Accueil Mitsubishi Mitsubishi : décès de l’ex-Président Masuko

Mitsubishi : décès de l’ex-Président Masuko

0
1
PARTAGER

L’ancien président de Mitsubishi Motors, Osamu Masuko, est décédé des suites d’une « insuffisance cardiaque » le 27 août, a annoncé lundi le constructeur automobile japonais dans un communiqué. L’ancien dirigeant était âgé de 71 ans.

Démission de Masuko il y a quelques semaines à peine

Masuko, un vétéran du conglomérat Mitsubishi, avait démissionné de son poste de président début août, invoquant des raisons de santé.
Ce départ intervenait après quinze années passées chez le constructeur et alors que les deux autres partenaires de l’Alliance – Renault et Nissan – sont lourdement ébranlés par la détérioration de leurs résultats.

Masuko engagé dans la création l’Alliance Mitsubishi/ Nissan

Masuko a rejoint Mitsubishi Motors en 2004 et est devenu président en 2007. Il a supervisé la création du partenariat entre Mitsubishi et Nissan.

Masuko : dernier haut dirigeant de l’ère Ghosn encore en activité chez Mitusbishi

Masuko était le dernier dirigeant de haut niveau demeurant chez Mistubishi après l’arrestation de Carlos Ghosn. Ce dernier, ancien président des trois constructeurs automobiles de l’Alliance avait été arrêté à sa descente d’avion en novembre 2018, au Japon, pour soupçons de sous-déclaration des revenus et malversations financières.

Masuko avait quant à lui été DG de Mitsubishi Motors entre 2014 et fin 2016, puis de nouveau entre fin 2018 et juin 2019.

Carlos Ghosn avait occupé la présidence de Mitsubishi Motors après l’entrée du groupe dans l’Alliance Renault-Nissan fin 2016. Mitsubishi lui a toutefois retiré ces fonctions peu après son arrestation.
L’Alliance « sera difficile à gérer sans son président Carlos Ghosn », avait déclaré Masuko en novembre 2018.

Nouvelle direction : nouvelles priorités ?

Les fonctions de M. Masuko vont être assurées « temporairement » par Takao Kato, le directeur général du groupe depuis juin 2019, indiquait l’entreprise début août.

Osamu Masuko avait quitté la présidence de Mitsubishi Motors le 21 juin 2019, tout en restant dans le groupe, à la tête de son Conseil de surveillance. Takao Nato, qui dirigeait les activités du groupe en Indonésie lui avait succédé à ce poste.

Selon certains analystes japonais, l’arrivée d’une nouvelle direction devrait rimer avec nouvelles priorités. Le constructeur devrait désormais mettre plus l’accent sur sa propre renaissance que sur celle de l’Alliance et ses relations avec ses membres.

Notre avis, par leblogauto.com

Le départ, puis le décès, de Masuko interviennent alors que Mitsubishi Motors a annoncé prévoir une perte d’exploitation de 140 milliards de yens (1,11 milliard d’euros) pour l’exercice courant jusqu’en mars 2021. Annonçant parallèlement qu’il allait fermer une usine d’assemblage au Japon, produisant de SUV Pajero, avec pour objectif de réduire ses coûts.

Sources : Reuters, AFP, Japan Times, Mitusbishi, Bloomberg

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Mitsubishi : décès de l’ex-Président Masuko"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Thomas
Invité

Il est allé rejoindre Sergio Marchionne, Jacques Calvet et bien d’autres… 🙁

wpDiscuz