Accueil Tesla Tesla : véhicule 100% autonome (Niveau 5) avant fin 2020

Tesla : véhicule 100% autonome (Niveau 5) avant fin 2020

0
36
PARTAGER

Elon Musk a annoncé jeudi que Tesla était très proche du stade 5 des véhicules autonomes. Le constructeur de véhicules électriques serait à deux doigts d’atteindre le fameux graal : la mise sur route d’une voiture capable de se déplacer sans aucune intervention d’un conducteur.

Réalité ou nouvelle fanfaronnade du fougueux patron du constructeur de véhicules électriques ?

Musk extrêmement confiant sur le niveau 5

« Je suis extrêmement confiant sur l’arrivée du niveau 5, qui est en gros l’autonomie complète, et je pense que cela aura lieu très rapidement », a déclaré le directeur général de Tesla dans un message vidéo à l’ouverture de la Conférence mondiale sur l’intelligence artificielle (WAIC) à Shanghai.

« Je reste persuadé que nous disposerons des fonctionnalités de base pour une autonomie de niveau 5 cette année » a-t-il ajouté, visiblement très confiant.

Autopilot Tesla : une aide à la conduite autonome uniquement

Pour le moment, Tesla propose sur ses véhicules uniquement une fonctionnalité d’aide à la conduite autonome, baptisée Autopilot. Elle permet au conducteur dans certaines situations de retirer ses mains du volant.

Mais l’Autopilot n’est pas un système infaillible et ne doit pas être considéré comme de la conduite autonome. Cette super aide au pilotage nécessite une vigilance constante, comme le stipule le configurateur Tesla sur l’onglet dédié à l’option.

Des doutes tout de même …

Reste que si des milliards ont certes été investis pour le développement des véhicules autonomes par les constructeurs automobiles et des groupes high-tech comme Waymo (filiale d’Alphabet) et Uber, certains experts estiment toutefois que la technologie n’est pas encore prête.

Autre défi et non des moindres : convaincre le grand public de la fiabilité et de la sécurité du système.

Alors que l’Autopilot présente encore des failles à l’heure actuelle, on peut s’interroger sur l’annonce faite par Elon Musk. Il y a une grande marge entre aide à la conduite autonome et la conduite totalement autonome. Reste également à obtenir les autorisations nécessaires pour que de tels véhicules puissent circuler sur routes ouvertes.

Plus d’une cinquantaine de pays, dont le Japon, la Corée du Sud et les membres de l’Union européenne, ont adopté récemment à l’ONU un règlement contraignant  sur les véhicules autonomes. Lequel rend notamment obligatoire la mise en oeuvre d’une boîte noire au sein du véhicule.
Ce règlement concerne « les systèmes automatisés de maintien de trajectoire » (automated lane keeping systems, ou ALKS) entrera en vigueur en 2021.

Exigences strictes de l’ONU pour le maintien de trajectoire

Le règlement établit des exigences strictes pour ces systèmes ALKS qui peuvent contrôler le véhicule lorsque le conducteur est au volant et a sa ceinture de sécurité attachée.

Le texte prévoit en outre que ces systèmes soient activés uniquement sur les routes où les piétons et les cyclistes sont interdits et qui sont équipées d’une séparation physique entre les deux sens de circulation. Il fixe par ailleurs la limite de fonctionnement de ces systèmes à un maximum de 60 km/h.

Le règlement exige également que les écrans utilisés pour des activités autres que la conduite (internet, vidéo, divertissement, etc.) soient automatiquement déconnectés dès que le conducteur doit reprendre la main.

Il prévoit aussi l’obligation d’introduire des systèmes de reconnaissance de la disponibilité des conducteurs: ces systèmes contrôlent à la fois la présence du conducteur (sur le siège conducteur, ceinture de sécurité bouclée) et sa disponibilité à reprendre le contrôle du véhicule.

Cette disponibilité est, elle, mesurée grâce à plusieurs éléments comme une demande d’activation de la prise de contrôle exclusif du véhicule par le conducteur, le clignement ou la fermeture des yeux et le mouvement conscient de la tête ou du corps.

Notre avis, par leblogauto.com

Cette annonce d’Elorn Musk intervient alors que depuis juin dernier, une vidéo d’un accident pour le moins impressionnant, survenu sur une autoroute de Taïwan et impliquant une Tesla Model 3 fait le buzz. Rappelant la nécessité pour le conducteur de demeurer vigilant derrière son volant.
Visiblement un peu trop confiant sur son Autopilot, un automobiliste a vu sa Model 3 s’encastrer violemment dans un camion renversé sur la route, après avoir tracé tout droit et foncer à vive allure vers un camion immobile, qui bloquait le passage.
Si le conducteur avait largement le temps de se déporter ou de freiner pour éviter le crash, les premiers résultats de l’enquête laissent entendre que l’Autopilot était bel et bien activé au moment des faits.

Sources : Tesla, Reuters

Poster un Commentaire

36 Commentaires sur "Tesla : véhicule 100% autonome (Niveau 5) avant fin 2020"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Thomas
Invité

Je reste persuadé que n’importe quel ordinateur de voiture autonome est moins dangereux qu’un humain. Ici dans les bouches du rhône pas la peine de faire plus de 2km pour s’en rendre compte.

SGL
Invité

Dans l’aviation, cela fait longtemps que le responsable des accidents est bien plus souvent l’équipage que la machine.

panama
Invité

SGL tu as à moitié raison. Les manœuvres les plus dangereuses sont automatisées.
A la base d’un accident d’avion il y a souvent une défaillance technique qui n’est pas ou ne peut pas être rattrapée par le pilote.
Pour le vol Vol Air France 447 c’est d’abord un problème technique (les sondes Pitot) qui n’a été rattrapé par le co-pilote, puisque le pilote roupillait après une fête trop arrosée.

SGL
Invité

Le vol AF 447 est justement une mauvaise réponse d’un équipage pris de panique.
Ils ont mal appliqué la procédure… ou trop tard quand le commandant revenait de sa sieste.

SGL
Invité

Certes, ils étaient trompés par les indications des sondes.

gigi4lm
Invité
il faut aussi dire qu’il est extrêmement rare qu’un piéton ou un cycliste coupe la route d’un Paris > New York à 10000 m d’altitude. Même un avion arrivant de face à moins de 300 m doit rester exceptionnel. La technologie avance vite et je crois que l’on finira par arriver à ce que les erreurs potentielles de la machine soient inférieures à celle de l’homme. Ne dit on pas que la cause de toutes erreurs se situe le plus souvent entre le volant et le siège ? Mais convenons en, nous n’en sommes pas là. Il faut progresser dans… Lire la suite >>
Klogul
Invité

En phase avec vous la route ca n est pas le ciel et clairement vu les comportement erratique des pietons, velo.

Les soucis genre remorque retourne etc bref tout ce qui n est pas prevu dans le logiciel

SGL
Invité

Quand je dis ça… Je n’ai pas l’ombre d’un doute.
C’est fini l’époque des Lockheed Constellation responsable de morts célèbres. (même s’il était magnifique)
L’avion est généralement ultra fiable et l’homme devient le facteur aggravant en cas de panne.
https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/26979/reader/reader.html#!preferred/1/package/26979/pub/39098/page/15

Miké
Invité

Ce qui veut dire que le facteur déclencheur c’est la machine, pas l’humain.

RICO
Invité

Sauf qu’on ne peux pas comparer le monde de l’aviation a celui de l’automobile….il n’y a pas un avion tous les 10 mètres dans le ciel .

Miké
Invité

Cf tout les accidents mortels ou pas, de Tesla, qui n’auraient jamais eu lieu si l’humain avait gardé le contrôle, ou l’attention.

panama
Invité

Quelqu’un sait le % de clients Tesla qui choisissent l’option autonomie augmentée en option ?

Bizaro
Invité
Je ne sais pas, mais ce que je sais c’est que à la sortie de la Model 3 on pouvait cocher l’option : « Capacité de conduite entièrement autonome » avec la précision que les fonctionnalités n’existait pas encore mais que le matériel nécessaire était déjà pré-installé. Tout cela serait disponible dans le futur via une simple mise à jour logiciel si on coche l’option. Quelques mois plus tard on apprenait que Tesla aller sortir une carte informatique cette fois ci suffisamment puissante et dédiée à la conduite autonome. Donc honnêtement je ne sais pas trop ce qu’on achète en cochant cette… Lire la suite >>
greg
Invité

Total bullshit: l’ IA n’ est tout simplement pas encore assez evoluee pour permettre le niveau 5. Ensuite les cameras et capteurs permettant cela EN TOUTES CIRCONSTANCES climatiques sont encore au stade de prototypage.
Enfin il faut tout un ecosysteme, une infrastructure de communication avec le traffic ET l’ environnement (V2X/V2V)….Or d’ une part comme vous le savez cette infrastructure n’ existe pas encore..D’ autre part pour transmettre ces donnes il faut un reseau 5G.

Pierre
Invité

Tant que la majorité des voitures ne dialogueront pas entre eux, le 100% autonome n’est pour moi pas possible. J’y ajouterais volontiers un dialogue avec les infrastructures aussi pour avoir l’info à la fois de la route, et des véhicules environnants. Le « scannage » de la route par le biais de caméras ou lidars ce n’est qu’une partie de l’outil autonome.

Yorgle
Invité

Une phrase très importante:
« « Je reste persuadé que nous disposerons des fonctionnalités de base pour une autonomie de niveau 5 cette année » a-t-il ajouté, visiblement très confiant. »
Donc en gros sortir la fonctionnalité sortir du garage et c’est tout (pour caricaturer).

wpDiscuz