Accueil Livre On a lu : Bleu Matra, la couleur de la victoire

On a lu : Bleu Matra, la couleur de la victoire

0
2
PARTAGER

Les amateurs d’art connaissent évidemment le « Bleu Klein ». Mais en sport automobile, le « Bleu Matra », façon de parler, incarne un des pans les plus glorieux de notre histoire automobile.

La France qui ose, la France qui gagne

C’est un trio de fins connaisseurs, qui ont mis en commun leur passion de la course automobile et de Matra, pour s’atteler à ce projet. Serge Callier, archiviste de métier, est l’une des mémoires des 24 heures du Mans, contribuant d’ailleurs à l’ouvrage annuel officiel de l’épreuve. Yves Ronga et Luc Joly pour leur part ont, depuis 1969, joint leur passion au plaisir de la photographier. Ils ont mobilisé ici leurs archives photographiques personnelles, plus de 600 clichés, pour retracer les grandes heures de cette saga automobile française, plus de 50 ans après le titre de champion du monde de F1 décroché par Jackie Stewart avec une Matra-Ford. Et on ne peut s’empêcher d’avoir un pincement au cœur, quand on pense à tout ce potentiel et ce savoir-faire qui ont fini par disparaître…

On ne va pas refaire l’histoire de Matra, cette entreprise spécialisée dans l’armement, l’aéronautique et l’aérospatiale et qui, sous l’impulsion de son grand capitaine Jean-Luc Lagardère, se lance avec audace et ambition dans l’automobile au début des années 60. Pour construire une image, le principal vecteur de cette ambition française est le sport automobile. Pendant une dizaine d’années, jusqu’au clap de fin de décembre 1974, les exploits en piste des « missiles bleus » – auxquels s’ajoutent à la même époque ceux d’Alpine et de Gordini –  enthousiasment le public, incarnant, à leur manière, cette France puissante, entreprenante et gagnante des Trente glorieuses. Une aventure automobile française qui se traduit, en l’espace de quelques années, par un titre constructeur en Formule 1, deux titres de championnat du monde des marques en Sport-Prototypes et trois victoires aux 24 heures du Mans entre 1972 et 1974, sans oublier les quelques victoires glanées par le mélodieux et puissant V12 Matra en Formule 1, avec Ligier, au tournant des années 70-80. De la Matra MS640 aérodynamique à la MS670 au palmarès long comme le bras, on ne s’en lasse pas !

Pépites photographiquesMatra

L’ouvrage se concentre sur l’épopée en compétition de Matra, faisant l’impasse sur un historique de l’entreprise ou les circonstances de son engagement en sport automobile. Les auteurs ont fait le choix d’une sorte d’album photo chronologique, chaque photographie étant datée et légendée avec détail. Chaque évènement est contextualisé et le propos nous immerge pleinement dans l’ambiance des courses et de la bouillante activité de cette entreprise. Cette rétrospective présente l’intérêt de proposer de nombreuses photographies souvent inédites, issues, pour la plupart, des archives personnelles des auteurs, qui ont suivi de près, de très près même sur la piste, les exploits des bleus : essais privés, assemblages en usine, journées test du Mans, 24 heures du Mans, 1000 Kilomètres de Paris à Montlhéry, grands prix de F1 à Monaco ou en France, etc. Le contenu privilégie néanmoins l’Endurance, plus abondamment documentée que la Formule 1. On trouve aussi quelques pépites, comme une lettre de Jean-Luc Lagardère, qui sermonne les pilotes pour leur manque de présence dans les ateliers, et les « invite » à faire davantage acte de présence pour booster le moral des troupes. La 2ème partie de l’ouvrage s’attarde sur les roulages des voitures Matra, ou de celles qui ont été reconstruites à l’identique, dans le cadre des rassemblements VHC de ces dernières années (Tour Auto, grands prix historiques, etc.) avec de belles images qui impriment toujours la rétine.

Cette chronologie est enrichie par de nombreux témoignages recueillis auprès de ceux qui ont vécu cette fabuleuse époque : des pilotes tels que Gérard Larrousse, Jean-Pierre Jaussaud, Henri Pescarolo (dont l’avant-propos est, fidèle au personnage, très piquant !) mais aussi des ingénieurs, des mécaniciens, des journalistes, etc Tout cela nous rappelle à quel point ces aventures mécaniques et industrielles furent avant tout des aventures humaines. Petit plus, le livre propose, via une application numérique de l’éditeur ETAI, d’accéder à des enregistrements du V12 Matra, qui a marqué les mémoires par sa sonorité unique en son genre. A cinq reprises, un petit pictogramme de téléphone apparaît dans le livre et permet, en le scannant, d’accéder aux fameux sons. Original et plutôt sympathique !

Vous l’aurez compris, ce beau livre est une mine d’or – et surtout de souvenirs – sur Matra et, plus globalement, sur ce véritable âge d’or du sport automobile tricolore. Il est disponible ici au prix de 59 euros.

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "On a lu : Bleu Matra, la couleur de la victoire"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
double-d
Invité

une époque connu pendant l »enfance et se terminant à l’adolescence , que de souvenirs ,je vais surement me le procurer , Matra un rêve une réalité et une fin tragique .

SGL
Invité

« enthousiasment le public, incarnant, à leur manière, cette France puissante, entreprenante et gagnante des Trente glorieuses. »
Snif, maintenant, j’ai l’impression que l’on souhaite que la France s’enfonce encore plus par des critiques systématiques.
Belle époque…
Ou les nouveaux exploits français étaient encore possibles parce que l’on y voulait y croire !

wpDiscuz