soutien significatif dans ce processus, qu’il s’agisse d’Etats ou d’entreprises.
«La promotion de l’application et du développement de l’hydrogène renouvelable est d’une grande importance pour la Chine pour construire un système énergétique moderne et plus propre. «Avec notre partenaire SPIC, nous apportons une contribution importante à la lutte contre le changement climatique et à la réduction des émissions de carbone » affirme-t-il.

«SPIC s’est engagé à travailler avec Siemens Energy pour poursuivre notre coopération dans le domaine de l’énergie propre et pour tirer parti des avantages complémentaires des deux parties. Ensemble, nous contribuerons au développement de l’énergie propre afin de faire face ensemble au changement climatique », a déclaré Qian Zhimin, président du SPIC.

Notre avis, par leblogauto.com

Les autorités chinoises engagent une vaste réorientation industrielle qui prévoit un million de véhicules à hydrogène en circulation d’ici 2030. Les jeux Olympiques de 2022 devraient permettre de leur offrir une vitrine mondiale. A moins que le Covid 19 ne modifie le planning. c’est sans compter sur la « persévérance » chinoise ….

Après moins de deux ans de chantier, le groupe chinois Weichai a inauguré fin mars 2020 – en pleine crise du coronavirus …. – un site qui se veut être « la plus grande usine de production de piles à combustible au monde », dans la province du Shandong.

Avec une capacité de production de 20 000 piles à combustible, cette usine équipera notamment les bus à hydrogène, sur le marché chinois. Les constructeurs de bus Yutong et Zhongtong ont été associés aux projets de recherche et développement de Weichai.

En aout 2019, la plus grande station-service dédiée à l’énergie hydrogène a été inaugurée en Chine, à Shanghai. L’Empire du Milieu et tout particulièrement SAIC Motors veulent devenir un pionnier dans le secteur.

Le groupe automobile est le premier constructeur chinois à avoir atteint le stade de la commercialisation de piles à hydrogène à des particuliers et des sociétés.

L’ouverture de cette très vaste station, susceptible de faire transiter jusqu’à deux tonnes d’hydrogène par jour dans un parc de 8 000 m², devrait permettre de plébisciter l’usage de ses véhicules. Outre le combustible, la station comprend divers services, notamment dédiés à l’entretien des véhicules et à la recharge de batteries.

Depuis 2001, SAIC  a déposé 350 brevets liés aux piles à combustible et a participé à la conception de 15 normes à destination de Fuell Cell Vehicules (véhicules dotés de piles à combustible). Le constructeur a également conçu le premier MPV  (Multi Purpose Vehicle  pour  véhicule multi-usages ) –  le Maxus G20FC –  utilisant plusieurs piles à combustible au lieu d’une. Il peut ainsi démarrer à des températures jusqu’à -30° C, tout en conservant des performances semblables aux moteurs thermiques traditionnels.

Sources : Siemens, SAIC

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz